Réchauffement climatiques : accouchements précoces et santé des nourrissons en danger

Les femmes risquent d’accoucher plus tôt en raison des températures plus chaudes provoquées par la crise climatique, selon une nouvelle étude. Et les futurs nourrissons vont en pâtir.

La crise climatique affectera profondément la santé de chaque enfant vivant aujourd’hui, selon un rapport. L’étude, publiée dans la revue Nature Climate Change, a révélé que les jours où les températures dépassent les 32,2°, les taux de natalité augmentent de 5%. Les taux de natalité sont également plus élevés le lendemain, peut-être parce que le travail et l’accouchement a continué le lendemain d’une journée chaude suggère l’étude. Après la baisse des températures, les taux de natalité diminuent.

Une augmentation de 5 % peut sembler peu, mais les auteurs estiment que sur une période de 20 ans, une moyenne de 25 000 nourrissons par an sont nés plus tôt aux États-Unis en raison des températures chaudes. Cela équivaut à une perte de plus de 150 000 jours de gestation par année aux États-Unis de 1969 à 1988. Les chercheurs pensent qu’il s’agit probablement d’un sous-dénombrement. La réduction moyenne de la longueur gestationnelle est d’environ 6,1 jours, mais dans certains cas, les bébés sont nés jusqu’à deux semaines plus tôt.

Bébé nés trop tôt : des risques plus élevés de maladies

Des études antérieures ont révélé que les mères sont confrontées à un risque accru de pré éclampsie, d’hypertension et d’autres problèmes de santé avec des températures plus élevées. Pendant les dernières semaines d’un bébé dans l’utérus, il y a une maturation dans le cerveau et une croissance physique rapide. Des études ont montré que les bébés nés tôt ont un risque plus élevé de maladies telles que l’asthme, de retards de développement et un plus grand risque que l’enfant soit hospitalisé tôt dans la vie.

L’étude n’explique pas le lien entre la chaleur extrême et les naissances précoces. Des études chez les animaux ont montré que le stress thermique peut augmenter la quantité d’ocytocine produite par une mère. Chez les mères humaines, les niveaux de ce neuropeptide augmentent lorsque le travail commence. Une autre théorie est que la chaleur extrême pourrait causer des accouchements précoces en raison du stress cardio-vasculaire.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

D’autres études ont déjà noté des liens négatifs entre les températures plus chaudes et les naissances chez les humains et chez les animaux. Cette vaste étude a porté sur 56 millions de naissances. Au lieu d’utiliser des registres de longueur gestationnelle, qui pourraient être mal interprétés, les auteurs ont examiné les taux de natalité quotidiens, qui ont tendance à être plus précis. Ils ont également pris en compte les différences de température régionales.

La crise climatique devrait apporter plus de jours extrêmement chauds, les naissances précoces pourraient devenir un problème beaucoup plus grand dans le monde entier. Cette étude a seulement examiné les données de 1969 à 1988. Mais il y a eu beaucoup plus de journées chaudes record depuis lors et d’autres sont attendues à l’avenir.

Source :
https://www.nature.com/articles/s41558-019-0632-4.epdf?referrer_access_token=8YNRlku2iQvlM5S0-fAGH9RgN0jAjWel9jnR3ZoTv0O-SAsIwaUsGJe1dg9ifLA5RawofO0gCTO0ejTFUTYuyBlkpPZm93TAa0DdIkMWfsI0CW7qnOLLSBa8qc6i3g5JbWzUFHS09DHkQo8tVf3BV-Cu_vMgvXiRMasjkYk-HPGf4kdUNLEfGvFdSfobyZvFx12xv9SXGDEKpIk1n4GtIdXZmLX-8ZxDsGvIkdNj0PV_cRMmfFKzyuEn16op0cw4rENWEF777dNrP5WbUiQZWw%3D%3D&tracking_referrer=edition.cnn.com