Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Selon une étude, la conscience persiste encore 1 heure après l’arrêt du cœur chez 40% des patients

Les résultats de cette recherche remettent en question nos connaissances actuelles sur la mort et nécessitent une réévaluation de nos protocoles médicaux, en particulier lors de la réanimation cardiorespiratoire.

Solange Leroy

Lorsqu’une personne subit un arrêt cardiaque, on pourrait penser qu’elle perd immédiatement conscience. Cependant, une étude récente suggère que certains patients sont encore conscients même une heure après l’arrêt de leur cœur. Cette découverte surprenante remet en question nos connaissances actuelles sur la mort et ouvre de nouvelles perspectives sur le fonctionnement du cerveau.

Un certain degré de conscience pendant la réanimation

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les chercheurs de l’école de médecine américaine NYU Grossman ont découvert que certains patients réanimés après un arrêt cardiaque peuvent comprendre ce qui se passe autour d’eux et même se souvenir de cet épisode traumatique. Sur les 567 patients étudiés, près de quatre patients sur dix ont déclaré avoir expérimenté un certain degré de conscience pendant la réanimation cardiorespiratoire.

L’étude a révélé que l’activité cérébrale de près de 40% des patients hospitalisés semblait être revenue à la normale dans un délai d’une heure après le début de la réanimation cardiorespiratoire. Les électroencéphalogrammes de ces patients ont montré des pics d’ondes gamma, delta, thêta, alpha et bêta, ce qui suggère que leur cerveau était encore en état de fonctionnement malgré l’arrêt de leur cœur.

L’arrêt du cœur n’entraîne pas l’arrêt du cerveau

Cette étude remet en question l’idée traditionnelle selon laquelle l’arrêt du cœur entraîne automatiquement l’arrêt du cerveau. Les chercheurs ont découvert que certaines régions du cerveau peuvent continuer à fonctionner même lorsque le cœur ne bat plus. Cela signifie que les patients peuvent être conscients de ce qui se passe autour d’eux pendant la réanimation cardiorespiratoire, même s’ils ne peuvent pas réagir physiquement.

Les résultats de cette étude soulèvent de nombreuses questions sur la nature de la conscience et de la mort. Si certains patients sont encore conscients après l’arrêt de leur cœur, qu’est-ce que cela signifie pour notre compréhension de la mort ? Est-ce que la conscience persiste après la mort clinique ? Ces questions restent encore sans réponse, mais cette étude ouvre la voie à de nouvelles recherches dans ce domaine.

Implications pour les soins médicaux

Les résultats de cette étude ont également des implications importantes pour les soins médicaux, en particulier lors de la réanimation cardiorespiratoire. Jusqu’à présent, les médecins pensaient que les patients étaient inconscients pendant cette procédure, mais cette étude suggère qu’il est possible qu’ils soient conscients de ce qui se passe autour d’eux.

Cela soulève des questions éthiques sur la manière dont nous devrions aborder la réanimation cardiorespiratoire et la communication avec les patients. Devrions-nous informer les patients de la possibilité qu’ils soient conscients pendant la réanimation ? Devrions-nous prendre des mesures supplémentaires pour les rassurer et leur fournir un soutien psychologique après l’expérience traumatisante de l’arrêt cardiaque ?

4.3/5 - (3 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi