Sexualité : les images pornographiques, un réel risque d’addiction, par Karine Maurer

Karine Maurer
Karine Maurer

En 15 ans le porno est devenu accessible et gratuit pour tout le monde. Fini le porno de canal plus en mode crypté du samedi soir. Aujourd’hui les supers productions ont laissé  place à des sites gratuits en streaming à profusion. Les cibles sont de plus en plus jeunes et les risques de dysfonctions érectiles, « dans la vraie vie », et d’addiction à l’âge adulte sont réels. 

La consultation régulière de sites X est pratiquée par 22% de mineurs âgés de moins de 10 ans, 36% de 10-14 ans, et 42% de 15-18 ans. Non seulement nos ados y ont accès librement avec leur smartphone dans la cour de récrée, mais il s’avère que le porno a aussi de sérieuses  répercutions  sur le cerveau de ceux qui le consomment à outrance comme l’indique l’étude menée au Max Palck Institut paru dans un article il y a quelques jours sur ce site internet.Et les conclusions de cette étude ne sont tout de même inquiétantes. Les hommes qui passent beaucoup de temps à regarder de la pornographie sur Internet, au moins 4 heures par semaine, paraissent avoir moins de matière grise dans certaines parties du cerveau et une activité cérébrale réduite !

La pornographie : un mensonge qui déforme la réalité

Visionner de la pornographie n’est pas malsain en soi, seulement la ligne est étroite entre la consommation occasionnelle et la dépendance.

Qui sont les sujets les plus sensibles ? Les personnes qui risquent de devenir addicts au porno sont en général des hommes seuls,  insatisfaits de leur vie sexuelle et qui manquent de confiance en eux. En effet, les gros consommateurs de X, n’oseraient jamais  dans la vie normale aborder le genre de femmes visionnées dans le porno.

Le problème c’est qu’à force d’être stimulé par les hardeuses avec des seins refaits, surmaquillées et totalement épilée, leur cerveau s’habitue à ces corps artificiels et les enregistrent comme étant réels. Les hommes risquent de rencontrer des dysfonctions érectiles parce que leur cerveau, dans la vraie vie, face à de vrais corps imparfaits ne sera plus excité.

L’addiction au porno atteint aussi les hommes vivants en couple. Cette version fast food du sexeest très tentante et est surtout très addictive. Pour la majorité des hommes, la pornographie n’est qu’un simple besoin occasionnel pour satisfaire une pulsion, pour d’autre, cela peut devenir un problème si la simple curiosité du début devient nécessaire à l’excitation.

 Le porno agit comme une drogue

Au début, lorsqu’un individu regarde du porno, il cherche a satisfaire une curiosité, une pulsion et à vider une tension intérieure par la masturbation. Il accède alors à un état de détente et de plaisir  procurés par les hormones de la dopamine et endorphine. Ces hormones sont produites par le cerveau reptilien qui nous permet de boire manger dormir et nous reproduire. C’est lui qui régit notre survie. Il a le quasi monopole des neurones qui utilisent la dopamine et l’endorphine. La dopamine est l’hormone qui régule les sentiments de plaisir et de récompense. L’endorphine quand à elle, est l’hormone du plaisir et du bien-être. Elle est libérée dans notre corps  suite à un orgasme. Elle agit donc comme une morphine naturelle.

La dépendance à la pornographie consiste à rechercher la production toujours plus importante de ces hormones que demande le cerveau reptilien. Par conséquent, plus l’individu en regarde,  plus il en a envie. Au fur et à mesure, cette personne va en regarder de plus en plus longtemps, de plus en plus fréquemment, et chercher des scènes de plus en plus hard. Les scènes qui l’excitaient au début ne lui suffisent plus alors, il devient  un Sherlock Holmes de la scène choc qui lui produira sa dose. Ce comportement, typiquement celui de « drogué » qui a besoin d’une dose toujours plus régulière et toujours plus conséquente pourrait aussi conduire ainsi une véritable de dépendance.

Karine Maurer

Photo de Karine Maurer Sexologue
Karine Maurer coach en sexualité et accompagnante depuis 2004, elle anime depuis deux ans une chaîne YouTube dédiée à la sexualité et au plaisir féminin
coach en sexualité et accompagnante depuis 2004, elle anime depuis deux ans une chaîne YouTube dédiée à la sexualité et au plaisir féminin. Conférencière et facilitatrice de conscience, elle crée régulièrement des cercles de parole, des séminaires et des conférences autour du SOI SEXUEL. Ancienne mannequin, coach sportif, formatrice de grandes marques de cosmétiques, mère de quatre enfants, après un long chemin de résilience, elle a construit son chemin d’accompagnante au fil des années. Elle s’est formée à différents courants thérapeutiques et enseignements : toucher thérapeutique conscient, médecine chinoise, Carl Rogers, musicothérapie, chamanisme, hypnose, Acces Consciousness™. Créatrice du mouvement « Femmes Divines Inté-Graal », Karine est une femme passionnée par l’expansion de la conscience.
Contact :
06 12 92 23 61
karinemaurer@hotmail.fr
www.karinemaurer.com
Youtube

Lire aussi :

Névralgie d’Arnold : deux séances pour la faire disparaître

La sophrologie, une méthode efficace contre la douleur.

Dr Gilles Mondoloni : les solutions pour guérir de la fibromyalgie

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.