Article SponsoriséMédecine douce

Huile de CBD : quelles sont les recommandations ?

Le chanvre est l’une des premières plantes cultivées par l’Homme depuis des milliers d’années. À l’époque, on l’employait dans plusieurs domaines tels que l’alimentation, la fabrication de textiles, les matériaux de construction, etc. Aujourd’hui encore, le chanvre se révèle utile dans de nombreux secteurs. On le retrouve notamment sous diverses formes, entre autres les bonbons, les shampoings, le thé, les tisanes, les cosmétiques, etc. Quelles sont donc les diverses recommandations à prendre concernant l’huile de CBD.

D’où provient l’huile de CBD ?

L’huile de CBD est une huile extraite des graines et des fibres des tiges du chanvre. Elle contient du CBD ou cannabidiol qui est une des deux substances actives, présente en grande quantité dans le chanvre ou cannabis sativa. Il se distingue du THC ou tétrahydrocannabinol, l’autre substance (cette fois-ci psychoactive) principale du chanvre employé pour des usages récréatifs.

Ce sont tous deux des cannabinoïdes. L’huile de CBD est fabriquée en extrayant le cannabidiol de la plante de cannabis, puis en le diluant avec des huiles d’origine végétale comme l’huile de noix de coco. Des terpènes sont ensuite ajoutés au mélange obtenu pour affiner le goût et l’odeur. Son usage pharmaceutique nécessite qu’elle soit de très grande qualité. C’est notamment ce que propose Olmavita, le leader belge en matière d’huile de CBD premium. Les propriétés bioactives des molécules contenues dans cette huile permettent profiter de ses actions.

Quel est le cadre légal qui régit la commercialisation de l’huile de CBD ?

Le commerce d’huile de CBD est autorisé depuis de nombreuses années en Belgique. Pendant les années 2017 et 2018, la commercialisation de produits issus de cannabidiol, y compris l’huile de CBD, a connu une expansion fulgurante. Le commerce en magasin ou sur internet avait fleuri spécifiquement pour les produits alimentaires ayant obtenu une dérogation. La commercialisation des produits pour un usage cosmétique, alimentaire, ou médical est en effet parfaitement réglementée. Les produits ne bénéficiant pas d’une autorisation spécifique sont interdits. La majorité des articles restreints par cette interdiction sont revendus par les commerçants comme produits non destinés à l’usage humain.

En réalité, la culture du cannabis est interdite sauf pour les variétés contenant moins de 0,2% de THC. Seule la production du chanvre cultivé ou cannabis sativa est légal. La production, l’importation et la vente de chanvre récréatif sont en effet interdites en Belgique. Toutefois, une personne qui cultive une seule plante à son domicile ne sera en principe pas poursuivie. La politique pénale classe ce type d’infraction comme non prioritaire.

Le point sur le cadre légal médical de l’huile de CBD

La fourniture et la possession d’herbe de cannabis à des fins médicinales restent interdites. Les produits non pharmaceutiques à base de cannabis et de dérivés du cannabis (par exemple, l’huile de cannabis, teinture de cannabis) ne sont pas non plus autorisés. Seuls certains médicaments pharmaceutiques à base de cannabis ont récemment été mis à disposition en Belgique.

Il s’agit du Sativex et de l’Epidolex qui ont reçu une autorisation de mise sur le marché. Ils sont délivrés uniquement sur prescription médicale. Ils contiennent du CBD, mais également du THC et possèdent des indications strictes : sclérose en plaques, épilepsie… Plusieurs études et recherches ont été effectuées sur les effets de l’huile de CBD sur la santé, mais les résultats ne sont pas encore concluants pour l’employer à des fins thérapeutiques. Les recherches sont toujours en cours pour définir un dosage ou une posologie précise. Elle n’est donc pas encore autorisée comme traitement, mais plutôt comme complément alimentaire.

Qu’en est-il du cadre légal industriel ?

Pour cultiver les variétés de cannabis, il est indispensable de posséder une licence. Cette licence concerne la production commerciale de fibres de chanvre à des fins industrielles (pour une utilisation dans les cosmétiques, par exemple). Dans l’industrie agroalimentaire, la vente de compléments alimentaires et autres produits alimentaires à base de chanvre est défendue.

Il existe cependant des dérogations accordées pour certains types d’articles alimentaires. À propos des limites de sécurité du THC pour les denrées alimentaires, elles sont beaucoup plus basses que la limite de 0,2% qui s’applique aux autres produits. Il n’existe pas d’interdiction générale à breveter des produits à base de cannabis. Or, le Code belge de droit économique prévoit que les inventions dont l’exploitation commerciale serait contraire à l’ordre public ou aux bonnes mœurs ne sont pas brevetables.

Quelles sont les précautions d’emploi de l’huile de CBD ?

L’huile de cannabidiol ne contient pas de substance psychoactive. Il s’agit toutefois d’un produit à base de cannabinoïde, il doit donc être manipulé avec précaution. Quelques précautions d’emploi sont donc à respecter lorsque l’on désire l’utiliser. La consommation orale d’huile de CBD n’est pas sans effets secondaires. Il peut notamment s’agir de diarrhée, d’hypotension, de fatigue, de variation de poids, etc. L’usage de cannabidiol peut être dangereux pour les femmes enceintes et les nourrices.

Les recherches sur le sujet ne sont pas encore très nombreuses. Cependant la probabilité de transmettre les cannabinoïdes au fœtus ou au nourrisson n’est pas négligeable. Un produit à base de cannabidiol délivré sur ordonnance est sans risque lorsqu’il est pris à doses convenues. Seul le médecin traitant est habilité à juger le dosage approprié.

Si vous êtes atteint d’une maladie du foie, il est préférable d’user de prudence dans l’usage de tout produit à base de CBD. Les doses appliquées doivent être plus faibles par rapport à un patient en bonne santé. Par ailleurs, faites attention aux interactions avec d’autres médicaments. Des recherches suggèrent que le CBD peut, surtout à forte dose, réduire l’efficacité de certains médicaments ou augmenter leurs risques. Les principaux remèdes concernés sont les antidépresseurs, les anticoagulants et les statines hypocholestérolémiantes.

En d’autres termes, votre médecin doit être tenu au courant de tous les médicaments et suppléments que vous prenez, y compris le CBD, afin de gérer au mieux vos soins généraux et vous prémunir contre les interactions médicamenteuses potentielles et autres risques. Si vous avez déjà commencé à utiliser du CBD, nous vous recommandons d’informer votre médecin. Le CBD ou tous les produits issus de sa transformation comme l’huile de CBD sont à prendre avec beaucoup d’attention. Ce sont des substances venant du cannabis. Si vous devez les consommer, vous devez faire attention au mode d’emploi et à la quantité que vous ingérez.

Articles similaires