Conseils pour arrêter de se ronger les ongles

Dans cet article, nous abordons les options de traitement et les stratégies de gestion de l'onychophagie.

Le fait de se ronger les ongles, ou onychophagie, est une affection courante dans laquelle les individus ont l’habitude de se ronger les ongles et les zones environnantes. Ce comportement peut se développer pour un certain nombre de raisons et peut entraîner des problèmes de santé. Des options et des stratégies de traitement, telles que la thérapie, sont disponibles pour aider les personnes à cesser de se ronger les ongles.

L’onychophagie, ou le fait de se ronger les ongles, décrit un type de comportement répétitif centré sur le corp qui implique des dommages aux ongles en raison d’un rongement habituel. Certaines personnes peuvent également considérer le fait de se ronger les ongles comme une stéréotypie motrice. Un comportement répétitif centré sur les ongles décrit un comportement qu’une personne peut adopter pour réduire son stress. Une stéréotypie motrice décrit des mouvements répétitifs qui ne semblent pas avoir de but. Ces comportements sont courants chez les enfants, mais ils peuvent se poursuivre à l’âge adulte. Le fait de se ronger les ongles touche 20 à 30 % de la population générale. Cependant, il est prouvé qu’elle est plus fréquente chez les enfants et les jeunes adultes, puisqu’elle touche environ 37 % des personnes âgées de 3 à 21 ans. Les complications possibles du rongement des ongles comprennent les infections gastro-intestinales, les infections cutanées, les problèmes dentaires et l’altération de l’apparence des ongles.

C’est pourquoi de nombreuses personnes peuvent essayer de gérer ce comportement. Certaines personnes peuvent trouver qu’une thérapie les aide à arrêter de se ronger les ongles. D’autres préfèrent des stratégies telles que la coupe ou le recouvrement des ongles ou l’application de vernis à ongles au goût amer.

Dans cet article, nous abordons les options de traitement et les stratégies de gestion de l’onychophagie.

Stratégies pour arrêter de se ronger les ongles

Les conseils suivants peuvent vous aider à arrêter de vous ronger les ongles :

– Garder les ongles courts : En se coupant régulièrement les ongles, une personne peut réduire la tentation de les ronger.

– Se faire régulièrement une manucure : Comme ci-dessus, cela peut aider à réduire l’envie de se ronger les ongles. Dépenser de l’argent pour garder les ongles attrayants peut également servir de moyen de dissuasion.

– Recouvrir les ongles : Couvrir les ongles avec du ruban adhésif ou des autocollants peut empêcher de se ronger. On peut aussi porter des gants.

-Appliquer un vernis à ongles amer : L’application d’un vernis à ongles au goût amer peut dissuader les gens de se ronger les ongles.

-Remplacer le comportement : Lorsqu’une personne ressent l’envie de se ronger les ongles, elle peut essayer de garder ses mains occupées et éloignées de sa bouche en pratiquant une autre activité, comme jouer avec une balle anti-stress.

-Identifier les éléments déclencheurs : Bien que cela puisse être difficile, une personne peut être capable de remarquer les déclencheurs, comme l’ennui, le stress ou l’anxiété, qui l’amènent à adopter ce comportement. Une fois qu’elle a identifié les déclencheurs, elle peut prendre des mesures pour les éviter.

– Essayer d’arrêter progressivement : Adopter une approche graduelle, par exemple commencer par ne plus se ronger les ongles du pouce, puis passer aux autres ongles, peut être une stratégie efficace.

Outre l’application de vernis à ongles amers et la pratique d’une bonne hygiène des ongles, un article de 2021 suggère d’autres stratégies pour aider les gens à traiter et gérer leur onychophagie :

Appliquer de l’huile d’olive : Mettre de l’huile d’olive sur les ongles peut rendre les ongles plus doux et moins satisfaisants à mordre. Cette méthode peut s’avérer utile pour les jeunes enfants, qui peuvent être perturbés par les vernis à ongles amers.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) avec analyse fonctionnelle : Cette forme de TCC implique qu’un professionnel formé observe la personne atteinte d’onychophagie pour l’aider à découvrir les éléments déclencheurs du rongement des ongles. Le professionnel peut ensuite utiliser les méthodes de la TCC pour aider la personne à réagir différemment à ces déclencheurs.

La thérapie d’inversion des habitudes : Cette thérapie implique que la personne prenne conscience de son comportement de se ronger les ongles avant d’essayer de le remplacer par un autre, comme mâcher du chewing-gum.

 

Pourquoi se ronger ongles?

Il n’existe pas de cause unique au fait de se ronger les ongles, et les chercheurs pensent que de nombreux facteurs différents peuvent inciter une personne à développer une onychophagie. Par exemple, il est prouvé que l’onychophagie peut être une réponse à divers facteurs de stress, comme le stress scolaire ou les problèmes familiaux. L’onychophagie peut également indiquer un trouble psychologique sous-jacent, comme l’anxiété.

Risques et effets secondaires du rongement des ongles

L’un des effets secondaires courants du rongement des ongles est la détérioration visible des ongles et des zones environnantes. Ces dommages peuvent donner lieu à une apparence cosmétique peu attrayante, ce qui peut provoquer des sentiments de honte, de culpabilité ou d’embarras chez certaines personnes. Elle peut également augmenter le risque d’autres complications, notamment:

– des infections gastro-intestinales dues à l’ingestion de morceaux d’ongles
– des infections cutanées, telles que le paronyxis et l’onychomycose
– réabsorption de la racine des dents
– dysfonctionnement de l’articulation temporo-mandibulaire dû à des morsures répétées.

D’autres complications potentielles sont la destruction alvéolaire et les infections parasitaires intestinales.

L’onychophagie est également associée à diverses affections psychiatriques, bien qu’elle ne les provoque pas. Ces affections comprennent :

– les troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
– le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH)
– le trouble oppositionnel avec provocation (TOP)
– le trouble d’anxiété de séparation
– le syndrome de Gilles de la Tourette.
Le fait de se ronger les ongles peut également être lié à d’autres troubles comme la trichotillomanie, qui consiste à s’arracher les cheveux, ou l’excoriation, qui consiste à s’arracher la peau.

Quand contacter un médecin

Les personnes qui se rongent fréquemment les ongles devraient envisager de consulter un médecin. De même, si un parent ou un soignant remarque ce comportement chez un enfant, il peut vouloir demander l’avis d’un professionnel de la santé.

Identifier et diagnostiquer ce comportement peut être difficile. Une étude réalisée en 2021 indique qu’environ 64 % des médecins voient des personnes se ronger les ongles dans leur cabinet, mais que près de 61 % d’entre eux ne posent jamais ou seulement sur demande la question des ongles ou n’examinent pas les ongles. Cette constatation suggère qu’une personne peut avoir besoin de porter l’onychophagie à l’attention de son médecin.

Toutefois, un médecin peut diagnostiquer ce comportement avec succès après avoir recueilli les antécédents détaillés du patient et effectué un examen physique des mains. Il peut ensuite proposer une approche thérapeutique multidisciplinaire.

Résumé

L’onychophagie est le nom clinique du rongement des ongles. Il décrit le comportement impulsif et chronique consistant à endommager les ongles en se les rongeant de manière habituelle. Cette affection peut entraîner des problèmes psychologiques, des dommages aux ongles et diverses infections.

Les gens peuvent essayer de mettre en œuvre divers traitements ou stratégies pour prévenir ce comportement. Les options comprennent les thérapies comportementales, le maintien d’ongles courts, l’application de vernis à ongles au goût amer et l’identification des déclencheurs potentiels.

 

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.