Vous employez sûrement une de ces expressions santé qui n’ont aucun sens !

Il vous est déjà arrivé de subir une crise de foie, d’avoir les dents… Connaissez-vous la signification de ces expressions médicales imagées ?

Avoir un mauvais sang

Signification. Se préoccuper, être concerné par une situation.

Interprétation. Cette locution moyenâgeuse déborde de bon sens et ne semble pas si lointaine de la réalité scientifique. Se soucier, cette expression, signifie se faire du mauvais sang en raison de la préoccupation qui nous inquiète. Bien que l’on ne peut affirmer avec certitude et précision que le stress agit directement sur la formule sanguine, il exerce une influence prouvée sur notre santé.

Avoir une crise de foie

Signification. Se trouver dans un certain état de malaise, souffrir de troubles digestifs.

Interprétation. Et puis non, le foie n’a strictement aucun rapport avec ça, le pauvre ! Aucun rapport non plus avec une éventuelle crise mystico-religieuse… En règle générale, la crise de foie indique un problème digestif, fréquemment associé à des abus de nourriture. C’est un must en cette période de fêtes de fin d’année, par exemple.

Avoir des jambes en coton

Signification. Le fait de ne pas avoir de force au niveau des jambes.

Interprétation. Il est facile de concevoir que lorsque l’on a des jambes en coton, on ne risque pas de pouvoir aller bien loin. Ne vous est-il jamais pris l’impression, alors que vous montiez un escalier, de perdre la puissance de vos jambes ? Cette sensation de fourmillement qui envahit progressivement vos jambes ? Vous aviez l’impression de sentir vos jambes comme du coton. Effectivement, une telle fatigue a engendré les expressions les plus pittoresques. En effet, dans les cas les plus graves, les jambes en coton témoignent d’un mal-être qui peut aboutir à un état d’inconscience. La plupart du temps, toutefois, il ne s’agit que d’un état temporaire de fatigue ou encore d’un excès d’efforts conduisant à une chute d’énergie. Il ne reste plus maintenant qu’à se poser pour récupérer ses jambes en chair et en os.

Avoir mal aux cheveux

Signification. Pour vivre une journée suivant une fête de façon peu agréable : nausées, coups de fatigue mais avant tout un violent mal de tête.

Interprétation. Avoir mal aux cheveux permet de dire de manière atténuée à quel point on subit péniblement les conséquences de l’alcool ingurgité en si grande quantité le jour précédent. Ce n’est pas compliqué de saisir la provenance de l’expression : la chevelure est en effet implantée au niveau du crâne et ce sont les cheveux eux-mêmes qui nous amènent à subir la douleur au petit matin, une fois que les vapeurs d’alcool ont été dissipées de manière suffisante pour permettre à la douleur de se déclencher.

Il en existe quelques variantes également pittoresques : avoir mal à la gorge, avoir un rhume ou, tout simplement, avoir une gueule de bois. La dernière appellation désigne la sensation de sécheresse et de pâte de la bouche qui peut être éprouvée après une soirée de consommation d’alcool.

Avoir l’estomac dans les talons

Signification. En cas de faim, on peut avoir l’estomac dans les talons.

Interprétation. Encore une fois, on peut comprendre sans peine que la question ne se pose pas en termes d’avoir l’estomac dans les talons au véritable sens du terme. Sinon, il est grand temps de se faire du souci. Or, quand nous avons une grande faim, on a plutôt la sensation que l’estomac « descend » dans un certain sens, tandis que lorsqu’on a beaucoup mangé, on a plutôt la perception que l’estomac remonte pour compresser tout le reste de l’abdomen. Ainsi, affirmer avoir le ventre dans les talons revient à indiquer à quel moment nous avons faim. Petite variante : Avoir le ventre au fond des talons.

C’est l’hôpital qui se marre de la charité

Signification. Rire de la situation de quelqu’un quand on se trouve dans un contexte semblable ou plus grave.

Interprétation. Cette locution provient tout droit de Lyon où s’affrontaient deux institutions médicales  » rivales « , l’hôpital et la charité, qui accueillait majoritairement les personnes dans le besoin. Là encore, l’expression se décline selon plusieurs modalités. Tantôt, l’hôpital ridiculise l’infirmerie ou encore se moque de l’hospice. Cette expression remonte à 1386, mais dans une version différente. Ainsi, on disait « C’est la pelle qui se moque du fourgon » ou encore « le poêle qui se moque du chaudron ».

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.