4 effets négatifs prouvés des aliments transformés sur notre espérance de vie

La consommation d'aliments transformés est liée à une durée de vie plus courte. Voici les 4 raisons.

Selon une étude, les aliments transformés sont liés à une durée de vie plus courte.  L’étude s’est concentrée sur les aliments hautement transformés, tels que les plats préparés, les barres énergétiques et les glaces.

Consommer fréquemment des aliments contenant du sel, du sucre ajouté et des graisses, comme ceux qui sont présentés dans un emballage, peut contribuer à la prise de poids et augmenter votre risque de problèmes métaboliques. Vous vous tournez peut-être vers le distributeur automatique lorsque la faim vous tenaille, mais une nouvelle étude suggère que les aliments ultra-transformés, ceux fabriqués industriellement avec de multiples ingrédients et additifs, peuvent vous faire perdre des années de vie.

L’étude, publiée dans la revue JAMA Internal Medicine, a utilisé les données autodéclarées de 44 551 participants à l’étude française NutriNet-Santé, une étude en cours qui a débuté en 2009. Les participants à l’étude ont partagé leurs journaux alimentaires sur une période médiane de 7,1 ans. L’âge moyen au début de l’étude était de 56,7 ans et 73 % des participants étaient des femmes.

Dans le groupe étudié, les aliments ultra-transformés représentaient près de 34 % de l’apport calorique quotidien moyen des participants. Les chercheurs ont observé qu’une augmentation de 10 % de la consommation de ce type d’aliments était liée à un risque accru de 14 % de décès précoce, toutes causes confondues. En d’autres termes, les auteurs de l’étude ont observé que lorsque les aliments ultra-transformés représentaient une part plus importante du régime alimentaire d’une personne, celle-ci semblait avoir un risque accru de décès précoce.

Qu’est-ce qui est considéré comme un aliment « transformé » exactement ?

L’étude a défini les aliments transformés en utilisant le système de classification des aliments NOVA, qui classe les produits alimentaires en quatre groupes. Les aliments du groupe 1 sont des aliments non transformés ou peu transformés provenant directement de plantes ou d’animaux, comme les fruits frais et le lait. Les aliments du groupe 2 sont des substances dérivées d’aliments non transformés, comme les huiles, le beurre, le sucre et le sel. Les aliments du groupe 3 sont « transformés » et fabriqués en ajoutant du sel, de l’huile et d’autres ingrédients à des aliments non transformés ou peu transformés, par exemple des fruits au sirop et du pain frais. Les aliments du groupe 4 sont « ultra-transformés » et comprennent les boissons gazeuses, les glaces, les barres énergétiques et les plats cuisinés.

Lorsqu’on fabrique des aliments transformés, on ajoute généralement du sel, du sucre et des graisses, et on enlève probablement les vitamines, les minéraux et les fibres naturellement présents dans ces aliments. Les deux aspects sont préoccupants : ce qui est ajouté et comment cela affecte la santé, et ce qui est retiré et comment cela affecte la santé. Sur la base de leurs résultats et des exigences nutritionnelles nationales françaises, les auteurs de l’étude recommandent de réduire la quantité d’aliments ultra-transformés consommés, au profit d’aliments frais et non transformés.

Comment les aliments transformés peuvent-ils être nocifs pour votre santé ?

Les limites de l’étude incluent le fait que les participants ont déclaré eux-mêmes leur journal alimentaire et que les participants sont plus soucieux de leur santé que la population générale, ce qui peut signifier que les taux de mortalité et la consommation d’aliments ultra-transformés sont probablement inférieurs à ceux de la population générale. La période de suivi était relativement courte, notent les chercheurs, et la majorité des participants étaient des femmes. Les auteurs de l’étude affirment que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer leurs résultats, mais ils suggèrent que le profil nutritionnel de ces aliments ultra-transformés, les additifs et la transformation industrielle des aliments pourraient être en cause.

Voici comment ils l’expliquent :

Qualité nutritionnelle: En moyenne, les aliments ultra-transformés ont tendance à être plus pauvres en fibres et en vitamines, et contiennent plus de sucre, de sel et d’acides gras saturés. Mais l’étude a pris en compte la qualité nutritionnelle, ce qui n’explique probablement pas entièrement leurs résultats, disent-ils.

Additifs alimentaires: Dans des études animales, certains additifs alimentaires ont montré qu’ils avaient des effets sur les maladies chroniques. Selon une revue publiée en novembre 2017 dans la revue Frontiers in Immunology, les épaississants, les conservateurs et les édulcorants artificiels peuvent affecter la fonction immunitaire, et contribuer aux maladies métaboliques, comme l’obésité et le diabète de type 2.

Emballages en plastique : Les aliments ultra-transformés sont souvent emballés dans du plastique dont les substances peuvent migrer dans les aliments. Le BPA (bisphénol A), que l’on trouve couramment dans certains plastiques et conserves, peut perturber les niveaux d’hormones et affecter la santé reproductive des femmes, selon une étude publiée en octobre 2015 dans l’International Journal of Environmental Research and Public Health.

Composés formés pendant la transformation : Certains composés, tels que l’acrylamide et l’acroléine, qui se forment en raison du chauffage à haute température, peuvent être associés à une incidence accrue des maladies cardiométaboliques, selon une étude publiée en août 2014 dans le Journal of the American Heart Association.

4 conseils pour manger moins d’aliments transformés

En général, vous devriez essayer de manger des aliments qui ne sont pas transformés ou qui le sont le moins possible, mais il peut être difficile d’éviter les aliments fortement transformés. Les résultats de l’étude nous rappellent cependant que nous pouvons faire des choix plus sains et réfléchis.

4 façons de faire de petits changements :

Lisez les étiquettes de valeur nutritive et choisissez l’option qui contient le moins de sodium et de sucre ajouté. Essayez de consommer moins de 2 300 mg de sodium par jour. Les calories provenant du sucre ajouté ne devraient pas dépasser 10 % par jour ; pour un régime de 2 000 calories, cela représente environ 12 cuillères à café.

Recherchez un nombre minimal d’ingrédients et des ingrédients que vous reconnaissez dans les aliments emballés.

Cuisinez le dîner à la maison au maximum au lieu de sortir au restaurant ou de se faire livrer des plats préparés.

Achetez plus de fruits frais que de fruits transformés (en conserve ou au sirop, par exemple). Les fruits congelés sont cueillis au moment où ils sont le plus frais et constituent également une option saine.

Il est important de se rappeler que la santé est complexe ; il ne s’agit pas d’une seule chose, mais d’un ensemble de petites choses. Dont ces 4 dernières.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.