Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Trucs et astucesEnvironnement

Comment faire son propre compost en 5 étapes faciles

Suivez le guide et découvrez tous nos conseils pour entretenir votre composteur.

Solange Leroy

Le compostage est une pratique écologique et citoyenne qui permet de recycler les déchets organiques et de les transformer en un amendement naturel pour les sols. Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure du compostage, mais vous ne savez pas par où commencer ? Pas de panique, dans cet article, nous vous expliquerons comment faire votre propre compost en suivant 5 étapes simples. 1. Comprendre l’intérêt du compostage

Avant de vous lancer dans la réalisation de votre compost, il est important de comprendre pourquoi le compostage est si bénéfique. En compostant vos déchets organiques, vous participez à la réduction des déchets enfouis ou incinérés, vous contribuez à la préservation de l’environnement en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, et vous apportez un engrais naturel à vos plantes. De plus, à partir du 1er janvier 2024, il sera obligatoire de trier les biodéchets à la source, ce qui rendra le compostage encore plus important.

2. Choisir une méthode de compostage adaptée à votre logement

Selon votre lieu de résidence, différentes méthodes de compostage s’offrent à vous. Si vous avez un grand jardin, vous pouvez opter pour le compostage en tas. Il vous suffit de rassembler vos déchets organiques en un tas, en veillant à équilibrer les matières humides et sèches. Cette méthode est simple, mais elle nécessite un peu d’espace.

Si vous disposez d’un petit ou moyen jardin, vous pouvez choisir le compostage en bac. Il existe des composteurs domestiques en bois ou en plastique qui permettent de composter de manière plus esthétique. Veillez à choisir un bac adapté à la taille de votre jardin et à la quantité de déchets que vous produisez.

Enfin, si vous vivez en appartement, vous pouvez opter pour le lombricompostage. Il s’agit d’un système qui utilise des vers de terre pour décomposer les déchets organiques. Vous pouvez installer un lombricomposteur dans votre balcon, votre terrasse ou même à l’intérieur de votre logement.

3. Choisir ou fabriquer son composteur

Une fois la méthode de compostage choisie, il est temps de sélectionner ou de fabriquer votre composteur. Si vous optez pour le compostage en tas, vous n’aurez pas besoin d’un composteur spécifique. En revanche, si vous choisissez le compostage en bac, vous pouvez trouver des composteurs domestiques dans le commerce. Il existe des composteurs en bois ou en plastique, à vous de choisir celui qui convient le mieux à vos besoins.

Si vous êtes adepte du bricolage, vous pouvez également fabriquer votre propre composteur. Il existe de nombreuses ressources en ligne qui vous expliquent comment construire un composteur à partir de matériaux recyclés, tels que des palettes en bois ou des bacs en plastique.

4. Trier correctement ses déchets organiques pour faire du compost

Pour obtenir un compost de qualité, il est essentiel de trier correctement vos déchets organiques. Voici une liste des déchets alimentaires que vous pouvez mettre dans votre composteur :

  • Épluchures de fruits et légumes
  • Restes de repas d’origine végétale (pâtes, riz, purée…)
  • Coquilles d’œufs broyées
  • Marc de café et sachets de thé
  • Feuilles mortes
  • Branches et petits branchages
  • Tontes de gazon (en petite quantité)
  • Fleurs et plantes fanées

Il est important d’éviter de mettre dans votre composteur les déchets suivants :

  • Restes de viande, de poisson ou de crustacés
  • Produits laitiers
  • Graisses et huiles
  • Sciures et copeaux de bois traités
  • Plantes malades ou envahissantes

5. Entretenir son compost : les trois règles d’or

Pour obtenir un compost de qualité, il est essentiel de respecter trois règles d’or :

  • Équilibre des matières : veillez à équilibrer les matières humides (déchets de cuisine) et les matières sèches (feuilles mortes, branchages). Un bon équilibre permet une décomposition optimale des déchets.
  • Aération : pour favoriser la décomposition des déchets, il est important d’aérer régulièrement votre compost en le brassant à l’aide d’une fourche ou d’un aérateur.
  • Humidité : votre compost doit être humide mais pas détrempé. Veillez à arroser régulièrement votre compost si nécessaire, en fonction des conditions météorologiques.

En suivant ces règles d’or, vous obtiendrez rapidement un compost de qualité, prêt à être utilisé comme engrais naturel pour vos plantes et votre jardin.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi