Graisse viscérale : 6 dangers pour la santé que fait courir la graisse du ventre

Saviez-vous que certains types de graisses dangereuses stockées autour de vos organes peuvent également contribuer à des maladies graves

La plupart des gens considèrent que la graisse corporelle est relativement inoffensive et qu’il s’agit simplement d’un élément que l’on souhaite éliminer pour avoir une meilleure apparence et se sentir mieux. Mais saviez-vous que certains types de graisses dangereuses stockées autour de vos organes peuvent également contribuer aux maladies cardiaques, à la démence, au cancer, à la dépression et à de nombreuses autres maladies ?

L’excès de graisse corporelle stockée et l’obésité ne sont pas seulement inesthétiques, ils sont aussi vraiment dangereux. Bien qu’il soit difficile d’imaginer que l’obésité et certains types de graisse corporelle soient des maladies inflammatoires à part entière, c’est exactement ce qu’ils sont.

Qu’est-ce que la graisse viscérale ?

La graisse viscérale est techniquement une accumulation excessive de tissu adipeux intra-abdominal. En d’autres termes, il s’agit d’une graisse « profonde » qui est stockée plus loin sous la peau que la graisse ventrale « sous-cutanée ». Il s’agit d’une forme de graisse gélatineuse qui s’enroule autour des principaux organes, notamment le foie, le pancréas et les reins. Si vous avez un ventre proéminent et une taille large, c’est un signe évident que vous stockez de la graisse viscérale dangereuse. Bien qu’elle soit plus visible et plus prononcée chez les personnes obèses, n’importe qui peut avoir de la graisse viscérale, souvent sans même le savoir. La graisse viscérale est particulièrement dangereuse car, comme vous le découvrirez, ces cellules graisseuses ne se contentent pas de rester là et de vous serrer le pantalon, elles modifient également le fonctionnement de votre corps.

Le fait de transporter un excès de graisse viscérale est lié à une augmentation du risque de :

– maladies coronariennes
– Cancer
– Accident vasculaire cérébral
– Démence
– Diabète
– Dépression
– Arthrite
– Obésité
– Dysfonctionnement sexuel
– les troubles du sommeil.

La graisse viscérale est considérée comme toxique et pose un double problème à l’organisme car elle est capable de provoquer des voies inflammatoires et des molécules de signalisation qui peuvent interférer avec les fonctions hormonales normales du corps. En fait, elle agit presque comme un organe à part entière puisqu’elle est capable d’avoir un impact aussi important sur l’organisme.

Les cellules adipeuses ne se contentent pas de stocker des calories supplémentaires. Elles se sont révélées beaucoup plus impliquées dans la physiologie humaine que nous ne le pensions auparavant. Nous savons maintenant que le tissu adipeux lui-même agit comme son propre organe en produisant des hormones et des substances inflammatoires. Le stockage de l’excès de graisse autour des organes augmente la production de substances chimiques pro-inflammatoires, également appelées cytokines, ce qui entraîne une inflammation ; dans le même temps, il interfère avec les hormones qui régulent l’appétit, le poids, l’humeur et le fonctionnement du cerveau.

Comment se développe la graisse viscérale

Un ventre maigre est un indicateur clé de la santé. Votre corps tente donc de le préserver en contrôlant votre appétit et vos dépenses énergétiques. Pour éviter une accumulation dangereuse de graisse, le corps fonctionne comme un orchestre de produits chimiques qui nous indique quand manger et quand nous sommes rassasiés. Ce système de rétroaction chimique, qui repose sur la communication entre le cerveau et d’autres organes majeurs (la connexion cerveau/corps), est responsable du maintien de notre poids santé ou de notre vulnérabilité à la prise de poids et au stockage des graisses viscérales.

Au cœur du contrôle du poids, de l’appétit et de l’humeur se trouve le taux de sucre dans le sang, qui est contrôlé en grande partie par l’hormone insuline. L’insuline équilibre la glycémie en la faisant baisser après un repas riche en glucides ou en sucres. Lorsque nous digérons les aliments, notre organisme décompose les molécules de sucre et d’amidon en unités plus simples appelées glucose ou fructose. Ces sucres simples entrent dans notre circulation sanguine et déclenchent la libération d’insuline par le pancréas. L’insuline a alors la tâche importante d’amener le sucre sanguin dans les cellules de notre corps. Lorsqu’il fonctionne correctement, ce processus nous fournit l’énergie nécessaire au fonctionnement du cerveau, des tissus et des muscles.

Dans le même temps, l’insuline correspond également aux réserves de graisse corporelle, y compris la graisse viscérale stockée au plus profond de notre corps. C’est pourquoi on appelle souvent l’insuline « l’hormone de stockage des graisses ».

Lorsqu’il y a trop de glucose dans notre circulation sanguine et que nos cellules ont déjà rempli les réserves de glycogène, le glucose est stocké sous forme de graisse. Cela se produit beaucoup plus rapidement et facilement lorsque l’on consomme des glucides transformés raffinés et des aliments sucrés. Les amidons transformés, comme le pain blanc ou le riz blanc, ainsi que les aliments riches en sucre, sont rapidement transformés en sucres simples qui pénètrent dans la circulation sanguine et déclenchent une libération plus importante d’insuline par le pancréas. Il en résulte généralement une prise de poids et une faim encore plus grande, ce qui entraîne une suralimentation continue et un cercle vicieux dans lequel il est difficile d’arrêter de manger des sucreries.

Plus le taux d’insuline sanguin reste élevé, plus la personne est susceptible d’accumuler un excès de graisse corporelle et d’avoir des problèmes de poids. L’insuline communique également avec de nombreuses autres hormones nécessaires à diverses fonctions, y compris celles fabriquées dans les glandes surrénales, comme le cortisol, l’hormone du stress. Des taux anormalement élevés et des déséquilibres hormonaux se traduisent donc par de fortes envies de manger, des changements d’humeur, un manque d’énergie et divers autres facteurs qui contribuent à la formation de maladies.

Pourquoi certaines personnes stockent-elles plus de graisse sous forme de graisse viscérale que d’autres ? Les mécanismes spécifiques responsables de l’augmentation proportionnelle du stockage de la graisse viscérale comprennent la consommation de trop de calories (« bilan énergétique positif »), les hormones sexuelles, la production de cortisol, les hormones de croissance et le fructose alimentaire (sucre).

6 risques d’un taux élevé de graisse viscérale

1. Augmentation de l’inflammation

L’une des principales préoccupations est que la graisse viscérale produit des molécules hormonales et inflammatoires qui sont déversées directement dans le foie, ce qui entraîne encore plus d’inflammation et de réactions perturbatrices des hormones. Si vous stockez plus de graisse que vous n’en avez besoin, en particulier autour des organes viscéraux comme le foie, le cœur, les reins, le pancréas et les intestins, votre corps s’enflamme et votre métabolisme en souffre, ce qui rend le cycle difficile à rompre.

La graisse viscérale ne se contente pas de favoriser l’inflammation à long terme, elle s’enflamme elle-même en produisant de l’interleukine-6, un type de molécule inflammatoire. Ce type de graisse stocke les globules blancs inflammatoires et déclenche une série de réactions auto-immunes. L’inflammation est à l’origine de la plupart des maladies, et c’est pourquoi la graisse abdominale inflammatoire est liée au déclin cognitif, à l’arthrite, au diabète, etc.

2. Un risque accru de diabète

Plus que d’autres types de graisses, la graisse viscérale jouerait un rôle important dans la résistance à l’insuline, ce qui signifie un risque accru de développer un diabète. Ainsi, la graisse abdominale est considérée comme un risque sanitaire plus important que la graisse des hanches ou des cuisses, non seulement pour le diabète mais aussi pour de nombreuses autres maladies chroniques. Certaines données suggèrent que les femmes en forme de poire sont mieux protégées contre les maladies métaboliques comme le diabète que les personnes à forte corpulence.

Si les hommes sont plus susceptibles de stocker des niveaux importants de graisse viscérale, les femmes sont également exposées à ce risque. La réduction de la graisse viscérale par une alimentation saine et d’autres moyens est l’un des traitements naturels du diabète les plus importants que vous puissiez contrôler.

3. Il est plus difficile de perdre du poids

Les gens ont tendance à devenir de plus en plus lourds au fil du temps. C’est l’une des principales raisons pour laquelle la graisse corporelle stockée affecte les niveaux de faim, en particulier la graisse viscérale. Cela peut sembler difficile à imaginer, mais votre métabolisme est largement régi par votre niveau de graisse stockée existante. La graisse perturbe notre appétit et facilite la suralimentation en raison des changements hormonaux qui se produisent.

Des niveaux plus élevés d’insuline favorisent également une conversion plus efficace de nos calories en graisse corporelle, de sorte que ce cercle vicieux se poursuit. La consommation de glucides raffinés, par opposition aux glucides complexes à l’état naturel comme les légumes et les fruits, peut entraîner une augmentation de la « valeur de stockage » du poids corporel.

Votre « point de stockage » est essentiellement le poids que votre corps tente de maintenir en contrôlant les messagers hormonaux du cerveau. Lorsque vous consommez des glucides raffinés tels que la farine blanche et le sucre, les hormones de stockage des graisses sont produites en excès, ce qui augmente le point de consigne et rend difficile le suivi d’un régime sain et modéré en calories. C’est pourquoi il est important de se débarrasser de sa dépendance au sucre et de s’attaquer très tôt à la prise de poids et à la formation de graisse viscérale, au lieu de laisser la situation s’aggraver.

4. Un risque accru de maladies cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux

Les cytokines inflammatoires générées par les graisses sont les principaux responsables des maladies cardiaques et autres troubles inflammatoires. Lorsque votre corps est enflammé, votre foie est submergé par le cholestérol et les toxines, ce qui entraîne l’accumulation de plaques dans vos artères. La graisse viscérale est associée à un risque accru de marqueurs de maladies cardiovasculaires tels que des triglycérides élevés, une pression artérielle élevée et un taux de cholestérol élevé. (1)

La graisse viscérale est étroitement liée au regroupement de facteurs de risque cardio-métaboliques. L’hypertriglycéridémie, l’augmentation de la disponibilité des acides gras libres, la libération par le tissu adipeux de cytokines pro-inflammatoires, la résistance à l’insuline et l’inflammation du foie, l’augmentation de la synthèse et de la sécrétion de VLDL par le foie, la réduction de la clairance des lipoprotéines riches en triglycérides, la présence de particules LDL petites et denses et la réduction du taux de cholestérol HDL sont parmi les nombreuses altérations métaboliques étroitement liées à cette condition.

5. Plus de chances de lutter contre la démence

De plus en plus de preuves montrent qu’il existe un lien étroit entre l’obésité, les maladies vasculaires, l’inflammation et le déclin cognitif, y compris la démence. En fait, il semble que les kilos en trop sur le corps correspondent à une diminution du volume du cerveau et, par conséquent, à un fonctionnement moins bon à un âge avancé.

Les recherches montrent que les personnes ayant les plus gros ventres présentent un risque plus élevé de démence que celles ayant un ventre plus petit. Cela est vrai même pour les personnes qui ont un excès de graisse au niveau du ventre mais qui ont globalement un poids normal ! Plus le ventre est gros (ou le rapport taille/hanche d’une personne), plus l’impact négatif sur le centre de la mémoire du cerveau, appelé hippocampe, est important. En fait, de nombreux experts estiment aujourd’hui que le niveau de tissu adipeux viscéral (VAT), plutôt que l’IMC, devrait être considéré comme un facteur de risque important dans le développement de la démence.

Les résultats d’une étude réalisée en 2010 par le département de cardiologie de l’hôpital de la Croix-Rouge d’Oita, au Japon, ont révélé que des niveaux élevés de graisse viscérale chez des patients non déments atteints de diabète de type 2 se caractérisent par des changements anormaux du volume de l’hippocampe et une résistance à l’insuline. D’autres études ont également montré que plus le rapport taille/hanche d’une personne est élevé, plus le risque de petits accidents vasculaires cérébraux, associés au déclin des fonctions cérébrales, est important.

Nous ne savons toujours pas exactement comment la graisse viscérale et la démence sont liées, mais on pense que cela a un rapport avec l’hormone leptine, qui est libérée par les graisses stockées et a des effets néfastes sur le cerveau, la régulation de l’appétit, l’apprentissage et la mémoire. La leptine et la ghréline sont deux des hormones les plus importantes à prendre en compte pour perdre du poids naturellement.

6. Probabilité accrue de dépression et de problèmes d’humeur

Puisque l’excès de graisse corporelle est lié à des changements hormonaux, y compris ceux de la sérotonine, de la galanine et d’autres neurotransmetteurs du cerveau, l’excès de graisse corporelle peut avoir un impact négatif sur votre humeur.

Une étude menée en 2014 par la faculté de médecine de l’université de Boston a révélé que les symptômes dépressifs sont associés à l’adiposité viscérale chez les adultes d’âge moyen. Pour examiner la relation entre les mesures de l’adiposité (graisse) et la dépression, les chercheurs ont examiné le tissu adipeux viscéral (VAT) et les symptômes dépressifs chez 1 581 femmes (âge moyen 52,2 ans) et 1 718 hommes (âge moyen 49,8 ans).

Après ajustement en fonction de l’âge, de l’indice de masse corporelle, du tabagisme, de la consommation d’alcool et d’autres facteurs, les résultats ont montré que des niveaux plus élevés de VAT stocké se traduisaient par une probabilité plus élevée de souffrir de dépression. Comme d’autres études l’ont montré, la TVA est une graisse pathogène unique, constituée de tissu adipeux métaboliquement actif qui interfère avec la fonction saine des neurotransmetteurs.

La dépression est particulièrement associée à un stockage accru des graisses chez les femmes, de sorte qu’il pourrait être encore plus crucial pour les femmes de suivre un régime sans dépression. Dans une étude portant sur des femmes d’âge moyen de plus de 50 ans, la graisse viscérale, mais pas la graisse sous-cutanée du ventre ni le tour de taille, était liée aux symptômes dépressifs.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -