Quelle boisson alcoolisée contient le moins de calories?

boisson alcoolisée

Tous les nutritionnistes vous le diront, si vous voulez maigrir, cessez de boire des boissons alcoolisées. C’est que l’alcool, c’est avant tout des calories et leur consommation peut rendre plus difficile la perte de poids. Mais un régime ne veut pas forcément dire 0 alcool, autant connaître la charge calorique de chaque alcool pour ensuite faire son choix.

Certaines boissons alcoolisées sont plus caloriques que d’autres, voici de quoi se faire une idée:

Un verre d’alcool fort, par exemple, de 4,5 centilitre de vodka, de gin, de rhum, de whisky ou de tequila contient en moyenne 97 calories,

Un verre de champagne de 12 centilitres c’est environ 84 calories,

Un verre de martini de 7,5 centilitre, c’est en moyenne de 124 calories pour

Une bière c’est environ 100 calories

Un verre de vin rouge apporte environ 90 à 100 calories

L’alcool pur contient 7 calories par gramme, c’est-à-dire moins qu’un gramme de graisse, qui en contient 9, mais plus que les protéines et les glucides, qui en contiennent 4. Mais d’autres variables influent sur le nombre de calories liées la consommation d’alcool:  la quantité d’alcool, le volume total d’une boisson, la quantité de glucides et de sucres de ce que l’on rajoute dans la boisson jouent tous un rôle.

Le vin contient moins de calories que la pierre

De manière générale, la plus grande différence en calories dans les boissons provient de la teneur en alcool, mais la présence de glucides dans les boissons alcoolisées contribue également dans une large mesure à ses calories.

Tous les glucides contenus dans le vin sont constitués de petites quantités de sucre, qui peuvent soit provenir du sucre de raisin d’origine après la fermentation de la majeure partie de celui-ci en alcool soit être ajoutés au jus de raisin afin d’équilibrer l’acidité du vin.

La bière est fabriquée à partir de céréales, qui stockent les glucides sous forme d’amidon, de grosses molécules de sucre, qui sont coupées en morceaux par des enzymes naturellement présentes dans l’orge maltée au cours du processus de brassage.

La plus petite quantité de sucre est convertie en alcool par la levure, mais il reste quelques plus gros morceaux qui ne peuvent pas être décomposées par la levure. Ces glucides restants contribuent au nombre total de calories pour la plupart des bières.

En règle générale, la bière contient plus de calories que le vin car la teneur en sucre de la plupart des vins est relativement faible.

Alcools forts: ce sont les ingrédients rajoutés qui font monter la valeur calorique

Les alcools forts comme la vodka, la tequila, le rhum et le gin ne contiennent ni glucides, ni sucres. Certains producteurs peuvent ajouter de petites quantités de sucre pour lutter contre l’amertume perçue, mais, à l’instar du vin, cette petite quantité ne ferait pas grandir le nombre de calories.

Bien que leur volume d’alcool soit plus élevé (jusqu’à 40% ou plus), le volume d’un verre standard est faible (4,5 centilitre ), ce qui en fait une option relativement moins calorique. Tant que vous pouvez vous en tenir à un verre ou mélanger avec une boisson zéro calorie, comme un soda light ou de l’eau gazeuse.

Ce sont les autres ingrédients que l’on rajoute qui font monter l’addition des calories, ceux que l’on mélange : les jus, les sodas, les sirops, la crème et la noix de coco, etc contiennent du sucre et des calories grasses supérieures à l’alcool et doivent être consommés avec prudence. Les margaritas et les pina coladas peuvent par exemple contenir près de 500 calories par boisson…

Lire aussi :

Les boissons « light » font grossir

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.