Personnalité addictive: êtes-vous à risque de devenir « accro »

Pourquoi certaines personnes développent-elles des dépendances ? Est-ce que vous êtes à risque?

L’expression « personnalité addictive » désigne une personne qui a une tendance naturelle à développer des dépendances. Il ne s’agit pas d’un diagnostic médical officiel, et de nombreux experts s’opposent à cette idée. Il peut être tentant d’attribuer la dépendance à la personnalité d’une personne afin de comprendre pourquoi elle en est atteinte. Cependant, cette approche peut avoir des inconvénients.

Considérer la dépendance comme faisant partie du caractère d’une personne peut conduire les gens à la blâmer personnellement ou à croire qu’elle fait partie de leur personnalité. En réalité, tout le monde peut développer une dépendance à la source de confiance. La dépendance peut également être traitée. Cela dit, certains traits de caractère sont plus associés à la dépendance que d’autres. Par exemple, une étude de 2018 a révélé que l’impulsivité était fréquente chez les adolescents ayant une dépendance. Cela ne signifie pas qu’ils ont une personnalité addictive, mais que certains traits peuvent augmenter le risque qu’une personne essaie une substance addictive.

Voici ce qu’est la relation entre la personnalité et la dépendance et les facteurs qui peuvent y contribuer.

Les personnalités addictives sont-elles réelles ?

Le concept de personnalité addictive vient de l’idée que certaines personnes développent des addictions en raison de leur caractère. Selon ce modèle de dépendance, certaines personnes ont plus de mal que d’autres à résister au développement d’une dépendance, et les personnes ayant une personnalité addictive sont intrinsèquement plus susceptibles d’avoir une dépendance que le reste de la population. Toutefois, ce concept est controversé et de nombreux experts en toxicomanie estiment qu’il est néfaste.

Aucune grande organisation de santé ne reconnaît la personnalité addictive comme un diagnostic médical. Au contraire, la plupart des experts considèrent la dépendance comme une maladie. La dépendance se définit comme un trouble chronique et récidivant, ce qui signifie qu’elle peut apparaître et disparaître sur de longues périodes. Pour un observateur, il peut sembler que les rechutes sont dues à la personnalité d’une personne, alors qu’en réalité, elles font partie de la maladie.

Ce que dit la recherche

Même si le diagnostic n’existe comme tel, il existe des preuves que certains traits peuvent rendre la dépendance plus probable.

Une étude de 2018 portant sur 109 participants, principalement des hommes, a révélé que les comportements impulsifs étaient corrélés à un risque plus élevé de dépendance. L’impulsivité peut augmenter la probabilité qu’une personne prenne des risques ou consomme des substances, élevant ainsi son risque de devenir dépendant.

Une autre étude de 2019 met également en évidence certains autres traits et comportements que les chercheurs ont liés à la dépendance, notamment la recherche de sensations, la non-conformité et la tolérance des comportements qui enfreignent les règles sociales. toutefois, la plupart des chercheurs s’opposent à l’idée de personnalités addictives car elle est déterministe. En réalité, l’addiction est une maladie complexe, aux multiples facettes, liée à de nombreux facteurs.

Par exemple, il existe également une association entre la dépendance et des états émotionnels temporaires, tels que le sentiment de stress ou d’aliénation. Le fait que les personnes n’aient pas la possibilité d’apprendre des techniques d’adaptation plus saines pour faire face à ces émotions peut également jouer un rôle.

Une étude menée en 2021 auprès de 94 personnes dépendantes âgées de 14 à 32 ans et vivant en Suisse, en France et au Québec a observé des tendances similaires. Les participants ont souvent fait état d’aliénation, de malaise dans les situations sociales, d’anxiété ou de dépression. Un style d’attachement insécurisant était également fréquent dans ce groupe. Cela se produit lorsqu’une personne ne développe pas un attachement sécurisant avec sa principale figure parentale pendant l’enfance, ce qui affecte ensuite ses relations et sa façon de faire face à l’adversité tout au long de sa vie.

Pourquoi certaines personnes développent-elles des dépendances ?

Il n’existe pas de facteur unique permettant de prédire si une personne développera une dépendance et pas une autre. C’est plutôt une combinaison de facteurs qui augmente le risque d’une personne. Ces facteurs sont nombreux et variés et comprennent

– L’épigénétique

L’épigénétique est l’étude de la façon dont l’environnement affecte les gènes. Les scientifiques estiment que l’épigénétique peut déterminer 40 à 60 % du risque de dépendance d’une personne.

– L’environnement social

Le fait de vivre avec des adultes qui consomment des drogues ou ont une attitude favorable à l’égard de l’abus de substances est associé à des attitudes et des comportements similaires chez les adolescents. De même, la pression exercée par les pairs peut inciter les adolescents à essayer des substances addictives.

– Consommation précoce

La consommation précoce de substances addictives peut influencer le développement du cerveau, ce qui rend plus probable la dépendance aux substances au cours de la vie.

– Consommation de médicaments sur ordonnance

Certaines personnes développent une dépendance à des substances après les avoir prises pour des raisons médicales. Par exemple, les médecins peuvent prescrire des opioïdes pour soulager la douleur. Ce sont des substances qui créent une forte dépendance, et même après une courte période, le corps peut en devenir dépendant.

– Stress ou traumatisme

Le traumatisme psychologique est une blessure mentale qui peut survenir à la suite de tout événement gravement stressant. Il peut s’agir de négligence ou d’abus dans l’enfance, d’intimidation, d’agression, de crime ou d’humiliation. Tout événement stressant ou traumatisant peut amener une personne à recourir à la dépendance pour tenter de faire face aux souvenirs ou aux sentiments qui y sont associés.

– L’iniquité joue également un rôle

Vivre dans une communauté où le niveau de pauvreté est élevé est un facteur de risque de dépendance, car le manque d’accès à l’éducation, à l’emploi et aux soins de santé rend les gens plus vulnérables. Les formes d’oppression, comme le racisme, aggravent ce phénomène en privant les communautés des éléments qui les protègent contre la dépendance et les overdoses.

Cette situation touche également la communauté LGBTQIA+. Le rejet par des membres de la famille en raison de leur sexualité ou de leur identité de genre peut être un facteur de risque de consommation de substances à haut risque chez les adolescents.

Comment savoir si l’on est enclin à la dépendance ?

Certaines personnes peuvent craindre d’être enclins à la dépendance ou d’en développer une à l’avenir. Ces inquiétudes peuvent être dues à l’anxiété, aux antécédents familiaux, à ce qu’ils ont lu en ligne ou à une consommation antérieure de substances. Cependant, la dépendance n’est pas prédéterminée. Le seul indicateur de la prédisposition d’une personne à la dépendance est son comportement et la façon dont il affecte sa vie.

Une personne peut avoir une dépendance à une substance ou à une activité si elle :

– l’utilise pour fuir ou engourdir ses émotions
– consacre une grande partie de son temps libre ou de son identité à ce comportement
– elle doit augmenter régulièrement le comportement ou le dosage d’une substance pour obtenir le même effet
– est prête à tolérer des conséquences négatives, telles que la détérioration de leurs relations ou la perte de leur emploi, afin de poursuivre ce comportement
– adopte le comportement même dans des situations où il pourrait être dangereux, par exemple l’alcool au volant
– éprouve des symptômes de sevrage s’elle essaie d’arrêter.

La dépendance se présente sous de nombreuses formes. Les gens peuvent être dépendants de substances telles que l’alcool, la nicotine, les drogues récréatives et les médicaments sur ordonnance. Le jeu, le shopping et le sexe sont des exemples de dépendances comportementales potentielles. Cependant, il existe des comportements que les gens peuvent avoir du mal à arrêter et qui ne sont pas le résultat d’une dépendance. Ces comportements peuvent être des compulsions.

Addictions et compulsions

Certaines personnes utilisent les termes « personnalité addictive » et « personnalité compulsive » de manière interchangeable ou combinée pour décrire les gens. Cependant, aucune de ces deux expressions ne constitue un diagnostic médical. Les compulsions sont des comportements répétitifs ou rituels qu’une personne adopte pour gérer son anxiété. Par exemple, une personne qui a des pensées persistantes au sujet d’un intrus peut verrouiller ses portes un certain nombre de fois pour se rassurer qu’elle est en sécurité.Il s’agit d’une caractéristique du trouble obsessionnel-compulsif, un problème de santé mentale.

Parmi les autres troubles mentaux qui provoquent des compulsions, citons les suivants:

– le trouble de l’excoriation, ou trouble du coupage de la peau
– la trichotillomanie, ou trouble de l’arrachage des cheveux
– l’exercice compulsif, qui ne fait pas l’objet d’un diagnostic officiel, mais dont beaucoup de personnes font l’expérience.

La dépendance et la compulsion peuvent sembler similaires de l’extérieur. Mais alors qu’une dépendance procure généralement une certaine forme de récompense, comme une bouffée de plaisir ou une évasion temporaire, les gens pratiquent des compulsions pour soulager leur peur. On peut souffrir à la fois d’un trouble compulsif et d’une dépendance. Les deux sont des maladies traitables.

Quand demander de l’aide

Toute personne qui souffre d’une dépendance ou qui craint d’en souffrir peut consulter un professionnel de la santé mentale spécialisé dans ce domaine. Seul un professionnel qualifié peut évaluer si une personne a une dépendance, il est donc important de demander conseil si possible. Chercher de l’aide pour une dépendance peut sembler intimidant ou même effrayant, mais plusieurs organisations peuvent apporter leur soutien.

Le rétablissement de la dépendance est possible avec un soutien et un traitement. Les personnes qui s’inquiètent de leur santé mentale devraient demander conseil à un professionnel.

Sources

Favennec, M., et al. (2021). Addictive behaviours in young people–an international comparative study of the construction of an addictive personality (France, Switzerland, Quebec).

THE ADDICTIVE PERSONALITY: MYTH OR CORNERSTONE OF PREVENTION AND TREATMENT?

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -