La pollution de l’air augmente les cas de maladies cardiaques et de démence

Publicité

Les personnes exposées en permanence à la pollution atmosphérique courent un risque accru de démence, en particulier si elles souffrent également de maladies cardiovasculaires, selon une étude du Karolinska Institutet en Suède publiée dans la revue JAMA Neurology. Par conséquent, les patients atteints de maladies cardiovasculaires qui vivent dans des environnements pollués peuvent avoir besoin d’une prévention supplémentaire de la part des médecins pour prévenir la démence, selon les chercheurs.

Le nombre de personnes vivant avec une démence devrait tripler au cours des 30 prochaines années. Aucun traitement curatif n’a été identifié et la recherche de facteurs de risque et de protection modifiables reste une priorité de santé publique. Des études récentes ont établi un lien entre les maladies cardiovasculaires et la pollution de l’air et le développement de la démence, jusque là les conclusions sur le lien entre la pollution de l’air et la démence étaient rares et incohérentes.

Les normes actuelles ne protègent pas assez les populations

Dans cette étude, les chercheurs ont examiné le lien entre l’exposition à long terme à la pollution de l’air et la démence et le rôle que jouent les maladies cardiovasculaires dans cette association. Près de 3 000 adultes, âgés en moyenne de 74 ans et vivant dans le district de Kungsholmen, dans le centre de Stockholm, ont été suivis pendant une période pouvant aller jusqu’à 11 ans. Parmi eux, 364 personnes ont développé une démence. Le niveau annuel moyen de particules de 2,5 microns ou moins de largeur (PM2,5) est considéré comme faible par rapport aux normes internationales.

« Il est intéressant de noter que nous avons pu établir des effets nocifs sur la santé humaine à des niveaux inférieurs aux normes actuelles de pollution atmosphérique », déclare le premier auteur Giulia Grande, chercheur au département de neurobiologie, des sciences des soins et de la société du Karolinska Institutet. « Nos conclusions suggèrent que la pollution de l’air joue un rôle dans le développement de la démence, et principalement à travers l’étape intermédiaire des maladies cardiovasculaires et surtout des accidents vasculaires cérébraux ».

Le risque de démence a augmenté de 50%

Au cours des cinq dernières années d’exposition, le risque de démence a augmenté de plus de 50 %. Selon les chercheurs, l’insuffisance cardiaque et les cardiopathies ischémiques augmentent le risque de démence. Les accidents vasculaires cérébraux expliquent à eux seuls près de 50 % des cas de démence liés à la pollution atmosphérique.

« La pollution de l’air est un facteur de risque établi pour la santé cardiovasculaire et, comme les maladies cardiovasculaires accélèrent le déclin cognitif, nous pensons que l’exposition à la pollution de l’air pourrait avoir un effet négatif indirect sur la cognition », déclare Giulia Grande.  »

Source

The role of cardiovascular disease in the association of long-term exposure to air pollution and the risk of dementia, » Giulia Grande, Petter L.S. Ljungman, Kristina Eneroth, Tom Bellander, Debora Rizzuto, JAMA Neurology, March 30, 2020, DOI: 10.1001/jamaneurol.2019.4914