Essoufflement, douleur thoracique, oedème: qu’est-ce que l’hypertension pulmonaire?

L'hypertension pulmonaire est un type d'hypertension artérielle qui affecte les artères des poumons et du côté droit du cœur.

L’hypertension pulmonaire est un type d’hypertension artérielle qui affecte les artères des poumons et du côté droit du cœur. Dans une forme d’hypertension pulmonaire, appelée hypertension artérielle pulmonaire (HTAP), les vaisseaux sanguins des poumons sont rétrécis, bloqués ou détruits. Ces lésions ralentissent le flux sanguin dans les poumons et la pression sanguine dans les artères pulmonaires augmente. Le cœur doit travailler davantage pour pomper le sang dans les poumons. Cet effort supplémentaire finit par affaiblir le muscle cardiaque et le faire défaillir.

Chez certaines personnes, l’hypertension pulmonaire s’aggrave lentement et peut mettre la vie en danger. Bien qu’il n’existe pas de remède pour certains types d’hypertension pulmonaire, un traitement peut contribuer à réduire les symptômes et à améliorer la qualité de vie.

Symptômes d’une hypertension pulmonaire

Les signes et les symptômes de l’hypertension pulmonaire se développent lentement. Il se peut que vous ne les remarquiez pas avant des mois, voire des années. Les symptômes s’aggravent à mesure que la maladie progresse.

Les signes et symptômes de l’hypertension pulmonaire sont les suivants:

– Essoufflement (dyspnée), d’abord à l’effort puis au repos.
– Fatigue
– Vertiges ou évanouissements (syncope)
– Pression ou douleur dans la poitrine
– gonflement (œdème) des chevilles, des jambes et éventuellement de l’abdomen (ascite)
– Couleur bleuâtre des lèvres et de la peau (cyanose)
– pouls rapide ou battements de cœur rapides (palpitations).

Causes principales d’une hypertension pulmonaire

Le cœur typique comporte deux chambres supérieures (oreillettes) et deux chambres inférieures (ventricules). Chaque fois que le sang traverse le cœur, la chambre inférieure droite (ventricule droit) pompe le sang vers les poumons par un gros vaisseau sanguin (artère pulmonaire). Dans les poumons, le sang libère du dioxyde de carbone et capte de l’oxygène. En général, le sang circule facilement dans les vaisseaux sanguins des poumons (artères, capillaires et veines pulmonaires) jusqu’au côté gauche du cœur. Cependant, des changements dans les cellules qui tapissent les artères pulmonaires peuvent entraîner une rigidité, un gonflement et un épaississement de la paroi des artères. Ces changements peuvent ralentir ou bloquer le flux sanguin dans les poumons, provoquant une hypertension pulmonaire.

L’hypertension pulmonaire est classée en cinq groupes, en fonction de sa cause.

Groupe 1 : hypertension artérielle pulmonaire (HTAP)

Les causes comprennent :

– une cause inconnue (hypertension artérielle pulmonaire idiopathique)
– Modification d’un gène transmis par les familles (hypertension artérielle pulmonaire héréditaire)
– Consommation de certains médicaments diététiques délivrés sur ordonnance ou de drogues illicites, comme la méthamphétamine.
– Problèmes cardiaques présents à la naissance (cardiopathie congénitale)
– Autres affections telles que l’infection par le VIH, les maladies chroniques du foie (cirrhose) et les troubles du tissu conjonctif (sclérodermie, lupus, etc.).

Groupe 2 : Hypertension pulmonaire causée par une cardiopathie gauche

Les causes comprennent :

– Maladie de la valve cardiaque gauche, telle qu’une valvulopathie mitrale ou aortique.
– Défaillance de la cavité cardiaque inférieure gauche (ventricule gauche).

Groupe 3 : Hypertension pulmonaire due à une maladie pulmonaire

Les causes comprennent :

– Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)
– cicatrisation du tissu situé entre les sacs aériens du poumon (fibrose pulmonaire)
– Apnée obstructive du sommeil
– Exposition à long terme à des altitudes élevées chez des personnes présentant un risque accru d’hypertension pulmonaire.

Groupe 4 : hypertension pulmonaire causée par des caillots sanguins chroniques

Les causes comprennent :

– Caillots sanguins chroniques dans les poumons (emboles pulmonaires).
– Autres troubles de la coagulation

Groupe 5 : Hypertension pulmonaire déclenchée par d’autres problèmes de santé

Les causes comprennent :

– Troubles sanguins, y compris la polyglobulie vraie et la thrombocytémie essentielle.
– Troubles inflammatoires tels que la sarcoïdose et la vascularite
– Troubles métaboliques, y compris la maladie de stockage du glycogène
– les maladies rénales.
– Tumeurs appuyant sur les artères pulmonaires

Syndrome d’Eisenmenger et hypertension pulmonaire

Le syndrome d’Eisenmenger est un type de cardiopathie congénitale qui provoque une hypertension pulmonaire. Il est le plus souvent causé par un grand trou dans le cœur entre les deux chambres cardiaques inférieures (ventricules), appelé communication interventriculaire. Ce trou dans le cœur entraîne une mauvaise circulation du sang dans le cœur. Le sang porteur d’oxygène (sang rouge) se mélange au sang pauvre en oxygène (sang bleu). Le sang retourne alors dans les poumons, au lieu d’aller dans le reste du corps, ce qui augmente la pression dans les artères pulmonaires et provoque une hypertension pulmonaire.

Facteurs de risque

L’hypertension pulmonaire est plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées de 30 à 60 ans. Le fait de vieillir peut augmenter le risque de développer une hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). Cependant, l’HTAP idiopathique est plus fréquente chez les jeunes adultes.

D’autres facteurs peuvent augmenter le risque d’hypertension pulmonaire :

– Des antécédents familiaux de cette affection.
– Un excès de poids
– des troubles de la coagulation sanguine ou des antécédents familiaux de caillots sanguins dans les poumons
– une exposition à l’amiante
– une maladie cardiaque congénitale
– le fait de vivre à une altitude élevée
– Utilisation de certains médicaments pour perdre du poids
– Consommation de drogues illégales telles que la cocaïne
– utilisation d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), utilisés pour traiter la dépression et l’anxiété.

Complications possibles d’une hypertension pulmonaire

Les complications potentielles de l’hypertension pulmonaire sont les suivantes

– L’hypertrophie du cœur droit et l’insuffisance cardiaque (cor pulmonaire).

Dans le cas du cœur pulmonaire, le ventricule droit du cœur s’élargit et doit pomper plus fort que d’habitude pour faire circuler le sang dans des artères pulmonaires rétrécies ou obstruées. En conséquence, les parois du cœur s’épaississent et le ventricule droit se dilate pour augmenter la quantité de sang qu’il peut contenir. Mais ces changements augmentent la pression exercée sur le cœur, et le ventricule droit finit par céder.

– Caillots de sang.

L’hypertension pulmonaire augmente le risque de formation de caillots sanguins dans les petites artères des poumons.

– Arythmie

L’hypertension pulmonaire peut provoquer des battements cardiaques irréguliers (arythmies), qui peuvent entraîner des battements cardiaques rapides (palpitations), des étourdissements ou des évanouissements. Certaines arythmies peuvent mettre la vie en danger.

– Saignement dans les poumons

L’hypertension pulmonaire peut entraîner des saignements dans les poumons et des crachats de sang (hémoptysie) qui peuvent être mortels.

– Complications liées à la grossesse

L’hypertension pulmonaire peut mettre en danger la vie du bébé en développement.

Comment diagnostiquer une hypertension pulmonaire

L’hypertension pulmonaire est difficile à diagnostiquer à un stade précoce car elle n’est pas souvent détectée lors d’un examen physique de routine. Même lorsque l’affection est plus avancée, ses signes et symptômes sont similaires à ceux d’autres affections cardiaques et pulmonaires. Pour diagnostiquer l’hypertension pulmonaire, un médecin procédera à un examen physique et examinera les signes et symptômes éventuels. Il vous posera probablement des questions sur vos antécédents médicaux et familiaux.

Les examens sanguins et d’imagerie réalisés pour aider à diagnostiquer l’hypertension pulmonaire peuvent inclure :

Des analyses de sang: Les analyses de sang peuvent aider à déterminer la cause de l’hypertension pulmonaire ou à détecter des signes de complications.

Radiographie du thorax: Une radiographie du thorax crée des images du cœur, des poumons et de la poitrine. Elle peut montrer une hypertrophie du ventricule droit ou des artères pulmonaires. Une radiographie pulmonaire peut également être utilisée pour vérifier la présence d’autres affections pulmonaires susceptibles de provoquer une hypertension pulmonaire.

Électrocardiogramme (ECG): Cet examen non invasif montre les schémas électriques du cœur et peut détecter des battements cardiaques anormaux. L’ECG peut également révéler des signes d’hypertrophie ou de tension du ventricule droit.

Échocardiogramme: Des ondes sonores sont utilisées pour créer des images en mouvement du cœur qui bat. L’échocardiogramme permet au médecin de voir si le cœur et ses valves fonctionnent bien. Il peut montrer la taille et l’épaisseur du ventricule droit et la pression dans les artères pulmonaires. Parfois, l’échocardiogramme est effectué pendant un exercice sur un vélo stationnaire ou un tapis roulant pour comprendre comment le cœur fonctionne pendant l’activité. Si vous passez cet examen, on peut vous demander de porter un masque qui vérifie la façon dont le cœur et les poumons utilisent l’oxygène et le dioxyde de carbone.

Cathétérisme cardiaque droit. Si l’échocardiogramme révèle une hypertension pulmonaire, vous devrez probablement subir un cathétérisme cardiaque droit pour confirmer le diagnostic.
Au cours de cette procédure, un cardiologue place un tube fin et flexible (cathéter) dans une veine, généralement dans l’aine. Le cathéter est doucement guidé dans le ventricule droit et l’artère pulmonaire. Le cathétérisme cardiaque droit permet au médecin de mesurer directement la pression dans les artères pulmonaires principales et le ventricule droit du cœur. Ce test peut également être utilisé pour déterminer l’efficacité des médicaments contre l’hypertension pulmonaire.

Mode de vie à adopter en cas d’hypertension pulmonaire

Bien que le traitement médical ne puisse pas guérir l’hypertension pulmonaire, il peut en atténuer les symptômes. Des modifications du mode de vie peuvent également contribuer à améliorer votre état.

Considérez ces conseils :

– Prenez beaucoup de repos. Se reposer peut réduire la fatigue liée à l’hypertension pulmonaire.

– Restez aussi actif que possible. Même les formes d’activité les plus légères peuvent être trop épuisantes pour certaines personnes souffrant d’hypertension pulmonaire. Pour d’autres, un exercice modéré, comme la marche, peut être bénéfique, surtout s’il est pratiqué pendant l’oxygénothérapie. Mais d’abord, parlez à votre médecin de vos restrictions spécifiques en matière d’exercice.

– En général, il est recommandé aux personnes souffrant d’hypertension pulmonaire de ne pas soulever de poids lourds. Votre médecin peut vous aider à planifier un programme d’exercice approprié.

– Ne fumez pas. Si vous fumez, la chose la plus importante que vous puissiez faire pour votre cœur et vos poumons est d’arrêter. Si vous ne pouvez pas arrêter de fumer par vous-même, demandez à votre médecin de vous prescrire un plan de traitement pour vous aider à arrêter. Évitez également, si possible, le tabagisme passif.

– Évitez la grossesse et les pilules contraceptives. L’hypertension pulmonaire peut entraîner de graves complications pour la mère et son bébé. Les pilules contraceptives peuvent augmenter le risque de caillots sanguins. Parlez à votre médecin des autres formes de contraception possibles.

– Ne voyagez pas et ne vivez pas en haute altitude. Les hautes altitudes peuvent aggraver les symptômes de l’hypertension pulmonaire. Si vous vivez à une altitude de 2 438 mètres ou plus, votre médecin pourrait vous recommander de déménager à une altitude plus basse.

– Évitez les situations qui peuvent faire baisser excessivement la pression artérielle. Il s’agit notamment de s’asseoir dans un bain chaud ou un sauna ou de prendre de longs bains ou douches chauds. De telles activités font baisser la tension artérielle et peuvent provoquer des évanouissements, voire la mort. Évitez également les activités qui entraînent des efforts prolongés, comme soulever des objets lourds ou des poids.

– Mangez sainement et gérez votre poids. Adoptez une alimentation saine, riche en céréales complètes, fruits et légumes, viandes maigres et produits laitiers à faible teneur en matières grasses. Évitez les graisses saturées, les graisses trans et le cholestérol. Votre médecin peut vous recommander de limiter la quantité de sel dans votre alimentation. Essayez de maintenir un poids santé.

– Faites-vous examiner régulièrement par votre médecin. Votre médecin peut vous recommander des rendez-vous de suivi réguliers. Faites savoir à votre médecin si vous avez des questions sur votre état de santé ou sur les médicaments que vous prenez, ou si vous présentez des symptômes ou des effets secondaires de vos médicaments. Si l’hypertension pulmonaire affecte votre qualité de vie, demandez à votre médecin quelles sont les options qui pourraient vous aider. Votre médecin peut travailler avec un autre spécialiste pour déterminer et gérer le meilleur traitement médicamenteux de l’hypertension pulmonaire.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -