Homeopathie

Chelidonium Majus, le remède homéopathique en cas de pathologies du foie et de la vésicule biliaire

On obtient la souche homéopathique de Chelidonium Majus à partir de la chélidoine. Cette plante, aussi nommée grande éclaire ou herbe aux verrues, appartient à la famille botanique des Papavéracées. Elle est largement répandue en Europe. Pour la préparation de la souche, on utilise la plante entière, notamment la racine et le latex.

Dans l’univers de la médecine naturelle, la chélidoine servait, depuis longtemps, à traiter les troubles oculaires comme la cataracte. Ensuite, on l’utilisait pour sa capacité à faire disparaître les verrues et à traiter d’autres affections dermatologiques. D’ailleurs, du fait de ses nombreuses propriétés officinales, elle occupe une place importante en phytothérapie.

Ses principaux composés actifs sont des alcaloïdes qui, à forte dose, s’avèrent toxiques. En effet, son ingestion entraîne la somnolence, des violentes nausées, une forte déshydratation et des spasmes abdominaux.

Il convient de noter qu’outre les dilutions homéopathiques, son usage ne convient ni aux enfants ni aux femmes enceintes et allaitantes.

À quoi sert Chelidonium Majus ?

Dans le traitement des troubles hépatiques, Chelidonium Majus soigne les hépatites aiguës et les ictères. Il améliore notamment les symptômes comme :

  • Douleurs au niveau du foie et de la vésicule biliaire
  • Migraine du côté droit chez les sujets hépatiques à cause d’une surcharge hépatobiliaire
  • Douleurs dues aux calculs biliaires
  • Mauvaise haleine
  • Langue sale, couverte d’une substance jaunâtre et qui garde l’empreinte des dents

Ensuite, ce médicament est efficace dans le traitement des maladies localisées généralement sur la partie droite. On distingue, entre autres, les crises rhumatismales, la périarthrite de l’épaule droite et la pneumopathie accompagnée de toux.

Ce remède homéopathique aide également à lutter contre la constipation avec une excrétion de selles décolorées.

Concernant les Chelidonium Majus, les conditions d’aggravations sont les fins d’après-midi vers 16 heures et la chaleur pour les céphalées. Les boissons chaudes, quant à elles, améliorent les signes pathologiques.

À quelle dose l’administrer ?

Chaque prescription, notamment la posologie, varie en fonction de la pathologie à traiter. Pour chaque prise, il convient de laisser les doses ou les granules fondre directement sous la langue. Ces médicaments sont également à administrer en dehors du café, de la menthe, du tabac et des repas.

  • Hépatites aiguës : prendre 5 granules en 4 CH le matin et le soir pendant 15 jours
  • Migraine ou céphalée localisée à droite : prendre 5 granules en 7 CH toutes les 2 ou 3 heures jusqu’à l’amélioration de l’état du patient
  • Constipation : diluer dans un peu d’eau 20 gouttes buvables en 3 DH, à consommer avant le repas du midi et du soir, durée de la cure : 1 mois
  • Douleurs en cas de lithiases biliaires : prendre 5 granules en 15 CH jusqu’à l’amélioration des symptômes

Pour traiter les affections hépatiques, les homéopathes optent souvent pour une association de Chelidonium Majus à d’autres souches d’action similaire. On cite, à titre d’exemple, Solidago virga aurea, Carduus marianus, Berberis vulgaris ou encore Taraxacum dens leonis.

Articles similaires