Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Sénior, jeune adulte: ces signes de déclin cognitif

En comprenant les différents stades du déclin cognitif, en identifiant les facteurs de risque et en mettant en place des stratégies d'adaptation, il est possible de naviguer au mieux dans ces méandres complexes

L’esprit humain est une merveille en constante évolution, mais avec l’âge, il peut malheureusement subir un déclin. Le déclin cognitif, aussi appelé déficience cognitive, se caractérise par une diminution des capacités de mémorisation, de raisonnement, d’apprentissage et d’attention. Bien qu’une certaine perte de ces fonctions intellectuelles soit une partie normale du vieillissement, le déclin cognitif se produit lorsque cette perte est plus importante que prévu pour votre âge.

Comprendre les stades du déclin cognitif

Le déclin cognitif peut se manifester de différentes manières, avec des symptômes variant en intensité au fil du temps. Les professionnels de santé catégorisent généralement le déclin cognitif en quatre stades distincts :

Déclin cognitif très léger

Dans les premiers stades, il n’y a pas de signes apparents de déclin. Cependant, les connexions entre les neurones (cellules cérébrales) commencent à changer et à se détériorer bien avant que les symptômes ne deviennent visibles. Ce stade progresse ensuite vers un déclin cognitif très léger (ou déclin cognitif subjectif) lorsque les symptômes sont signalés mais non évidents lors du diagnostic. À ce stade, vous pourriez avoir plus de trous de mémoire, comme oublier où vous avez posé vos clés, les réunions que vous avez programmées ou les noms de personnes, ou encore avoir du mal à rester concentré.

Déclin cognitif léger

De nombreux professionnels de santé considèrent le déclin cognitif léger, souvent appelé trouble cognitif léger (TCL), comme un stade intermédiaire entre le déclin cognitif lié à l’âge typique et la démence. À ce stade, les symptômes deviennent plus perceptibles et commencent à avoir un impact sur le travail et la vie quotidienne, notamment : se perdre en se rendant dans un endroit familier, avoir du mal à se rappeler ou à apprendre des noms, lire sans retenir le contenu, perdre un objet de valeur ou précieux, avoir des difficultés à socialiser ou à être dans des environnements sociaux, oublier des mots ou les noms de proches, et performer de manière nettement moins bonne au travail.

Déclin cognitif modéré

Avec un déclin cognitif modéré, ou démence légère, les symptômes sont évidents lors de l’évaluation clinique. Les caractéristiques du déclin cognitif modéré incluent : une prise de conscience réduite des événements et de l’actualité, des difficultés à se rappeler son histoire personnelle, des problèmes de concentration, une perte de la capacité à gérer ses finances, à voyager et à travailler, un déni de la condition, une capacité conservée à se rappeler les visages, l’heure ou l’emplacement, et des lieux familiers. À mesure que ce stade évolue vers un déclin cognitif modérément sévère ou une démence modérée, une personne peut ne plus être en mesure de vivre de manière indépendante.

Déclin cognitif sévère

Les stades ultérieurs, incluant le déclin cognitif sévère et très sévère, impliquent une détérioration continue des capacités cognitives. Les signes de déclin cognitif sévère comprennent : parfois, oublier le nom du conjoint, des difficultés à se rappeler des événements passés, un manque de conscience du temps, de l’emplacement ou de la saison, des difficultés à compter à rebours, l’incapacité à vivre de manière indépendante, l’incontinence, des comportements délirants, de la paranoïa, de l’agitation, des comportements obsessionnels, de l’anxiété. Dans un déclin cognitif très sévère (démence sévère), les gens perdent leur capacité à lire, à écrire et à parler, et nécessitent de l’aide pour tous les aspects de la vie quotidienne. Finalement, les capacités motrices et la marche se détériorent progressivement.

Quand le déclin cognitif commence-t-il ?

Votre cerveau change constamment tout au long de votre vie, et un certain déclin cognitif est attendu après l’âge moyen. Plus vous vieillissez, plus vous êtes susceptible de présenter des signes ; le trouble cognitif léger toucherait 6,7 % des personnes âgées de 60 à 64 ans, mais plus de 25 % des 80 à 84 ans.

Dans une étude transversale portant sur 29 000 participants atteints de démence, l’âge d’apparition des symptômes était de 73 ans pour les femmes et de 70 ans pour les hommes. D’autres études ont révélé que les premiers signes de déclin cognitif peuvent apparaître avant l’âge de 60 ans, voire dans les années 20 ou 30.
De plus, l’appartenance ethnique ou raciale peut également affecter le moment où votre fonction cognitive commence à décliner.  Le déclin cognitif peut également accompagner des troubles psychologiques comme un trouble dépressif majeur ou d’autres maladies, qui touchent les personnes de tous âges, races et origines ethniques.

 

Vitesse du déclin cognitif

Le déclin cognitif peut se développer rapidement ou progressivement, selon la cause sous-jacente. Dans les études, entre 8 % et 13 % des personnes atteintes d’un trouble cognitif léger développent une démence, le plus souvent la maladie d’Alzheimer, en l’espace d’un an.
Certaines conditions peuvent contribuer à un déclin plus rapide, avec des changements cognitifs observés en quelques semaines ou mois. C’est le cas pour une gamme d’infections, de traumatismes cérébraux, de maladies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer, d’autres maladies ou de certains médicaments.

Bien que le trouble cognitif léger augmente le risque de développer des maladies démentielles comme la maladie d’Alzheimer, tous les cas n’évoluent pas nécessairement vers la démence. Des chercheurs ont constaté que jusqu’à 16 % des personnes atteintes de trouble cognitif léger voient un retour à une cognition normale dans l’année. Cependant, d’autres études ont révélé que jusqu’à 65 % développent une démence complète dans les trois ans suivant un diagnostic de trouble cognitif léger.

Causes et facteurs de risque du déclin cognitif

Fondamentalement, le déclin cognitif se produit lorsque les neurones (cellules cérébrales) de certaines parties du cerveau commencent à s’affaiblir et à mourir. Un large éventail de maladies et de facteurs de santé peuvent en être la cause, notamment :

  • Traumatisme crânien, commotion cérébrale
  • Diabète
  • Accident vasculaire cérébral
  • Endocardite ou autres types d’infections cardiaques
  • Encéphalite, méningite ou autres infections cérébrales
  • Infections virales ou bactériennes
  • Maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, sclérose en plaques (SEP) et autres troubles neurodégénératifs
  • Trouble dépressif majeur, dépression
  • Schizophrénie, psychose
  • Maladies rénales, hépatiques ou thyroïdiennes
  • Consommation ou sevrage d’alcool ou de drogue
  • Certains corticostéroïdes, sédatifs, antihistaminiques ou antidépresseurs
  • Plusieurs facteurs de santé peuvent également augmenter votre risque de développer un déclin cognitif, notamment des éléments sur lesquels vous avez un certain contrôle et d’autres non :
  • Hypertension artérielle (tension artérielle élevée)
  • Perte auditive
  • Tabagisme
  • Diabète
  • Activité physique insuffisante
  • Obésité
  • Consommation excessive d’alcool
  • Antécédents familiaux de déclin cognitif
  • Âge

Comment ralentir le déclin cognitif ?

Dans la plupart des cas, le déclin cognitif est irréversible. Mais il existe des choses que vous pouvez faire pour en retarder la progression. Cela passe par le traitement de tout problème de santé sous-jacent et l’adoption de changements de mode de vie.

Voici quelques moyens de ralentir le déclin cognitif :

  • Être actif physiquement
  • Adopter une alimentation saine
  • Gérer le diabète
  • Traiter l’hypertension
  • Prendre en charge la perte auditive
  • Envisager un suivi psychologique
  • Stimuler son cerveau avec des exercices cognitifs

Dépistage et diagnostic du déclin cognitif

Le diagnostic d’un déclin cognitif commence généralement par le signalement de symptômes par l’individu ou un membre de la famille, qui s’inquiètent de leur état. Un professionnel de santé effectuera alors des évaluations supplémentaires pour en déterminer les causes.

Pour confirmer un cas suspecté, un professionnel de santé, souvent un neurologue, un neuropsychiatre ou un autre spécialiste, peut effectuer les tests suivants :

  • Tests cognitifs et neurologiques
  • Imagerie cérébrale
  • Évaluation psychiatrique
  • Test du liquide céphalo-rachidien
  • Analyses sanguines

S’adapter aux changements

L’impact du déclin cognitif peut être sévère, affectant votre capacité à fonctionner et à vivre de manière indépendante. Vivre avec cette condition signifie souvent d’apprendre à s’y adapter.

Voici quelques stratégies d’adaptation à envisager :

  • Maintenir une routine
  • Comprendre le traitement
  • Utiliser des rappels
  • S’organiser
  • Pratiquer des activités agréables
  • Porter des vêtements adaptés
  • Prévenir les chutes

Le déclin cognitif, une perte des capacités de raisonnement, de mémoire, de concentration, de langage et de résolution de problèmes, est un processus complexe. Bien que les premiers signes soient moins sévères, dans la plupart des cas, la condition s’aggrave et évolue vers la démence, rendant une personne incapable de fonctionner de manière autonome.

Les maladies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer, les traumatismes crâniens, les effets secondaires de médicaments et les maladies systémiques sont parmi les nombreuses causes possibles. L’adoption de changements de mode de vie et le traitement des causes sous-jacentes du déclin cognitif peuvent en ralentir la progression.

En comprenant les différents stades du déclin cognitif, en identifiant les facteurs de risque et en mettant en place des stratégies d’adaptation, il est possible de naviguer au mieux dans ces méandres complexes et de préserver la santé cognitive le plus longtemps possible.

5/5 - (10 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi