Cinq symptômes peu connus des tumeurs cérébrales qu’il faut prendre au sérieux

Les tumeurs cérébrales, bien que relativement rares, sont une préoccupation majeure en raison de leur taux de mortalité élevé.

En France, environ 3500 nouveaux cas de tumeurs cérébrales sont diagnostiqués chaque année, représentant 2% de tous les cas de cancer. C’est une maladie que l’Institut du cerveau considère comme une priorité majeure en raison des 2940 décès annuels qu’elle provoque.

Dans cet article, nous allons mettre en lumière cinq symptômes moins connus des tumeurs cérébrales qui nécessitent une attention particulière. Le fait de connaître ces symptômes peut aider ceux qui cherchent à être proactifs en matière de santé et de bien-être à prendre des mesures préventives.

Qu’est-ce qu’une tumeur cérébrale et comment se développe-t-elle?

Une tumeur cérébrale est une accumulation anormale de cellules dans le cerveau ou la moelle épinière. Elle peut être bénigne (non cancéreuse) ou maligne (cancéreuse). Ces tumeurs sont généralement le résultat d’une croissance incontrôlée de cellules normales qui forment une masse. Il existe de nombreux types de tumeurs cérébrales, en fonction du type de cellule affectée et de l’emplacement de la tumeur dans le cerveau.

Certaines tumeurs sont primaires, c’est-à-dire qu’elles se forment à partir de cellules situées dans le cerveau, tandis que d’autres sont secondaires, se formant ailleurs dans le corps et se propageant au cerveau par métastase. Les tumeurs cérébrales peuvent également être classées en fonction de leur grade, qui indique leur vitesse de croissance et la probabilité qu’elles se propagent.

Cause, symptôme, facteur de risque : Comment reconnaître une tumeur cérébrale ?

La cause exacte de la plupart des tumeurs cérébrales primaires est inconnue, mais certains facteurs de risque ont été identifiés. Ils comprennent :

  • Les mutations génétiques familiales.
  • L’exposition aux radiations ou à certains produits chimiques.
  • Un traitement antérieur par des médicaments de chimiothérapie utilisés pour traiter des cancers dans d’autres parties du corps.

Les symptômes associés à une tumeur cérébrale peuvent inclure :

  • Des maux de tête.
  • Des crises d’épilepsie.
  • Des changements de comportement.
  • Un ralentissement des mouvements.
  • Des difficultés d’élocution.

Le diagnostic implique généralement des examens d’imagerie tels que la tomodensitométrie (TDM) ou l’IRM pour détecter toute anomalie, suivis d’une biopsie pour analyser plus en détail des échantillons de tissus prélevés sur la tumeur. Les options de traitement dépendent du type et du stade de la tumeur, mais peuvent inclure une intervention chirurgicale, suivie de radiothérapie ou de chimiothérapie.

Les cinq signes révélateurs de tumeurs cérébrales à ne pas négliger

Hallucinations auditives :

Les hallucinations auditives font partie des signes courants observés chez les patients atteints de tumeurs cérébrales. Ces hallucinations se produisent lorsque le patient entend des voix ou des bruits qui n’existent pas réellement. Cela est dû au fait que la tumeur peut affecter les zones du cerveau responsables de l’audition et de l’interprétation des sons. Les hallucinations auditives peuvent être particulièrement perturbantes pour le patient, car elles peuvent rendre difficile la distinction entre les sons réels et ceux qui sont simplement le résultat de la tumeur.

Perte d’intérêt :

Un autre symptôme courant des tumeurs cérébrales est la perte d’intérêt pour des activités autrefois appréciées. Cela peut inclure un désintérêt pour le travail, les loisirs, les relations sociales ou même les tâches quotidiennes. Cela est dû à des changements dans les régions du cerveau qui régulent les émotions, la motivation et l’engagement envers les activités. Cette perte d’intérêt peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie du patient et peut également entraîner des symptômes tels que la dépression ou l’anxiété.

Oubli fréquent :

Les tumeurs cérébrales peuvent également causer des problèmes de mémoire et de concentration. Cela peut être dû à une pression accrue sur les régions du cerveau responsables de la mémoire et du traitement de l’information. Les patients affectés peuvent avoir du mal à retenir de nouvelles informations, à se rappeler des événements passés ou même à suivre une conversation en cours. Cette difficulté à se souvenir des choses peut affecter le fonctionnement quotidien du patient, ainsi que sa qualité de vie et sa confiance en soi.

Croissance soudaine des mains ou des pieds :

Dans certains cas de tumeurs cérébrales, une croissance soudaine des mains ou des pieds peut être observée. Ce phénomène, connu sous le nom d’acromégalie, est associé à un dysfonctionnement de la glande pituitaire, qui est responsable de la production et de la régulation de nombreuses hormones dans le corps. Cette glande peut être affectée par une tumeur, conduisant à une sécrétion excessive de l’hormone de croissance, entraînant une croissance anormale de certaines parties du corps. L’acromégalie peut entraîner des douleurs articulaires, un engourdissement et une diminution de la mobilité, ce qui rend important le traitement de la tumeur sous-jacente.

Troubles de la vision et des yeux :

Les troubles de la vision et des yeux sont également un signe potentiel de la présence d’une tumeur cérébrale. Les patients atteints de tumeurs cérébrales peuvent souffrir de troubles de la vision tels que la vision floue, la perte de vision périphérique ou l’apparition de taches aveugles. Ils peuvent aussi éprouver des douleurs oculaires, des yeux qui larmoient ou des paupières tombantes. Ces symptômes peuvent résulter de la pression exercée par la tumeur sur le nerf optique ou sur d’autres zones du cerveau responsables du traitement de l’information visuelle.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Solange Leroy