Stress : apprendre à le gérer peut vous éviter un cancer

image femme stress
Le stress est un phénomène absolument essentiel à la survie

Le stress chronique peut avoir plusieurs conséquences négatives sur la santé et empoisonner l’existence. Une étude parue dans Nature indique qu’un stress soutenu sur de longues périodes endommage notre ADN et peut ainsi favoriser le développement du cancer. Apprendre à mieux gérer le stress constitue donc une excellente résolution pour la nouvelle année !

Le stress est un phénomène absolument essentiel à la survie : la détection d’un danger par nos organes sensoriels (odeur de fumée, vision d’un personnage menaçant, bruit de coup de feu) déclenche une alerte maximale du cerveau qui va amorcer une série de processus extrêmement complexes appelés « réaction de combat-fuite ».

En activant les glandes surrénales, le cerveau commande la libération dans le sang d’hormones d’action comme l’adrénaline de façon à augmenter le rythme respiratoire, les pulsations cardiaques, l’acheminement d’oxygène aux tissus ainsi que le niveau d’éveil et d’attention.

Ce que l’on appelle communément l’instinct de survie est donc essentiellement une réaction de stress, une réponse biologiquement programmée qui vise à mobiliser nos ressources de façon à pouvoir combattre ou encore fuir rapidement un danger potentiellement mortel.

Le stress chronique fait dérailler notre santé

Le stress est généralement de courte durée, car les nombreux effets physiologiques qui lui sont associés sont extrêmes et peuvent causer des effets négatifs sur l’organisme à plus long terme.

D’ailleurs, lorsqu’il perdure et devient chronique, le stress est reconnu pour favoriser le développement de plusieurs désordres, incluant (entre autres) des troubles gastro-intestinaux comme les ulcères de l’estomac, certaines maladies cardiovasculaires, un affaiblissement du système immunitaire qui favorise les infections, la dépression et des troubles du sommeil. Sans compter que le stress chronique est souvent associé à de mauvaises habitudes de vie comme le tabagisme ou la consommation excessive d’alcool, deux facteurs qui augmentent considérablement le risque de maladies cardiovasculaires et de cancer.

Le stress chronique altère l’ADN

Des chercheurs américains ont démontré que le stress prolongé peut également mener à des anomalies dans les chromosomes. Ils ont observé que la présence soutenue d’adrénaline, comme c’est le cas chez les personnes qui sont constamment stressées, provoque une augmentation importante des dommages dans la structure de l’ADN.

Cet effet nocif de l’adrénaline est dû à la surstimulation d’une cascade responsable de la dégradation de la protéine p53, un des principaux gardiens de l’intégrité du matériel génétique. Cet effet néfaste du stress sur l’ADN est même observé au niveau des spermatozoïdes, suggérant que le stress chronique vécu par les hommes pourrait provoquer des anomalies transmissibles à leurs enfants.

Le stress chronique n’est donc pas seulement nocif pour le fonctionnement normal de nos organes, mais provoque également des altérations à l’ADN qui pourraient favoriser le développement de plusieurs maladies, incluant le cancer.

Plusieurs outils pour lutter contre le stress

Même si nous vivons dans une société axée sur la performance où abondent les conditions stressantes, il existe plusieurs façons de faire face à ce problème.

La plus simple est sans doute d’apprendre à focaliser sur les problèmes que nous pouvons résoudre et minimiser ceux qui échappent à notre contrôle : on sait depuis longtemps que l’action est un puissant « anti-stress » tandis que l’incapacité d’agir est frustrante et stressante.

Par exemple, au lieu de stresser parce que vous êtes pris dans un bouchon de circulation (un problème que vous ne pouvez résoudre), profitez de ce contre- temps pour réfléchir aux actions concrètes que vous allez prendre pour régler certains problèmes que vous rencontrez au travail ou à la maison.

Une grande variété d’approches complémentaires peut aussi être mises en application pour réduire le niveau de stress selon vos intérêts personnels : l’exercice physique régulier, des techniques de relaxation (yoga,taÏ-chi), la cohérence cardiaque, la méditation, apprendre à jouer d’un instrument de musique, adopter un animal domestique, marcher en forêt, voir des spécialistes de sophrologie, de shiatsu…

Apprendre à gérer le stress n’est pas seulement essentiel pour la santé mentale ; il s’agit d’un paramètre capital pour la santé physique, au même titre que l’arrêt du tabagisme, une bonne alimentation et le contrôle du poids corporel.

Source

Hara MR et al. A stress response pathway regulates DNA damage through 2-adrenoreceptors and -arrestin-1. Nature; 477 : 349-353.

Lire aussi :

L’auto-coaching, s’aider soi-même à aller mieux

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.