5 dangers réels du mélange antidépresseurs et alcool

Peut-on boire de l'alcool en prenant des antidépresseurs ? Voici 5 raisons pour lesquelles il ne faut surtout pas.

Peut-on boire de l’alcool en prenant des antidépresseurs ? Voici les raisons pour lesquelles il est fortement recommandé d’éviter de combiner antidépresseurs et alcool. Boire en prenant des antidépresseurs peut aggraver vos symptômes et, dans certains cas, peut être dangereux.

La combinaison de l’alcool et des antidépresseurs peut entraîner les 5 effets suivants :

1 Une augmentation de la dépression et de l’anxiété

La consommation d’alcool peut contrecarrer les bienfaits de vos médicaments antidépresseurs, rendant vos symptômes plus difficiles à traiter. L’alcool peut sembler améliorer votre humeur à court terme, mais son effet global augmente les symptômes de dépression et d’anxiété.

2 Aggravation des effets secondaires si vous prenez d’autres médicaments

De nombreux médicaments peuvent causer des problèmes lorsqu’ils sont pris avec de l’alcool, notamment les anxiolytiques, les somnifères et les analgésiques délivrés sur ordonnance. Les effets secondaires peuvent s’aggraver si vous buvez de l’alcool et prenez un de ces médicaments en même temps qu’un antidépresseur.

3 Un risque plus élevé d’avoir une réaction dangereuse si vous prenez un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO)

Lorsqu’ils sont associés à certains types de boissons alcoolisées et d’aliments, les antidépresseurs appelés inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) peuvent provoquer une hausse dangereuse de la tension artérielle. Si vous prenez un IMAO, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien pour déterminer ce que vous pouvez manger et boire sans danger, et quelles boissons alcoolisées sont susceptibles de provoquer une réaction.

4 Troubles de la pensée et de la vigilance

L’association d’antidépresseurs et d’alcool affectera davantage votre jugement, votre coordination, vos capacités motrices et votre temps de réaction que l’alcool seul. Certaines combinaisons peuvent vous rendre somnolent. Cela peut altérer votre capacité à conduire ou à effectuer d’autres tâches qui nécessitent de la concentration et de l’attention.

5 Sédation ou somnolence

Quelques antidépresseurs provoquent une sédation et une somnolence, tout comme l’alcool. Lorsqu’ils sont pris ensemble, l’effet combiné peut être intensifié. Certaines personnes déprimées ont du mal à dormir. Si la consommation d’alcool peut aider à s’endormir plus rapidement, les personnes concernées ont tendance à se réveiller davantage au milieu de la nuit et à avoir un sommeil de moins bonne qualité.

Dans certains cas, il n’y a pas de mal à prendre un verre de temps en temps.

L’innocuité de la consommation occasionnelle d’alcool dépend de votre situation particulière. Discutez de la consommation occasionnelle avec votre médecin. Informez également votre médecin de tout autre problème de santé que vous pourriez avoir et de tout autre médicament que vous prenez, y compris les médicaments en vente libre ou les suppléments. Il est important de tenir votre médecin informé car :

– Certains médicaments liquides, comme les sirops contre la toux, peuvent contenir de l’alcool.

– En vieillissant, votre corps traite les médicaments différemment et les niveaux de médicaments dans votre corps peuvent devoir être ajustés.

– L’ajout d’un nouveau médicament peut modifier le niveau d’un autre médicament dans votre organisme et la façon dont il réagit à l’alcool.

Surtout ne pas commencer ou arrêter ses antidépresseurs pour boire de l’alcool

Surtout, ne commencez pas et n’arrêtez pas de prendre un antidépresseur pour pouvoir boire de l’alcool. La plupart des antidépresseurs nécessitent la prise d’une dose quotidienne constante pour maintenir un niveau constant dans votre organisme et agir comme prévu. Le fait d’arrêter et de reprendre vos médicaments peut aggraver votre dépression.
Les personnes souffrant de dépression présentent un risque accru d’abus de substances et de dépendance. Si vous avez du mal à arrêter de boire et que votre consommation d’alcool vous inquiète, il existe de nombreuses formes d’aide. Outre les programmes de conseil et de traitement de la toxicomanie, il existe de nombreux groupes de soutien, dont les Alcooliques anonymes et des communautés en ligne plus récentes. Demandez conseil à votre médecin.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -