3 conseils pour limiter votre exposition à la pollution des microplastiques

Les microplastiques sont maintenant partout dans les aliments et boissons. Ils ont des effets négatifs sur la santé. Voici comment les éviter

Dans le monde, 322 millions de tonnes de plastiques sont produites chaque année, dont 60% a fourni l’industrie alimentaire et des boissons pour les emballages alimentaires. Ces plastiques contiennent un éventail de produits chimiques, notamment des stabilisants, des lubrifiants, des charges et des plastifiants. L’exposition à certaines conditions environnementales, comme la chaleur, fait que le plastique se brise en fragments plus petits appelés microplastiques, qui peuvent migrer dans les aliments.

Les bouteilles d’eau à usage unique, les récipients à emporter, les boîtes de conserve et les emballages de stockage sont des exemples d’emballages alimentaires en plastique courants qui contiennent des microplastiques. Le chauffage des aliments dans des emballages en plastique, les longues périodes de stockage et le type d’emballage en plastique utilisé par une personne ont tous une incidence sur la quantité de microplastiques et de produits chimiques nocifs qui migrent dans les aliments.

Microplastiques courants dans les aliments

Les produits chimiques microplastiques présents dans les aliments sont un mélange de ceux que les fabricants ajoutent délibérément, comme les charges et les stabilisants, et de ceux qui s’accumulent comme sous-produits, comme les résidus et les impuretés. Parmi les microplastiques couramment présents dans les aliments, on trouve notamment:

– le bisphénol A (BPA) : Les fabricants utilisent ce plastifiant pour fabriquer du chlorure de polyvinyle, le plastique « parent » de nombreux produits.
– la dioxine : c’est un sous-produit des herbicides et du blanchiment du papier, qui contamine l’environnement.
– phtalates : Ils rendent les plastiques plus flexibles, transparents et durables et sont présents dans de nombreux types d’emballages alimentaires.
– polyéthylène et polypropylène : Ils rendent les emballages légers et durables et sont les plastiques de la source fiable les plus courants dans les aliments et l’environnement.
Les microplastiques présents en plus petites quantités dans les aliments comprennent le BPA et le BPF, le mono-(3-carboxypropyl), le mono-(carboxyisononyl) et le mono-(carboxyisoctyl).

Les dangers des microplastiques

Les microplastiques sont les fragments de stabilisateurs, de lubrifiants, de charges, de plastifiants et d’autres produits chimiques que les fabricants utilisent pour conférer aux plastiques leurs propriétés souhaitables, telles que la transparence, la flexibilité et la durabilité. Cependant, les experts ont classé nombre de ces produits chimiques comme toxiques et nocifs pour la santé humaine.

Ci-dessous, voici certains des dangers des microplastiques.

Hormones perturbatrices

Les scientifiques considèrent qu’au moins 15 des produits chimiques utilisés par les fabricants pour fabriquer des emballages en plastique sont des perturbateurs endocriniens. Les perturbateurs endocriniens ont une structure similaire à celle de certaines hormones présentes dans l’organisme, telles que les œstrogènes, la testostérone et l’insuline, et imitent et perturbent leurs fonctions naturelles, ce qui a des effets néfastes sur la santé et augmente le risque de maladies chroniques. En particulier, la recherche a montré que l’exposition au BPA joue un rôle dans l’infertilité chez les hommes comme chez les femmes, ainsi que dans le développement du syndrome des ovaires polykystiques. Le BPA entre en compétition avec les œstrogènes et la testostérone pour leurs récepteurs, ce qui réduit la quantité de ces hormones disponibles pour la santé reproductive.

Augmentation du risque de maladies chroniques

La recherche continue de démontrer que l’exposition à long terme aux microplastiques perturbateurs endocriniens augmente le risque de développer un diabète de type 2 et des maladies cardiaques. Les experts associent des niveaux sanguins plus élevés de dioxines, de phtalates et de BP à des états pré-maladiques d’inflammation, d’altération de la glycémie à jeun, de résistance à l’insuline et d’obésité, ce qui augmente considérablement la probabilité de diabète de type 2. Certaines recherches suggèrent que l’exposition à ces microplastiques dans les aliments est tout aussi néfaste pour la santé d’une personne et augmente le risque de maladies chroniques au même degré que le fait de suivre un régime alimentaire déséquilibré.

Altération de la santé immunitaire

Selon une étude de 2020, l’inflammation accrue induite par l’exposition aux microplastiques entraîne une mauvaise santé intestinale et, par extension, un affaiblissement de l’immunité.
L’intestin joue un rôle important dans l’immunité, puisque 70 à 80 % des cellules immunitaires de l’organisme s’y trouvent. Cela signifie que toute condition qui affecte la santé intestinale interfère également avec la santé immunitaire. L’exposition persistante aux microplastiques dans l’intestin est toxique pour les cellules immunitaires, provoquant une dysbiose, une perturbation du microbiote intestinal, et entraînant une prolifération de « mauvaises » bactéries. La recherche associe la dysbiose au développement de maladies telles que la maladie de Parkinson.
En outre, la surface des microplastiques peut abriter des bactéries nocives qui compromettent davantage la santé immunitaire.

Quel degré d’exposition subissons-nous ?

Les microplastiques sont abondants dans l’environnement, un résultat que les scientifiques attribuent à la production mondiale massive de plastiques et à la pollution généralisée. Les recherches suggèrent qu’une personne moyenne aux États-Unis peut consommer plus de 50 000 particules de microplastiques par an, rien qu’en mangeant. Ce chiffre passe à une estimation de 90 000 chez ceux qui consomment régulièrement de l’eau en bouteille à base de plastique, et à 120 000 si l’on considère l’inhalation de microplastiques provenant de sources non alimentaires.

Les auteurs d’une étude de 2019 ont identifié une moyenne de 20 microplastiques par 10 grammes d’échantillons de selles de huit participants.Ces résultats suggèrent que la quantité de microplastiques avec laquelle les gens entrent en contact et qu’ils consomment est beaucoup plus importante que ce que les experts avaient prévu.

Comment minimiser l’exposition

S’il n’est pas possible d’éliminer votre exposition aux microplastiques, vous pouvez essayer de réduire la quantité de microplastiques avec laquelle vous entrez en contact et que vous consommez.

Voici quelques conseils :

1. Limitez les aliments ultra-transformés

La recherche associe la consommation d’aliments ultra-transformés: tels que les hamburgers, les plats cuisinés prêts à consommer, les frites, les glaces, les sodas et les conserves, à des niveaux plus élevés de microplastiques phtalates dans l’organisme. Cet effet est plus prononcé chez les enfants. Les experts supposent en outre que la faible qualité nutritionnelle des aliments ultra-transformés, combinée aux effets nocifs des microplastiques présents dans ces aliments, pourrait être responsable du développement de maladies chroniques, notamment des maladies cardiaques.

La solution : Choisissez plus souvent des aliments complets et des aliments peu transformés et limitez ou éliminez les aliments ultra-transformés de votre alimentation. Cela contribuera à réduire les niveaux de microplastiques perturbateurs endocriniens dans l’organisme.

2. Choisissez des emballages écologiques

L’utilisation d’emballages écologiques réduit l’exposition aux microplastiques et leur migration dans l’approvisionnement alimentaire.

La solution : Optez pour les éléments suivants

– des récipients de stockage en verre, des bols portables et des bouteilles d’eau
– boîtes à bento en acier inoxydable et récipients à eau réutilisables
– boîtes à lunch, bols, ustensiles et bocaux de rangement en bambou
– bols et récipients de rangement en balle de riz

3. Utilisez des bouteilles d’eau en verre ou en acier inoxydable

L’exposition aux microplastiques est presque 2 à 3 fois plus élevée chez les personnes qui utilisent des bouteilles d’eau en plastique pour s’hydrater que chez celles qui utilisent des bouteilles d’eau alternatives. Cela peut être dû au fait que la chaleur et les temps de stockage plus longs qui peuvent être courants avec l’eau en bouteille augmentent la migration des microplastiques de l’emballage vers les aliments et l’eau.

La solution : Remplacez les bouteilles d’eau à usage unique ou contenant du BPA par des bouteilles en verre ou en acier inoxydable pour réduire l’exposition aux microplastiques.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -