Une préférence pour le goût amer? Le signe d’une personnalité narcissique et sadique

Une étude singulière révèle qu’une préférence pour l’amertume peut indiquer une tendance à un comportement psychopathique, narcissique et sadique.

Les amateurs de gin-tonic, de café fort oui d’endives ont-ils un côté sombre? Une étude a examiné la mesure dans laquelle la préférence pour l’amertume était associée à la tendance à un comportement sadique et psychopathique. Cinq cents participants américains ont établi un classement parmi une liste d’aliments aux saveurs salées, acides, sucrées ou amères sur la base de leurs préférences personnelles. Le gâteau au chocolat, le lard, le vinaigre et les radis sont quelques exemples d’aliments figurant sur la liste.

Amertume: Un risque majoré de comportements psychopathiques

Des tests de la personnalité ont ensuite été réalisés. Dans un premier temps, la tendance à l’agressivité a été mesurée via un résultat basé sur certaines déclarations. Les tests visaient à sonder une personnalité machiavélique, narcissique ou sadique. Le niveau d’extraversion, d’amabilité, de soin et de stabilité émotionnelle a également été contrôlé. Enfin, la tendance au sadisme quotidien a été définie. L’étude conclut que la préférence pour l’amertume peut indiquer un risque supérieur de comportements machiavéliques, narcissiques ou sadiques.

Pas de comportements sympathiques et coopératifs

Une deuxième étude confirme l’éventuelle association de la préférence pour les saveurs amères avec la sensibilité aux comportements ambigus, vaniteux et égoïstes, ainsi que le plaisir tiré de la souffrance des autres et l’excitation de la peur. L’étude a également montré une corrélation négative entre la préférence pour les saveurs amères et l’apparition des comportements sympathiques et coopératifs.

Parmi les aliments au goût amer on retrouve: roquette, concombre amer, chicorée, pissenlits, épinards, endives, cresson, la racine de gentiane, le chocolat en poudre sans sucre, noix et le chardon-marie.

Source

Sagioglou C. et al: Individual differences in bitter taste preferences are associated with antisocial personality traits. Appetite