Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

L’effet du régime cétogène sur la perte de poids mieux compris

De nouvelles recherches menées suggèrent que le régime cétogène pourrait protéger contre l'obésité

Le régime cétogène, une approche alimentaire faible en glucides, a longtemps été étudié pour ses effets sur la perte de poids. Cependant, les mécanismes précis derrière ces changements métaboliques restaient encore largement inconnus. De nouvelles recherches menées à la fois sur des souris et des humains suggèrent que le régime cétogène pourrait protéger contre l’obésité en augmentant certains acides biliaires spécifiques et en diminuant l’absorption des calories dans l’intestin.

Bien que le régime cétogène se soit avéré efficace pour une perte de poids à court terme, ses effets à long terme sur la santé ne sont pas encore clairement établis. Les experts recommandent plutôt des régimes à base de plantes, comme le régime méditerranéen, qui favorisent une plus grande diversité du microbiome intestinal, un facteur essentiel pour le bien-être global.

Le rôle des bactéries intestinales et de leurs métabolites

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que les bactéries intestinales et leurs sous-produits pourraient jouer un rôle dans les effets métaboliques bénéfiques du régime cétogène. Cependant, les bactéries ou les sous-produits spécifiques impliqués n’avaient pas encore été bien compris. Une nouvelle étude publiée dans Nature Metabolism a apporté des éclairages intéressants sur ce sujet. Les résultats suggèrent que certains acides biliaires, notamment l’acide taurodeoxycholique et l’acide tauroursodeoxycholique, pourraient protéger contre l’obésité en diminuant l’absorption des calories dans l’intestin. Cela pourrait entraîner une baisse du poids corporel et des taux de glucose à jeun.

L’influence du régime cétogène sur les acides biliaires

Les chercheurs ont constaté que la consommation d’un régime cétogène modifiait de manière significative ces métabolites, ainsi que le poids corporel et les taux de glucose à jeun. Leur analyse a révélé que 22 métabolites spécifiques avaient augmenté, tandis que 18 avaient diminué sous l’effet du régime cétogène.
Lorsque les chercheurs ont testé une autre intervention alimentaire de 7 semaines impliquant un supplément en acide aminé (la méthionine), cela a inversé les diminutions de poids corporel et de glucose à jeun causées par le régime cétogène. Cela a également réduit six acides biliaires particuliers liés aux changements de poids et de glucose.

Photo Freepik

L’impact des acides biliaires sur le poids et la glycémie

En traitant des souris avec quatre de ces acides biliaires, les chercheurs ont révélé que deux d’entre eux – l’acide taurodeoxycholique et l’acide tauroursodeoxycholique – ont considérablement réduit le poids corporel et les niveaux de sucre dans le sang, tout en améliorant la tolérance au glucose. Cet effet s’est produit indépendamment du fait que les souris suivaient un régime normal ou un régime cétogène supplémenté en méthionine. Les autres acides biliaires détectés n’ont pas été affectés par les changements de régime alimentaire et n’ont montré aucun lien avec le poids corporel ou les taux de glucose à jeun.

Lien entre acides biliaires et paramètres métaboliques chez l’humain

Les chercheurs ont ensuite cherché à déterminer si leurs conclusions chez la souris pouvaient s’appliquer également aux humains. Ils ont mené une étude d’observation mesurant les acides biliaires dans les échantillons de sang et de selles de 416 participants en bonne santé âgés de 20 à 60 ans.
Conformément à leurs résultats chez la souris, ils ont constaté que des niveaux sanguins plus faibles de certains acides biliaires spécifiques étaient significativement associés à un indice de masse corporelle (IMC) et à des taux de glucose à jeun plus élevés chez les humains. Ils ont également identifié des gènes de bactéries intestinales liés à l’IMC et à la glycémie à jeun chez l’homme.

Modifications du microbiome induites par le régime cétogène

Le régime cétogène semble réduire les niveaux d’une bactérie intestinale spécifique appelée Lactobacillus murinus ASF361, qui produit une enzyme appelée « bile salt hydrolase ». Une diminution de cette bactérie ou de cette enzyme entraîne une augmentation des niveaux des deux acides biliaires mentionnés précédemment, l’acide taurodeoxycholique et l’acide tauroursodeoxycholique. Ces acides biliaires accrus réduisent à leur tour l’absorption des calories en interférant avec l’expression d’un gène codant pour une protéine appelée anhydrase carbonique 1 dans l’intestin, ce qui pourrait être lié à l’obésité. Cette diminution de l’absorption des calories entraîne une perte de poids et une baisse des taux de glucose à jeun.

Préoccupations concernant les effets à long terme

Bien que le régime cétogène se soit avéré efficace pour une perte de poids à court terme, les experts remettent en question sa durabilité et ses implications à long terme sur la santé en raison de sa nature restrictive. En effet, les recherches antérieures suggèrent que les régimes riches en graisses et pauvres en glucides réduisent la diversité du microbiome de manière à pouvoir diminuer la production d’antioxydants bénéfiques et d’autres métabolites importants. Cette étude confirme l’impact du régime cétogène sur la réduction de la diversité microbienne, mettant en évidence des changements sélectifs.

Recommandations des experts

Les diététiciennes interrogées dans le cadre de cette étude ne recommandent généralement pas le régime cétogène à leurs patients, préférant plutôt des régimes plus durables et plus favorables à la santé à long terme, comme le régime méditerranéen ou le régime DASH. Comparés au régime cétogène, ces régimes favorisent de manière plus fiable la diversité du microbiome grâce à une variété d’aliments végétaux et fournissent des nutriments essentiels, ce qui pourrait mieux soutenir le bien-être global.

Bien que le régime cétogène se soit avéré efficace pour une perte de poids à court terme, ses mécanismes d’action précis restaient jusqu’à récemment largement inconnus. De nouvelles recherches chez la souris et chez l’homme suggèrent que certains acides biliaires spécifiques jouent un rôle clé dans les effets du régime cétogène sur le poids et la glycémie.
Cependant, les experts s’interrogent sur la durabilité et les implications à long terme de ce régime en raison de son impact potentiellement négatif sur la diversité du microbiome intestinal. Ils recommandent plutôt des régimes plus équilibrés et diversifiés, comme le régime méditerranéen, qui semblent mieux préserver la santé globale.

Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour mieux comprendre les interactions complexes entre le régime alimentaire, le microbiome et le métabolisme, afin de développer des approches nutritionnelles optimales pour la gestion du poids et de la santé à long terme.

 

 

5/5 - (22 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi