La pleine lune affecte-t-elle notre bien-être physique et mental ?

Voici ce que les chercheurs ont découvert sur les effets de la lune sur le corps et le comportement humains.

Il existe de nombreuses croyances communes sur la façon dont la pleine lune peut influencer tout, de la qualité du sommeil à la santé mentale et à la santé cardiaque. Cependant, seules quelques-unes d’entre elles ont été prouvées par des études.

Dans la pièce « Othello » de Shakespeare, la servante Emilia dit à Othello que la lune s’est trop rapprochée de la Terre et a rendu les hommes fous. L’idée qu’une pleine lune peut susciter des émotions, provoquer des comportements bizarres et même des maladies physiques n’est pas seulement un trope littéraire. C’est une croyance fortement ancrée, même aujourd’hui. Aussi puissante que puisse être cette croyance ancienne, peu d’éléments scientifiques viennent étayer la théorie selon laquelle la pleine lune entraîne une augmentation rapide des visites aux urgences ou des admissions dans les services de santé mentale.

Voici ce que les chercheurs ont découvert sur les effets de la lune sur le corps et le comportement humains.

L’effet de la pleine lune

Pendant des siècles, médecins et philosophes ont attribué les changements de comportement à l’attraction de la lune. Le mot « lunatique », après tout, vient de l’idée que les changements d’état mental étaient liés aux cycles lunaires. Le lien entre les deux est même étayé par des traités juridiques historiques. L' »effet lunaire » repose sur la croyance selon laquelle la santé et le comportement sont modifiés à des stades spécifiques du cycle lunaire, certains affirmant qu’il peut tout affecter, de la santé reproductive à la qualité du sommeil et au-delà.

Sources de la superstition

L’idée que la lune a un impact sur certains aspects de la santé physique et mentale remonte à la Grèce et à la Rome antiques et est bien documentée dans les écrits d’auteurs classiques comme Aristote et Lucilius.
Bien que nombre de ces théories aient été démenties depuis, la possibilité que les humains puissent être affectés par les cycles lunaires n’est pas totalement dénuée de fondement.

Les marées de l’océan montent et descendent en fonction des phases de la lune, et plusieurs espèces marines, dont le corail du récif, les vers marins et certains poissons, ont des cycles de reproduction qui correspondent approximativement aux cycles lunaires. Pourtant, peu d’études établissent un lien entre la lune et le comportement et l’état de santé des humains. Voici ce que les chercheurs peuvent nous dire sur les liens qui existent entre les gens et la pleine lune.

La pleine lune et votre sommeil

Lorsque la lune est pleine et brillante, elle peut affecter la qualité de votre sommeil.

Il est intéressant de noter qu’une étude de 2021T a révélé que les gens s’endormaient plus tard et dormaient moins bien dans l’ensemble les nuits précédant la pleine lune. D’autres recherches suggèrent que la pleine lune peut être associée à un sommeil moins profond et à une augmentation de la latence du sommeil paradoxal (mouvements oculaires rapides). La latence du sommeil est la période entre le moment où vous vous endormez et celui où vous entrez dans le premier stade du sommeil paradoxal. Une latence accrue signifie donc qu’il faut plus de temps pour atteindre le sommeil paradoxal.

D’autres causes de latence du sommeil paradoxal peuvent inclure:

l’apnée du sommeil
la consommation d’alcool
certains médicaments
Le sommeil le plus profond survient juste avant le début du sommeil paradoxal.

Peut affecter différemment les hommes et les femmes

Une étude de 2015 menée auprès de 205 personnes a révélé que la pleine lune peut affecter le sommeil différemment chez les hommes et les femmes. De nombreuses femmes dorment moins et ont moins de sommeil paradoxal lorsque la phase de pleine lune est proche, alors que les hommes ont plus de sommeil paradoxal à proximité d’une pleine lune. En 2016, un groupe de chercheurs a examiné les cycles de sommeil des enfants dans 12 pays. Ils ont constaté que les enfants dormaient 1% de moins pendant la phase de pleine lune. Cependant, ils n’ont pas trouvé d’association entre cette modification du sommeil et des différences significatives de comportement pendant cette période. Cependant, si de nombreuses études mettent en évidence une association entre le sommeil et les cycles lunaires, ce n’est pas le cas de toutes. Une étude de 2015 portant sur 2 125 personnes n’a trouvé aucun lien entre la pleine lune et les changements dans les habitudes de sommeil.

Pleine lune, humeur et santé mentale

Le corps humain s’est adapté à des éons d’exposition à la lumière du jour et à l’obscurité. Cela a conduit au développement de rythmes circadiens qui affectent de nombreux systèmes de votre corps, et pas seulement votre cycle veille-sommeil. Les rythmes circadiens affectent également votre santé physique et mentale. Mais l’utilisation généralisée de la lumière électrique signifie que bon nombre de vos rythmes circadiens s’adaptent à de nouveaux schémas de lumière et d’obscurité. Lorsque les rythmes circadiens vacillent, cela peut provoquer ou augmenter les symptômes de certains troubles de santé mentale, notamment:

l’anxiété
le trouble bipolaire
la dépression
la schizophrénie
La pleine lune a-t-elle encore le pouvoir de perturber votre rythme circadien ? Elle éclaire le ciel d’un faible 0,1 à 0,3 lux par rapport à un simple lampadaire (15 lux) ou à un écran de téléphone portable (40 lux).

Alors, les pleines lunes sont-elles vraiment associées à des changements d’humeur et de santé mentale ?

Les preuves scientifiques dominantes disent que non. Les chercheurs d’une étude de 2017 ont analysé les dossiers des urgences d’un hôpital de 140 lits et ont constaté que les personnes se rendaient aux urgences en raison d’un trouble psychiatrique en nombre à peu près égal pendant les quatre phases de la lune.

Une étude de 2019 portant sur près de 18 000 dossiers médicaux provenant de différents établissements a constaté la même chose : aucune relation entre les cycles lunaires et la durée des séjours hospitaliers ou le nombre d’admissions ou de sorties dans les établissements psychiatriques.

Les personnes atteintes de troubles bipolaires peuvent être concernées

Il existe une exception notable à cette conclusion générale. Les chercheurs ont constaté que les personnes atteintes de troubles bipolaires peuvent être affectées par les changements du cycle lunaire. Plus précisément, une étude de 2018 a examiné 17 personnes dont le trouble bipolaire avait tendance à passer rapidement de la dépression à la manie. L’étude a montré que le stimulateur circadien (un petit groupe de nerfs) de ces personnes s’est synchronisé avec les schémas lunaires. Cela a provoqué des changements dans leur sommeil qui ont ensuite déclenché le passage des symptômes de la dépression à ceux de la manie.

Dans une étude de cas de 2019 d’une femme souffrant de troubles bipolaires II, les chercheurs ont suggéré que ce lien entre la lune et l’humeur peut être traité en changeant certains médicaments (en particulier les médicaments pour la thyroïde et les antidépresseurs) et en utilisant la luminothérapie.

La pleine lune et votre système cardiovasculaire

Lorsque la lune se rapproche de la Terre, son attraction gravitationnelle change – et les grandes masses d’eau de la Terre réagissent par des marées plus fortes. Les scientifiques se sont demandés si la modification de la force gravitationnelle pouvait également affecter la réaction des fluides à l’intérieur de votre corps. Voici ce qu’ils ont découvert.

Peut affecter la pression sanguine

Dans une étude de 2013 sur des étudiants universitaires de sexe masculin, les chercheurs ont mesuré les effets des cycles lunaires changeants sur le système cardiovasculaire des participants. Ils ont constaté que la pression artérielle baissait d’environ 5 mm Hg pendant les phases de nouvelle lune et de pleine lune.

Les étudiants ont également effectué un test de marche. Leur rythme cardiaque et leur pression artérielle étaient tous deux plus faibles pendant les phases de pleine lune et de nouvelle lune. De plus, leur rythme cardiaque revenait à la normale plus rapidement pendant les pleines et nouvelles lunes. Dans cette étude, les chercheurs ont conclu que les humains étaient plus efficaces physiquement pendant les pleines et les nouvelles lunes.

Toutefois, cette conclusion est quelque peu en contradiction avec d’autres recherches – notamment une étude de 2020 sur des athlètes masculins qui n’a pas trouvé de différence significative dans les performances athlétiques pendant les différentes phases lunaires.

 

La pleine lune et la violence, l’agression, les traumatismes et le suicide

Depuis des décennies, voire des siècles, les gens persistent à croire qu’il y a plus d’agressions, de traumatismes et de suicides pendant les périodes de pleine lune. De nombreux chercheurs se sont penchés sur ces questions. Ils ont examiné des dossiers, mené leurs propres études et sont arrivés à cette conclusion : La pleine lune ne provoque pas une augmentation de ces comportements humains.

En fait, une étude a montré que pendant une pleine lune, l’incidence des homicides diminue légèrement. De même, une autre étude a montré qu’il n’y avait pas de différence significative dans les admissions dans un centre de traumatologie pendant une pleine lune.

La lune et les cycles menstruels

La lune met environ un mois pour faire le tour de la Terre. Comme de nombreux cycles menstruels ont à peu près la même durée, les gens ont établi un lien entre la lune et ses effets sur les périodes menstruelles – mais ils ne sont pas vraiment synchronisés. Une étude de 2021 le confirme. Dans cette étude, les chercheurs ont suivi 529 femmes pendant six cycles menstruels et ils n’ont trouvé aucune association entre les phases lunaires et le début des cycles menstruels. En ce qui concerne les cycles reproductifs humains, vous serez peut-être rassurée de savoir qu’une pleine lune ne vous fera pas non plus accoucher d’un coup si vous êtes enceinte.

Des conclusions erronées

Une corrélation illusoire est un type d’erreur de raisonnement. Elle se produit lorsque vous tirez une conclusion erronée parce que vous n’avez pas pris en compte toutes les données, mais seulement certaines d’entre elles. Par exemple, si vous visitez une nouvelle ville et que vous faites quelques rencontres désagréables avec des habitants, vous pouvez en conclure que tous les habitants de cette ville sont grossiers. En arrivant à cette conclusion, vous négligeriez les nombreuses interactions positives ou neutres que vous avez eues pour vous concentrer uniquement sur les négatives. De même, des personnes peuvent avoir remarqué un épisode comportemental ou un incident traumatique et l’attribuer à la pleine lune parce qu’elles ont entendu des mythes sur une association entre les deux.

Points essentiels à retenir

Les cycles de la lune étant connus pour influencer des phénomènes naturels tels que les marées, certaines cultures ont développé une croyance persistante, mais le plus souvent erronée, selon laquelle les phases lunaires influencent également les émotions, les comportements et la santé des êtres humains.

Dans la plupart des cas, une pleine lune ne rend pas les gens plus agressifs, violents, anxieux ou déprimés. Il semble toutefois exister un lien entre les phases de la lune et les changements dans les symptômes du trouble bipolaire. Il est également prouvé qu’une pleine lune peut entraîner un sommeil moins profond et un retard dans l’entrée dans le sommeil paradoxal. En outre, certaines études ont montré un léger changement des conditions cardiovasculaires pendant une pleine lune.

Les scientifiques continuent d’étudier l’influence de la lune sur divers systèmes physiologiques et psychologiques. Mais pour l’instant, il semble que l’effet de ce corps céleste sur votre organisme soit moins puissant qu’on ne le pensait autrefois.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -