La reine-des-prés : vertus, usages et contre-indications en médecine naturelle

La reine-des-prés, ou spirée ulmaire, est une plante à fleurs décoratives et odorantes. Elle pousse principalement dans les lieux très humides à travers le monde. De la grande famille des Rosaceae, la Filipendula ulmaria occupe une place importante en médecine naturelle, aussi marquante que l’aspirine en pharmacie. C’est troublant comme ses feuilles froissées dégagent une odeur forte et propre, presque d’hôpital. Coïncidence ? Voyons les actifs qu’elle renferme et leurs propriétés.

Quels sont les actifs de la reine-des-prés ?

La reine-des-prés contient des :
  • dérivés salicylés, comme l’acide salicylique (un composant de l’aspirine) : aux propriétés anti-inflammatoires, analgésiques et antipyrétiques,
  • flavonoïdes : antioxydants,
  • tannins : antiseptiques, astringents,
  • micronutriments.
Alors pour faire court, la reine-des-prés est une sorte d’aspirine de la nature pour tous les petits maux du quotidien.

Dans quels cas l’utiliser ?

Parmi les utilisations possibles, arrivent en tête :
Contrairement à l’aspirine, la reine-des-prés ne fluidifie pas le sang et n’est pas agressive pour les muqueuses digestives.
Elle a aussi d’autres atouts :

Comment s’en servir ?

La reine-des-prés s’utilise de nombreuses façons :
  • infusion : infuser 50 g de fleurs fraîches ou séchées dans un litre d’eau pendant une dizaine de minutes.
  • décoction : faire bouillir 100 g de plante dans 1 tasse d’eau pendant 4 minutes puis infuser pendant 10 minutes. Appliquer ensuite en compresse sur les plaies ou les zones douloureuses.
  • gélule : 3 à 4 gélules de 275 mg par jour.
  • teinture-mère : 25 à 30 gouttes diluées dans un peu d’eau en 3 fois par jour, en cure de 3 semaines.

La reine-des-prés est peu usitée en huile essentielle.

Quelles sont les différentes précautions d’utilisation ?

La reine-des-prés est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux personnes allergiques à l’aspirine ou à l’acide salicylique.

Très peu d’effets indésirables ont été notifiés. Prudence en cas de prise simultanée de traitements antiagrégants et anticoagulants.

Toujours prendre l’avis d’un professionnel de santé car l’automédication peut entraîner des risques.

Cerise sur le gâteau !

Les fleurs fraîches ou sèches peuvent parfumer des desserts et des boissons ou être éparpillées sur des pâtisseries.

Contrôler la quantité car le parfum au goût d’amande deviendrait écœurant (exemple : une cuillère à soupe de fleurs séchées par ½ litre de lait en laissant infuser 12h)

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Aline Legrand