L’orange amère en médecine naturelle

Avec ce nom-là, difficile de saliver ! Goût amer, sensation âpre, désagréable, et pourtant, elle a fait la renommée de la liqueur Cointreau.  L’orange amère ou bigarade est une variété d’agrume bien différente de sa cousine l’orange douce. Connaissez-vous les petits secrets des fruits de l’oranger bigaradier, dont le nom botanique est Citrus aurentium ? C’est l’occasion de découvrir maintenant les divers bienfaits de l’orange amère.

Quelles sont les caractéristiques de l’orange amère ?

Les oranges amères ou bigarades sont le fruit d’un oranger, le bigaradier. On la nomme aussi orange de Séville car elle se cultive abondamment en Andalousie depuis des siècles.

Description

Elle est petite, légèrement aplatie avec une écorce épaisse jaune orangé. Peu juteuse, sa chair acide renferme de nombreux pépins.

L’histoire raconte que les Croisés ont rapporté ce fruit d’Orient et qu’elle a fait le plaisir des yeux et de l’odorat avant celui de la bouche. On comprend pourquoi. Elle est immangeable et bien trop amère pour la plupart des palais.

L’orange bigarade se récolte en hiver, de décembre à février.

Composition

L’orange amère est composée de :

  • Vitamines : elle est très riche en vitamine C comme tous les agrumes. Elle fournit également de la vitamine A,
  • Flavonoïdes : ils sont responsables de sa couleur et ont des bienfaits antioxydants,
  • Acides : acide citrique et malique notamment,
  • Alcaloïdes : des substances douées de vertus thérapeutiques mais aussi possiblement toxiques, comme la synéphrine,
  • Fibres : l’orange amère est riche en pectine.

Il y a peu d’informations détaillées sur l’orange bigarade au plan nutritionnel. Il faut dire que ce fruit, au goût ingrat, pauvre en jus, n’est pas consommé massivement dans l’alimentation. Ce qui ne l’empêche pas de dispenser des bienfaits thérapeutiques.

Quels sont les bénéfices santé de ce fruit ?

Les allégations santé de l’orange amère n’ont, à ce jour, pas fait l’objet d’études approfondies. Mais la phytothérapie lui reconnait des bénéfices potentiels pour :

  • protéger le système immunitaire : une carence sévère en vitamine C est responsable du scorbut, une maladie aujourd’hui disparue en France,
  • combattre le vieillissement des cellules et de la peau : le fruit du bigaradier aide à l’organisme à se défendre contre les radicaux libres à l’origine du stress oxydatif,
  • faciliter la digestion et soulager des problèmes gastro-intestinaux sans gravité : le limonène et d’autres composants peuvent diminuer les ballonnements, les spasmes intestinaux ainsi que les flatulences,
  • booster l’énergie : ses légers effets stimulants et toniques proviennent notamment de la synéphrine,
  • lutter contre les infections et les bactéries : l’orange amère contient du linalol aux propriétés antiseptiques,
  • s’apaiser, se détendre : les molécules peuvent dans une certaine mesure apaiser le système nerveux en agissant comme un anxiolytique qui inhibe la libération de neurotransmetteurs responsables des tensions.

Pour perdre du poids, rien n’est prouvé, surtout qu’en médecine chinoise, l’orange amère est considérée comme un stimulant de l’appétit… Cela fait réfléchir. Il y a d’autres solutions à investiguer.

Comment utiliser cet agrume en phytothérapie ?

Les utilisations de l’orange amère sont nombreuses :

  • en cuisine d’abord, la fameuse marmelade au zeste d’orange et l’eau ou le sirop de fleur d’oranger pour parfumer les plats.
  • dans les produits cosmétiques, l’eau de néroli, fleur de l’orange amère, rafraîchit et tonifie l’épiderme. En poudre, elle peut nettoyer le cuir chevelu et apporter de la brillance aux cheveux.
  • en phytothérapie, les propriétés du fruit du bigaradier, feuilles, écorce et zeste, sont aussi très appréciées.

Pour ses vertus médicinales naturelles, l’orange bigarade peut être prise par voie interne ou externe principalement sous les formes suivantes :

  • en infusion : laissez infuser 10 à 15 minutes des feuilles séchées pour la digestion, se détendre et stimuler le système immunitaire en douceur.
  • en gélule complément alimentaire : avec modération, elles aident à lutter contre la fatigue et se supplémenter en vitamine C.  Mais la synéphrine de l’orange amère présente des risques de surdosage et n’est pas compatible avec la caféine et donc le maté. Soyez prudent(e) si vous cherchez à améliorer votre vitalité et vos performances physiques.
  • en huile essentielle : également appelée huile de petit grain ou bigarade, elle est fortement dosée en limonène. Elle ne peut être ingérée sauf en quantité minime et mélangée à un ingrédient comme du miel, et si la notice le précise. Elle ne se dilue pas dans l’eau et a un goût très prononcé. De la même façon, elle ne peut être appliquée directement sur la peau et doit être mélangée à un autre produit (huile ou crème).
    • en aromathérapie, inhaler les molécules d’huile essentielle de petit grain bigarade apporte, via la respiration, des bénéfices bien-être contre le stress et l’anxiété.
    • en application sur la peau : grâce à un message, le derme absorbe plus efficacement et agréablement les actifs de l’orange amère pour se relaxer, stimuler la circulation sanguine, traiter la peau ou les zones corporelles impliquées dans la digestion. Toutes les parties du corps et chaque personne ne réagissent pas de la même façon.
  • en teinture mère : c’est une solution hydro-alcoolique basée sur la macération pendant 2 à 3 semaines de morceaux d’écorces dans de l’alcool. Comme elle contient beaucoup de synéphrine, elle peut agir comme stimulant mais son utilisation n’est pas recommandée. De plus, contrairement aux idées reçues, elle est inefficace dans la perte de poids.

Quelles sont les précautions et contre-indications de l’orange amère ?

Interactions médicamenteuses

Soyez prudent(e) si vous prenez des médicaments contre la pression artérielle, le diabète, les troubles du sommeil, de l’anxiété, des anti-coagulants. Consultez votre médecin ou votre pharmacien. Attention aux effets la synéphrine sur le système cardiovasculaire.

Sensibilité cutanée

Prenez vos précautions avant de d’appliquer une huile essentielle sur votre peau, faites un test. Des risques d’irritation, de rougeur, de boutons et d’allergie sont possibles. Éviter le contact avec les yeux et les muqueuses.

Contre-indications médicales

Si vous souffrez de ces troubles :

  • Hypertension artérielle ;
  • Thrombose coronarienne ;
  • Diabète ;
  • Anxiété, dépression, agitation ;
  • Troubles cardiovasculaires ;
  • Glaucome à angle fermé ;
  • Troubles de la thyroïde.

Si vous faites partie :

  • Des patients qui suivent un traitement aux inhibiteurs de la monoamine oxydase (famille d’antidépresseurs) ;
  • Des femmes enceintes ou qui allaitent ;
  • Des enfants de moins de 6 ans.

Vous savez maintenant pourquoi et comment l’orange amère est un agrume intéressant en phytothérapie. Mais pour que ses potentiels bienfaits vous soient profitables et vous préserver de certains risques toxiques, faites-vous conseiller par un professionnel de santé avant de l’utiliser !

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques, propres à chacun.

5/5 - (1 vote) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand