Avez-vous été victime du syndrome du grand coquelicot ?

La reconnaissance de vos réalisations devrait être un motif de réjouissance. Alors pourquoi avez-vous parfois l’impression que vos succès font de vous la cible de critiques, de ragots ou de sabotage pur et simple ? Vous êtes peut-être confronté au phénomène social connu sous le nom de « syndrome du grand coquelicot ».

Qu’est-ce que le syndrome du grand coquelicot ?

Le syndrome du grand coquelicot se produit lorsque la réussite d’une personne suscite des attaques, du ressentiment ou des critiques à son égard. Le fait de rabaisser une personne cible dans le but de dévaloriser sa réussite pour faire plaisir à son égo.

Un rapport de 2018 examinant l’ampleur du syndrome du grand coquelicot sur les lieux de travail a révélé que près de 9 personnes interrogées sur 10 (principalement des femmes) avaient le sentiment que leurs réalisations étaient dévalorisées sur le lieu de travail. Presque autant ont déclaré avoir été laissées de côté, ignorées ou réduites au silence après un succès.

Les femmes et les hommes étaient tout aussi susceptibles d’adopter ce comportement, qu’ils soient collègues ou supérieurs hiérarchiques. Environ la moitié des personnes interrogées ont affirmé que même leurs amis avaient participé à leur rabaissement. Une personne sur dix a reconnu l’avoir fait à d’autres.

Le succès de la gent féminine et son impact sur les hommes :

Une interprétation du discours de l’actrice, productrice et philanthrope Priyanka Chopra lors d’une émission américaine présentée par James Corden, nous a fait tilt à propos du sexisme qui a conduit au phénomène du grand coquelicot entre les hommes et les femmes.

Elle a exprimé ceci : « Les hommes et les femmes ne sont pas égaux, nous ne sommes pas censés être égaux, mais nous sommes censés avoir des chances égales, et c’est le plus important ! Nous sommes physiologiquement, physiquement et intellectuellement différents. Il n’y a aucun moyen pour nous d’être la même entité, et nous ne devrions pas l’être, car cela n’a rien à voir avec le féminisme. Nous devons respecter le fait que les hommes et les femmes sont complètement différents. Mais les féministes réclament des chances égales sans juger leurs décisions qui s’apprêtent à prendre, n’est-ce pas la même liberté dont jouissent les hommes depuis tant de siècles ?! Alors que les femmes se battent encore pour cela, nous, en tant que femmes, n’avons pas besoin d’être jugées de la même manière que les hommes. »

Bien que nous semblions combler lentement l’écart en matière d’égalité, même les personnes possédant le niveau de calcul le plus élémentaire se rendront rapidement compte que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour corriger le déséquilibre.

Les femmes sont présentes en force dans l’éducation que dans le leadership, est-ce une coïncidence ?

Dans un autre cas de figure, si les femmes sont majoritaires dans le corps enseignant, pourquoi sont-elles minoritaires dans les postes de direction ? Soyons clairs dès le départ, les raisons pour lesquelles le déséquilibre persiste sont multiples et complexes. Il n’est certainement pas aussi simple de dire que la discrimination se produit au moment de l’embauche des directeurs d’école.

Mais il y a un train de pensée qui arrive à de nombreuses stations dans le pays et qui pourrait apporter une lueur d’espoir à ce que beaucoup considèrent comme un problème insoluble. Cette idée ne se limite pas à la profession d’enseignant, mais s’applique plus largement aux postes de direction dans les entreprises, les gouvernements, les organismes à but non lucratif et les organisations caritatives.

Cependant, il est important de noter que ce syndrome n’est pas limité à un sexe ou à l’autre. Les hommes comme les femmes peuvent en être victimes. C’est pourquoi, on ne peut pas changer toute une société, mais on peut changer notre perspective de voir les choses et d’accepter la réalité évidente.

Le syndrome du grand coquelicot est universel.

Le syndrome du grand coquelicot est considéré comme universel, ce qui signifie qu’il existe dans toutes les cultures. En fait, il pourrait même être ancré dans notre cerveau. Des études ont montré que lorsque les gens voient une personne qui réussit, ils ressentent une émotion négative appelée « envie ». On pense que l’envie incite les gens à dénigrer la personne qui réussit afin de se sentir mieux.

Comment faire face au Syndrome du grand Coquelicot ?

Que pouvez-vous faire si vous pensez être victime du syndrome du grand coquelicot ? Tout d’abord, reconnaissez qu’il ne s’agit pas de vous. Ce n’est pas à vous de soulager la douleur de quelqu’un d’autre, c’est à lui de le faire. Mais vous pouvez prendre soin de vous de la manière suivante :

Concentrez-vous sur vos raisons internes de faire de votre mieux.

Faites le point avec vous-même : êtes-vous fier de ce que vous avez accompli ? Donnez-vous le même soutien et les mêmes encouragements que vous donneriez à un bon ami. Assurez-vous que vous n’accordez pas trop d’importance aux voix d’approbation externes.

Établissez et maintenez de bonnes limites pour vous-même.

Comprenez vos besoins et connaissez vos limites. Communiquez-les clairement et faites-les respecter. Ne vous attendez pas à ce que les autres respectent vos limites si vous ne le faites pas vous-même.

Tournez-vous vers des personnes et des activités qui vous soutiennent et vous donnent de l’énergie.

Soyez attentif à vos sentiments. Lorsque vous remarquez que vous vous sentez déclenché ou épuisé, recherchez des personnes et des activités qui vous permettent de vous sentir plus vivant. Notez que ce n’est pas la même chose que d’engourdir des sentiments inconfortables par la consommation de substances ou de se venger des gens par des ragots.

Sachez à qui vous pouvez parler pour prendre du recul.

Consultez des personnes en qui vous avez confiance pour ne pas perdre la perspective. Évitez de vous laisser emporter par des pensées négatives et des versions déformées de la réalité.

Explorez les possibilités de trouver un environnement plus favorable.

Si votre situation ne semble pas devoir s’améliorer, n’hésitez pas à étudier d’autres possibilités. Vous pourrez repenser à cet épisode avec gratitude s’il finit par vous conduire à une situation offrant un plus grand bonheur.

Demandez une aide professionnelle.

Si vous avez été victime du syndrome du grand coquelicot, un psychologue peut vous aider à explorer les obstacles, à acquérir des compétences en matière de connaissance de soi et de soins personnels, et à opérer les changements dont vous avez besoin pour être épanoui et heureux.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -