Vitamine D et Omega-3 réduisent le risque de maladies auto-immunes de 30%

La supplémentation en vitamine D et en huile de poisson (omega-3) diminue significativement l'apparition des maladies auto-immunes.

Récemment, des chercheurs ont étudié le lien entre la supplémentation en vitamine D et en huile de poisson et l’apparition de maladies auto-immunes. Ils ont constaté une association entre la prise des deux compléments, mais surtout de la vitamine D, pendant 5 ans et une diminution du taux de maladie auto-immune.

Les troubles auto-immuns sont des affections chroniques dans lesquelles l’organisme fait face à des problèmes de santé avec une réponse immunitaire inflammatoire spontanée, même en l’absence d’infection.

Voici quelques exemples de troubles auto-immuns:

  • – la maladie thyroïdienne auto-immune
  • – le diabète de type 1
  • – maladie inflammatoire de l’intestin
  • – la sclérose en plaques
  • – le psoriasis
  • – polyarthrite rhumatoïde (PR)

Les maladies auto-immunes sont les troisièmes plus fréquentes dans le monde industrialisé, et la principale cause de décès dans le monde  chez les femmes.

Comme il n’existe actuellement aucun traitement curatif et qu’une personne ne peut que gérer les symptômes, ces maladies ont des implications sociétales majeures. De plus, les personnes atteintes de maladies auto-immunes manquent souvent de longues périodes d’emploi. En plus de voir leur productivité affectée, elles doivent faire face à des milliers de dollars de frais médicaux qu’elles ne peuvent plus assumer.

Certaines études ont révélé que la vitamine D et l’huile de poisson oméga-3 pourraient être capables de réguler les gènes impliqués dans l’inflammation et les réponses immunitaires innées. Bien que les essais sur les animaux aient montré que la vitamine D inhibe les réactions immunitaires, le développement ou la progression de la maladie, de petits essais de supplémentation en vitamine D chez les personnes atteintes de maladies auto-immunes ont donné des résultats négatifs.

Entre-temps, une étude danoise a révélé que le risque de PR diminuait de 49 % pour chaque augmentation de 30 grammes (g) de la consommation quotidienne de poisson gras. Des essais cliniques sont nécessaires pour déterminer si les suppléments de vitamine D ou d’oméga-3 sont réellement bénéfiques aux personnes atteintes de maladies auto-immunes.

Mais dans une étude récente, des chercheurs de Boston (États-Unis) ont examiné le lien entre les suppléments de vitamine D et d’acides gras oméga-3 et l’apparition d’une maladie auto-immune dans le cadre d’un essai national contrôlé par placebo. Ils ont constaté que la supplémentation en vitamine D permettait de réduire de 22 % le risque de développer une maladie auto-immune.

En outre, la supplémentation en acides gras oméga-3 a permis de réduire de 15 % le risque de maladie auto-immune, bien que ces résultats ne soient pas statistiquement significatifs. Les maladies auto-immunes sont un groupe de plus de 80 maladies différentes, et leur prévalence et leur impact sur la santé augmentent avec l’âge. Cette étude est la première preuve directe qu’il est possible de faire quelque chose pour les prévenir chez les personnes âgées.

Par ailleurs, l’importance clinique de ces résultats est élevée car il s’agit de suppléments non toxiques et bien tolérés, et d’autres traitements efficaces pour réduire l’incidence des maladies auto-immunes font défaut.

L’étude est publiée dans le journal BMJ

Essai clinique: Vitamine D et Omega 3

Les chercheurs ont recruté 25 871 participants à travers les États-Unis dans leur essai sur la vitamine D et les oméga-3 (VITAL). Au début de l’essai, 51 % des participants étaient des femmes âgées de 55 ans ou plus, tandis que les autres étaient des hommes âgés de 50 ans ou plus. Aucun des participants n’avait d’antécédents de maladies telles que le cancer, les maladies cardiovasculaires ou l’insuffisance rénale, et tous ont reçu des instructions leur demandant de limiter leur consommation de vitamine D provenant de sources extérieures à un maximum de 800 unités internationales (UI) par jour et de ne pas prendre de suppléments d’huile de poisson.

Après leur inscription, les chercheurs ont réparti les participants de manière aléatoire dans deux groupes de traitement. Les participants ont reçu quotidiennement soit 2 000 UI de vitamine D et une capsule d’huile de poisson de 1 g soit des placebos. Les placebos contenaient de l’huile de soja ou de l’huile d’olive.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang des participants au début et au cours de l’étude afin de déterminer leur taux de vitamine D et d’acides gras oméga-3. Les participants ont également rempli des questionnaires au début de l’étude pour identifier les facteurs liés au mode de vie, tels que l’utilisation de suppléments de vitamine D et la consommation de poisson et de produits laitiers.

Ils ont ensuite rempli des questionnaires annuellement pour fournir des informations sur :

  • – les nouveaux diagnostics de maladie
  • – l’adhésion au supplément
  • – les effets secondaires potentiels des traitements par compléments ou par placebo
  • – les facteurs de risque de cancer et de maladies cardiovasculaires.

Les chercheurs ont suivi les participants pendant 5 ans.

À la fin de la période d’étude, ils ont constaté que 93,1 % des participants avaient répondu aux questionnaires et que 81 % avaient pris au moins deux tiers de leurs suppléments. Les analyses de sang ont montré qu’après un an, le taux de 25-hydroxyvitamine D avait augmenté de 40 % par rapport aux valeurs de départ chez les personnes prenant de la vitamine D. En revanche, dans le groupe placebo, les changements étaient minimes.

Les auteurs de l’étude ont également constaté que les personnes prenant des suppléments d’oméga-3 avaient 54,7 % de plus d’oméga-3 dans le sang, alors que les individus du groupe placebo n’en avaient que 2 % de plus. Les participants du groupe de supplémentation en vitamine D, qu’ils prennent également de l’huile de poisson ou non,  étaient 22 % moins susceptibles de développer une maladie auto-immune que ceux du groupe placebo.

Dans le même temps, les participants du groupe « supplémentation en huile de poisson »,  qu’ils prennent ou non des suppléments de vitamine D, étaient 15 % moins susceptibles de souffrir d’une maladie auto-immune que ceux du groupe « placebo ». Après avoir pris en compte d’autres facteurs, les chercheurs ont constaté que cette relation n’était pas significative. Ils ajoutent toutefois que si les cas probables d’affections auto-immunes étaient inclus, alors la supplémentation en acides gras oméga-3 réduisait leur risque de 18 %.

En outre, les chercheurs observent qu’une plus longue adhésion aux suppléments a conduit à de plus grands bénéfices. Au cours des trois dernières années de l’essai, ils ont constaté que les suppléments de vitamine D ont permis de réduire de 39 % le nombre de maladies auto-immunes confirmées par rapport au groupe placebo. Ils notent également un lien entre les suppléments d’huile de poisson et une probabilité moindre de 10 %.

Dans l’ensemble, les chercheurs ont trouvé un lien entre la supplémentation en vitamine D et en acides gras oméga-3 et une diminution de 30 % du risque de développer une maladie auto-immune, par rapport à un placebo.

Des mécanismes multiples avec la Vitamine D et les Omega-3

La vitamine D pénètre dans le noyau et se lie au récepteur de la vitamine D, régulant un large éventail de gènes sensibles à la vitamine D, dont beaucoup sont impliqués dans la fonction du système immunitaire inné et adaptatif. Il existe de nombreuses actions immunomodulatrices bien connues de la vitamine D, notamment des effets potentiellement bénéfiques sur les lymphocytes B et T, les macrophages, les monocytes, les cellules dendritiques, etc..

De même, pour les acides gras oméga-3 marins (huiles de poisson), il existe de nombreux mécanismes anti-inflammatoires et « pro-résolution » bien connus, notamment la régulation à la baisse des médiateurs inflammatoires, tels que les prostaglandines et les leucotriènes, et la régulation à la hausse des médiateurs pro-résolution spécialisés, qui agissent pour « nettoyer » après l’inflammation et qui pourraient certainement être responsables de la réduction de l’apparition de nouvelles maladies auto-immunes », a-t-elle ajouté.

Les chercheurs concluent que la prise de suppléments de vitamine D et d’huile de poisson au fil du temps peut réduire l’incidence des maladies auto-immunes.

Ils notent également que leur recherche présente certaines limites. Comme ils ont principalement évalué des adultes plus âgés, ils affirment que leurs résultats peuvent ne pas être généralisables aux personnes plus jeunes.

Sources

Vitamin D and marine omega 3 fatty acid supplementation and incident autoimmune disease: VITAL randomized controlled trial

Does vitamin D affect risk of developing autoimmune disease?: a systematic review

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -