Zoom sur les troubles du comportement alimentaire (TCA).

Manger est une partie compliquée de la vie. Elle est affectée par toutes sortes de choses comme nos gènes, nos envies, notre santé mentale, les changements biologiques et même les blessures. D’où provient de nombreux troubles alimentaires !

Il existe 5 types de troubles du comportement alimentaire reconnus comme des diagnostics médicaux dans la CIM et le DSM (ce sont deux manuels que les médecins et les psychologues utilisent pour garder officiellement la trace des diagnostics valides). Certes, d’autres troubles de conduite alimentaire ont fait surface, qui sont reconnus par les spécialistes de la santé mentale.

Le terme « trouble du comportement alimentaire » recouvre une série de maladies mentales uniques. Leur principale caractéristique consiste à entraîner un certain type de comportement nuisible centré sur la nourriture. Les comportements varient, mais incluent le plus souvent une restriction alimentaire ou une alimentation excessive.

TCA : Découvrez les différents types de troubles de comportement alimentaire.

L’anorexie mentale :

Les experts considèrent que l’anorexie est la plus mortelle de toutes les maladies mentales, car elle présente le taux de mortalité le plus élevé. Ce trouble implique une restriction alimentaire sévère et parfois des exercices extrêmes et d’autres comportements de purge. L’individu présentera généralement les signes et les symptômes suivants :

  • Peur intense de prendre du poids, même de petites quantités sont intolérables.
  • Perte de poids rapide et maintien constant d’un poids insuffisant. Son apparence maigre peut être alarmante pour ses amis et sa famille.
  • Aménorrhée : il s’agit d’un terme désignant l’arrêt des menstruations chez les femmes en raison d’une alimentation pauvre en graisses.
  • Dommages cardiaques : l’anorexie stresse le système cardiovasculaire et peut entraîner diverses affections cardiaques potentiellement mortelles.

La boulimie nerveuse :

Cette maladie, la boulimie, survient lorsqu’une personne s’empiffre de grandes quantités de nourriture de façon répétée, puis se purge. Ce type de comportement consiste à se forcer à vomir, à faire trop d’exercice et à utiliser des pilules amaigrissantes et des laxatifs.

L’hyperphagie boulimique (BED) :

On parle de frénésie alimentaire lorsqu’une personne consomme une quantité excessive de nourriture en l’espace de deux heures. Les crises sont accompagnées d’un état de transe, d’un sentiment de culpabilité et de honte par la suite, aussi d’une prise de poids.

Dysmorphie musculaire (Bigorexie) :

Contrairement à la plupart des types de troubles de comportement alimentaire, la dysmorphie musculaire a tendance à toucher davantage les hommes que les femmes. Ce trouble se caractérise par une obsession perturbatrice de la musculature et du physique. L’individu se fixe sur l’obtention d’une musculature « parfaite ».

L’hyperphagie compulsive (COE) :

Ce trouble est similaire à l’hyperphagie boulimique. Ce qui rend l’hyperphagie compulsive unique, c’est que la personne ne fait pas de crises de boulimie, mais mange plutôt de grandes quantités de nourriture tout au long de la journée.

Le syndrome de Prader-Willi :

Le syndrome de Prader-Willi est une maladie génétique rare qui touche aussi bien les enfants que les adultes. Le symptôme le plus courant est une envie incontrôlable de manger, qui peut conduire à l’obésité. Les personnes atteintes du syndrome de Prader-Willi ont souvent des difficultés à contrôler leurs émotions et peuvent agir de manière impulsive.

Les autres symptômes comprennent une légère déficience intellectuelle, un retard de développement et des problèmes de comportement. Grâce à un diagnostic et à un traitement précoces, la plupart des personnes atteintes du syndrome de Prader-Willi peuvent mener une vie relativement normale. Toutefois, ce trouble peut être difficile à gérer et certaines personnes peuvent avoir besoin de soins à vie.

La Diaboulimie :

La Diaboulimie est un grave trouble alimentaire qui touche aussi bien les hommes que les femmes. Bien qu’elle soit souvent associée à l’anorexie mentale, ces deux troubles sont en fait très différents. Dans le cas de l’anorexie, les personnes restreignent leur consommation de nourriture et sont obsédées par leur poids. Dans le cas de la Diaboulimie, les diabétiques refusent délibérément de prendre de l’insuline afin de perdre du poids. Cela peut être extrêmement dangereux, car cela peut conduire à l’acidocétose, au coma et même à la mort.

Le trouble de l’alimentation sélective :

Ce trouble alimentaire ressemble un peu à l’alimentation difficile, mais à un niveau extrême et débilitant. Une personne est si sélective dans son alimentation, s’en tenant généralement à un ou deux repas, qu’elle en devient malade.

Que désignent les troubles des conduites alimentaires non spécifiés (OFSED) ?

L’OFSED est un « fourre-tout » pour les types de troubles de comportement alimentaire qui ne remplissent pas tous les symptômes de : L’anorexie, Pica, boulimie et l’hyperphagie. Il est vrai que ces troubles ne figurent pas dans les manuels de diagnostic, mais la majorité des médecins spécialistes emploie toujours ces termes. Les praticiens regroupent souvent les personnes qui en sont atteintes dans la catégorie L’OFSED (trouble des conduites alimentaires non spécifié), qui constitue majoritairement des cas de figures ayant une ressemblance avec les troubles de comportement alimentaire cités ci-dessus.

Types de traitement des troubles de comportement alimentaire :

Si vous ou l’un de vos proches est aux prises avec un trouble du comportement alimentaire, il est important de demander l’aide d’un professionnel. Il existe une variété d’options de traitement, et le meilleur plan d’action dépendra des besoins de la personne. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est fréquemment utilisée pour traiter les troubles de l’alimentation. Ce type de thérapie peut aider les patients à identifier et à modifier leurs pensées et leurs comportements nuisibles. La thérapie interpersonnelle (TIP) est une autre option thérapeutique courante. Cette thérapie vise à aider les patients à développer des relations plus saines avec les autres. Le conseil en nutrition est également un élément important du traitement. Un diététicien diplômé peut travailler avec les patients pour élaborer un plan d’alimentation sain et combler toute carence en nutriments. Avec un traitement approprié, il est possible de se remettre d’un trouble alimentaire et de vivre une vie heureuse et saine.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -