Dysfonction érectile: drapeau en berne? Mangez des fruits

homme au bord de eau se tient la tête
Dysfonction érectile: drapeau en berne?

La consommation importante de flavonoïdes, en particulier par l’intermédiaire des fruits, est associée à un risque plus faible de dysfonction érectile, selon des de données issues d’une longue étude menée sur 10 ans et 25 OOO hommes.

Les flavonoïdes, antioxydants de la catégorie des polyphénols, ont déjà été associés à un risque réduit de nombreuses pathologies, en particulier dans le domaine cardiovasculaire. Or, c’est précisément le vasculaire qui constitue le facteur prédominant de la dysfonction érectile.

Il était donc temps de croiser ces deux données, ce qui a été effectué sur une cohorte de pas moins de 25.096 hommes enrôlés dans la Professionals Follow-Up Study aux États-Unis.

Plus de fruits, moins de problèmes d’érection

La cohorte a été suivie pendant 10 ans, période à l’issue de laquelle la prévalence de la dysfonction érectile s’élevait à 35,6%. L’analyse multivariée comprenant, entre autres, un ajustement pour plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire classiques, indique que plusieurs sous-classes de flavonoïdes, en particulier les flavones, les flavanones et les anthocyanines, sont associées à une incidence plus faible de la dysfonction érectile.

Un risque de dysfonction érectile diminué de 14%

L’association inverse entre flavonoïdes et dysfonction érectile reste statistiquement significative. Dans l’analyse stratifiée pour l’âge, les flavonoïdes sont associés à une plus faible incidence de la dysfonction érectile jusqu’à l’âge de 70 ans, mais pas au-delà.

En examinant les données sous l’angle des apports alimentaires, une consommation élevée en fruits, source majeure d’anthocyanines et de flavanones, est associée à une réduction de 14% du risque de dysfonction érectile.

Cassidy A et al.: Dietary flavonoid intake and incidence of erectile dysfunction. Am J Clin Nutr

Article précédentFertilité: les omega 3 stimulent les hormones féminines
Article suivantBain de forêt : quand les arbres améliorent la santé
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.