8 conseils pour prévenir et limiter déclin cognitif et maladie d’Alzheimer

certaines mesures relatives au mode de vie à long terme peuvent être utiles pour réduire les risques de déclin cognitif et de maladie d'Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer est la cause la plus courante de démence. Les scientifiques ne savent pas ce qui la provoque, il n’y a donc aucun moyen de la prévenir. Toutefois, certaines mesures relatives au mode de vie à long terme peuvent être utiles pour réduire les risques de déclin cognitif et de maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer touche environ 1 million de personnes en France, et les chercheurs s’attendent à ce que ce nombre augmente à mesure que les gens vivent plus longtemps.
La cause de la plupart des déclins cognitifs et formes de démence, y compris la maladie d’Alzheimer, reste un mystère. Les facteurs génétiques peuvent jouer un rôle, mais les facteurs environnementaux pourraient augmenter les chances de développer des symptômes, en particulier chez les personnes présentant des caractéristiques génétiques spécifiques.

Si tel est le cas, certaines mesures liées au mode de vie peuvent réduire le risque. Une étude systématique publiée en 2016 a suggéré que les personnes peuvent réduire leur risque de déclin cognitif et de démence en ne fumant pas, en étant physiquement actives, en ayant une alimentation saine et équilibrée, en maintenant une bonne santé cardiovasculaire et en faisant travailler leur cerveau. Le diagnostic précoce et la prévention des maladies et affections chroniques, telles que l’hypertension, l’hypertonie, l’hypercholestérolémie, le diabète, l’obésité au milieu de la vie et la dépression, peuvent également aider.

En outre, certains facteurs que les experts n’ont pas traditionnellement associés au déclin cognitif et à la démence peuvent y contribuer. Il s’agit notamment de la vision, de l’audition, de la santé de la peau et de l’ajustement des prothèses dentaires. Toutefois, les preuves des liens exacts, ou de leur fonctionnement, sont limitées.

1 Santé cardiaque

Une alimentation saine peut aider à prévenir les problèmes cardiovasculaires et la démence plus tard dans la vie. Les personnes souffrant de problèmes cardiovasculaires semblent avoir plus de chances de développer un déclin cognitif accéléré et certaines formes de démence.

Les affections dont souffrent souvent les personnes atteintes de déclin cognitif et de maladie d’Dalzheimer sont :

– l’hypertension, ou haute pression sanguine
– la fibrillation auriculaire
– un taux de cholestérol élevé
– les maladies cardiaques
– accident vasculaire cérébral
– le diabète

Ces facteurs peuvent également sous-tendre d’autres formes de démence, comme la démence vasculaire. Il est prouvé que les mauvaises habitudes cardiaques, comme le tabagisme et une alimentation riche en graisses saturées, peuvent réduire le volume du cerveau. Les autopsies ont révélé la présence d’une maladie cardiovasculaire chez 80 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, bien que ce lien ne signifie pas que l’une ait causé l’autre. Certaines personnes présentent les plaques et enchevêtrements caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, mais ne développent jamais de symptômes. Il se peut que les symptômes n’apparaissent chez ces personnes que si elles sont également atteintes d’une maladie vasculaire. La démence vasculaire se produit lorsque les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau en oxygène sont endommagés. En conséquence, de faibles niveaux d’oxygène atteignent le cerveau.
Le contrôle des facteurs de risque cardiovasculaire peut aider à prévenir le développement de la maladie d’Alzheimer.

2 Le syndrome métabolique

Le déclin cognitif et la démence semblent être plus susceptibles d’apparaître chez les personnes atteintes du syndrome métabolique, un ensemble d’affections comprenant l’obésité, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et l’hyperglycémie.
Une étude portant sur 3 458 personnes, publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA) en 2017, a appuyé cette constatation. Les chercheurs ont toutefois noté que le lien entre les deux reste flou. Les mesures relatives au mode de vie qui peuvent aider à prévenir ou à traiter le syndrome métabolique comprennent :

– une bonne alimentation
– l’exercice physique
– le contrôle du poids
– certains médicaments
Le maintien d’un poids, d’une pression artérielle et d’un taux de cholestérol sains peut réduire le risque non seulement de diabète et d’événements cardiovasculaires, mais aussi de démence et de maladie d’Alzheimer.

Plusieurs études ont montré que les personnes qui avaient un excès de poids ou une obésité au milieu de leur vie étaient plus susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer ou une démence vasculaire plus tard dans leur vie.

3 Régime alimentaire: la protection offerte par régime méditerranéen

Une alimentation saine et équilibrée aide à maintenir le cerveau en bonne santé, car elle améliore la santé du cœur. Un cœur en bonne santé fournit au cerveau un sang riche en oxygène.
Les scientifiques ont établi un lien entre les scores de risque de maladie cardiaque et la probabilité de déclin cognitif. Le régime méditerranéen peut contribuer à protéger les cerveaux vieillissants et à prévenir la démence vasculaire.

Il comprend :

– de l’huile d’olive comme principale source de graisses
– des fruits en abondance
– des légumes
– une quantité limitée de viande et de produits laitiers

En 2014, une équipe de nutritionnistes a noté que le régime méditerranéen pouvait aider à prévenir les problèmes cardiovasculaires et cognitifs lorsque les personnes vieillissent.
En 2013, d’autres recherches ont montré que les personnes âgées de plus de 70 ans qui mangeaient plus de 2 100 calories par jour doublaient presque leur risque de déficience cognitive légère. Les troubles cognitifs sont la perte de la capacité à raisonner et à penser.
Une étude publiée en 2012 a révélé que les régimes riches en acides gras oméga-3 et en vitamines C, B, D et E peuvent améliorer les capacités mentales, tandis qu’un régime riche en graisses trans semble favoriser le rétrécissement du cerveau. Manger du poisson cuit au four ou grillé une fois par semaine peut réduire le risque de maladie d’Alzheimer et de déficience cognitive légère. Les participants qui mangeaient du poisson une fois par semaine « présentaient une meilleure préservation du volume de matière grise à l’IRM dans les zones du cerveau à risque pour la maladie d’Alzheimer. »

4 Exercice

Rester en forme physiquement stimule la santé cardiovasculaire et peut conduire à une meilleure santé mentale plus tard dans la vie, aussi. Une personne qui s’adonne à la forme physique et à l’exercice régulier dès son plus jeune âge peut avoir un risque plus faible de déclin cognitif et de développer une démence vasculaire ou la maladie d’Alzheimer. Une théorie veut que l’exercice physique soit bénéfique pour la santé cardiovasculaire, un facteur de risque de démence, et qu’il stimule l’apport de sang et d’oxygène au cerveau. Lorsque les gens approchent de la fin de l’âge adulte, une partie du cerveau appelée hippocampe commence à rétrécir. Cela entraîne une perte de mémoire et un risque accru de démence.
Des résultats publiés en 2011 suggèrent qu’une année d’exercice physique modéré peut inverser ce rétrécissement et améliorer la mémoire spatiale. L’hippocampe fait partie du système limbique. Il est situé dans les profondeurs du tissu cérébral. Il est important pour plusieurs types de formation de la mémoire et la navigation spatiale.

Même si une personne commence à faire de l’exercice après l’âge de 80 ans, elle peut réduire son déclin cognitif et son risque d’Alzheimer. Les enfants nés de mères qui ont fait de l’exercice pendant leur grossesse pourraient également être moins susceptibles de développer des maladies neurodégénératives, dont la maladie d’Alzheimer, plus tard dans leur vie. L’exercice aérobie, en particulier, peut réduire le risque de déclin cognitif, peut-être parce qu’il maintient les vaisseaux sanguins du cerveau en bonne santé.

5 Garder un esprit actif

Garder un esprit actif peut aider à prévenir le déclin cognitif à mesure que les gens vieillissent. Plusieurs études suggèrent que le risque de déclin cognitif est plus faible si une personne :

– garde son cerveau actif mentalement
– maintient des liens sociaux forts.

Prendre sa retraite plus tard peut réduire les risques de démence, selon des chercheurs qui ont analysé les données de 429 803 retraités en France. Ils ont constaté que les employés qui prenaient leur retraite à 65 ans avaient 14 % de chances en moins de recevoir un diagnostic d’Alzheimer, par rapport à ceux qui prenaient leur retraite à 60 ans.
Ces résultats corroborent l’hypothèse de « l’utiliser ou le perdre ». Jouer à des jeux, écrire, lire et s’adonner à toute une série d’activités stimulant le cerveau peut aider à préserver la mémoire à un âge avancé. En effet, les personnes qui pratiquent régulièrement des activités faisant travailler leur cerveau obtiennent de meilleurs résultats aux tests mesurant la réflexion et la mémoire. Les personnes qui maintiennent leur cerveau actif tout au long de leur vie semblent avoir des niveaux plus faibles de la protéine bêta-amyloïde, une protéine qui contribue à l’accumulation de la plaque amyloïde dans la maladie d’Alzheimer. De même, les personnes bilingues pourraient devoir subir deux fois plus de dommages cérébraux pour que la maladie d’Alzheimer apparaisse, par rapport à celles qui ne parlent qu’une seule langue. Enfin, en 2003 déjà, une étude portant sur 469 personnes a révélé que tout ce qui mettait l’esprit au défi, comme jouer d’un instrument, jouer aux échecs ou au bridge, pouvait réduire le risque de démence jusqu’à 63 %.

6 Dormir

Les personnes qui ont un sommeil ininterrompu pourraient être moins susceptibles de développer une démence plus tard dans la vie. Un sommeil de bonne qualité pourrait offrir une protection significative contre la perte de mémoire, la démence et la maladie d’Alzheimer. Les scientifiques ont associé un sommeil perturbé à une accumulation de plaques amyloïdes.
Les personnes qui ne se réveillent pas souvent pendant la nuit sont cinq fois moins susceptibles de présenter une accumulation de plaques amyloïdes que celles qui se réveillent souvent.
Cependant, on ne sait pas si les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer provoquent une perturbation du sommeil ou si une perturbation du sommeil contribue à la maladie.

7 Arrêter de fumer

Il est de plus en plus évident que le tabagisme contribue au déclin cognitif.
Une étude coréenne à long terme portant sur 46 140 hommes âgés de 60 ans et plus a révélé que ceux qui n’avaient jamais fumé ou qui avaient arrêté pendant 4 ans ou plus avaient un risque plus faible de développer la maladie d’Alzheimer et d’autres types de démence. L’une des raisons pourrait être que le tabagisme augmente le risque de maladie cardiovasculaire, qui est un facteur de risque d’Alzheimer.

8 Blessure à la tête

Certaines personnes ont développé la maladie d’Alzheimer après un traumatisme crânien (TC) ou des coups répétés à la tête, par exemple des boxers.
En 2018, certains chercheurs ont exploré un lien entre le TC, la démence et le dysfonctionnement vasculaire. Ils ont conclu qu’il pourrait y avoir un lien selon lequel un TBI entraîne une démence parce qu’il endommage les vaisseaux sanguins du cerveau. Les personnes qui pratiquent des sports de contact et d’autres activités comportant un risque de traumatisme crânien doivent porter des équipements de protection. Elles doivent également consulter un médecin et prendre beaucoup de repos après un traumatisme crânien.
Pour la même raison, il est également essentiel de porter une ceinture de sécurité en voiture et un casque adapté en moto ou à vélo.

Sources

Ahlskog, J.E., Geda, Y.E., Graff-Radford, N.R., & Petersen, R. (2011, September). Physical exercise as a preventive or disease-modifying treatment of dementia and brain aging [Abstract]. Mayo Clinic Proceedings, 86(9), 876–884


American Academy of Neurology. (2011, July 13). Keeping up your overall health may keep dementia away [Press release]

Bowman, G. L., Silbert, L. C., Howieson, D., Dodge, H. H., Traber, M. G., Frei, B. …  Quinn, J. F. (2012, January 24). Nutrient biomarker patterns, cognitive function, and MRI measures of brain aging. Nature, 78(4), 241–249

Buchman, A. S., Boyle, P. A., Yu, L., Shah, R. C., Wilson, R. S. & Bennet, D. A. (2012, April 24). Total daily physical activity and the risk of AD and cognitive decline in older adults. Neurology, 78(17)


de Fina, L., Willis, B. L., Radford, N. B., Gao, A., Leonards, D., Haskell, W. L. … Berry, J. D. (2013, February 5). The association between midlife cardiorespiratory fitness levels and later-life dementia. Annals of Internal Medicine, 158(3), 162–168


Dufouil, C., Pereira, E., Chene, G., Glymour, M. M., Alperovitch, A., Saubusse, E., … Forette, F. (2014). Older age at retirement is associated with decreased risk of dementia. European Journal of Epidemiology, 29, 253–261


Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -