Près de la moitié des décès par cancer dans le monde pourraient être évités

Etude du Lancet: le tabagisme, la consommation excessive d'alcool et le surpoids sont les principales causes de décès par cancer évitables.

Selon une nouvelle étude mondiale parue dans le Lancet, le tabagisme, la consommation excessive d’alcool et le surpoids sont les principales causes de décès par cancer évitables.

Une nouvelle étude mondiale, la première du genre, a révélé que près d’un décès par cancer sur deux, soit environ 4,45 millions par an, peut être attribué à des facteurs de risque évitables, le tabagisme, un indice de masse corporelle (IMC) élevé et une consommation excessive d’alcool arrivant en tête de liste.

Bien que le cancer soit la deuxième cause de décès dans le monde (après les maladies cardiaques), cette étude est la première à examiner une multitude de facteurs à l’échelle mondiale, selon les auteurs. Les résultats ont été publiés le 20 août dans The Lancet. Cette étude montre que le fardeau du cancer reste un important défi de santé publique dont l’ampleur ne cesse de croître dans le monde. Le tabagisme reste le principal facteur de risque de cancer dans le monde, mais d’autres facteurs importants contribuent à la charge du cancer.

Il est important que les associations entre les facteurs de risque évitables et le cancer reçoivent enfin la couverture qu’elles méritent. Techniquement, le tabagisme reste la principale cause de cancer et de décès liés au cancer en Occident, mais comme il a été si bien décrit, il est encore plus important de mettre en évidence l’obésité et le surpoids.

Les décès par cancer dus à des facteurs de risque évitables ont augmenté de 20 % au cours de la dernière décennie En utilisant les données de l’étude 2019 Global Burden of Disease de The Lancet, la recherche la plus complète à ce jour sur l’impact des maladies dans le monde, les chercheurs ont examiné comment 34 différents facteurs de risque comportementaux, métaboliques, environnementaux (tels que la pollution et le changement climatique) et professionnels (associés à l’emploi d’une personne) contribuaient aux décès et à la mauvaise santé dus à 23 types de cancer.

L’évolution de la charge du cancer entre 2010 et 2019 due aux facteurs de risque a également été estimée sur la base de la mortalité et des années de vie corrigées de l’incapacité (AVCI), une mesure des années de vie perdues à cause du décès et des années vécues avec une incapacité. Les enquêteurs ont constaté qu’entre 2010 et 2019, les décès par cancer dus à des facteurs de risque ont augmenté de 20,4 % dans le monde, passant de 3,7 millions à 4,45 millions. Les maladies dues au cancer ont augmenté de 16,8 % sur la même période, passant de 89,9 millions à 105 millions d’AVCI.

Les décès par cancer dus à des facteurs de risque évitables sont plus élevés dans les pays riches En 2019, les décès par cancer attribuables à des facteurs de risque dans le monde sont survenus de manière disproportionnée dans les pays les plus riches: ces pays ont enregistré 26,5 % des décès par cancer alors qu’ils représentaient 13,1 % de la population mondiale.

Les cinq régions présentant les taux les plus élevés de décès par cancer dus à des facteurs de risque étaient l’Europe centrale, l’Asie de l’Est, l’Amérique du Nord à revenu élevé, l’Amérique latine du Sud et l’Europe occidentale.

Le tabagisme reste le premier facteur de risque de décès par cancer dans le monde entier Les chercheurs ont désigné le tabagisme comme le facteur de risque à l’origine du plus grand nombre de décès par cancer. Les cancers du poumon et les cancers connexes, y compris le cancer de la trachée (qui commence dans la trachée) et le cancer des bronches (qui apparaît dans les bronches, les grandes voies respiratoires des poumons), représentaient 36,9 % de tous les décès par cancer attribuables à des facteurs de risque. Le cancer du poumon figure parmi les trois types de cancer les plus fréquemment diagnostiqués chez les hommes et les femmes.

Le lien entre l’obésité et le surpoids et le risque de cancer

Viennent ensuite le cancer du côlon et du rectum (13,3 %), le cancer de l’œsophage (9,7 %) et le cancer de l’estomac (6,6 %) chez les hommes, et le cancer du col de l’utérus (17,9 %), le cancer du côlon et du rectum (15,8 %) et le cancer du sein (11 %) chez les femmes.

L’association du tabagisme et de la consommation d’alcool avec différents types de cancer, et pas seulement le cancer du poumon dû au tabagisme et le cancer du foie causé par une consommation excessive d’alcool, a été bien établie, mais l’obésité et le risque de cancer est un facteur important qui est souvent négligé. Le fait que l’obésité et le surpoids provoquent le cancer est définitivement nouveau et vraiment important à souligner.

Le surpoids et l’obésité jouent un rôle clé dans le risque de cancer. L’obésité et le surpoids sont des domaines clés à prendre en compte dans le cadre des efforts de prévention du cancer. Une personne dont l’IMC se situe entre 25 et 29,9 est considérée comme en surpoids, et une personne dont l’IMC est supérieur à 30 est considérée comme obèse. L’IMC est calculé sur la base du poids et de la taille d’une personne et la même formule est utilisée pour les hommes et les femmes. C’est par exemple, la principale raison pour laquelle l’espérance de vie diminue aux États-Unis pour la première fois depuis longtemps.

La prévention est toujours beaucoup plus efficace que le traitement dans le traitement du cancer. Bien que la détection précoce du cancer soit importante, de nombreuses personnes atteintes d’un cancer détecté à un stade précoce vont évoluer vers des stades avancés et mourir de leur cancer. La prévention fonctionne toujours beaucoup mieux que le traitement dans le domaine du cancer. La meilleure façon d’agir sur des comportements modifiables tels que l’alimentation, le tabagisme ou l’alcool se situe non seulement au niveau des politiques de santé publiques mais aussi en fonction de la responsabilité de chacun de modifier son alimentation et son hygiène de vie.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -