Importance de la vitamine D : les meilleures sources d’apport

La vitamine D indispensable pour l’absorption du calcium

Voilà le rôle principal de la vitamine D. Le phosphore, lui aussi ne peut pas être absorbé sans la présence de cette vitamine. On connaît également cette vitamine pour assurer la minéralisation des os. Celle-ci ne peut être utilisée par l’organisme que grâce à l’action du soleil, plus précisément des ultra-violets. C’est au niveau de la peau que la modification a lieu. Il est donc conseillé d’avoir une exposition minimale au soleil.

Qu’est-ce que la vitamine D ?

La vitamine D est également appelée calciférol. Cette dernière fait partie des vitamines liposolubles, c’est-à-dire solubles dans les graisses. On l’obtient généralement par deux voies. La première est un apport alimentaire et la seconde une production par la peau. C’est le soleil qui se chargera dans ce cas de sa production. Il est important de prêter attention à l’apport alimentaire des personnes habitant dans une région peu ensoleillée ou aux personnes âgées qui ne sortent pas souvent.

Les différents rôles de la vitamine

Le processus pour que le calciférol soit actif est le suivant : il doit être transformé en 1,25 dihydroxyvitamine D ou calcitriol, après un passage par le foie et les reins.

Depuis bien longtemps, on connaît les bienfaits de cette vitamine sur les os. Elle offre une protection indispensable aux tissus osseux, et cela à tout âge. L’enfant en a par exemple besoin dans sa croissance osseuse. Dans ce cas, on la qualifie d’élément anti-rachitique. Pour les séniors, le calciférol est essentiel dans la lutte contre l’ostéoporose. L’action se résume à une augmentation de l’assimilation du calcium dans les intestins et ensuite par sa fixation sur le squelette. Le but étant d’accroître ou, à moindre mesure, de préserver la densité minérale osseuse.

De nouvelles études ont également démontré qu’elle agit sur le bon fonctionnement musculaire. Elle favoriserait la contraction des muscles, tout en améliorant le renouvellement des fibres musculaires.

Le calciférol aurait un impact sur la protection de neurones, en limitant le déclin des capacités intellectuelles liées à l’âge. De plus, la sensibilité à l’insuline en bénéficierait. Les phénomènes inflammatoires diminueront avec les problèmes d’hypertension artérielle. Des recherches sont menées dans le but d’apprécier sa faculté à prévenir des maladies cardiovasculaires.

Enfin, la vitamine D module le fonctionnement du système immunitaire. Dans le futur, on envisage son traitement contre certaines formes de cancer, mais aussi certaines maladies auto-immunes. Cela signifie que le corps produit des anticorps visant ses propres cellules. C’est notamment le cas du diabète de type 1 et de la polyarthrite rhumatoïde.

Les apports alimentaires de la vitamine D

À part les ultra-violets, il est possible de réaliser un apport d’appoint. Le foie de morue (250µg/100g), les poissons gras (6,1 à 22µG/100g), les abats ou encore les œufs (1,5%g/100g), les fromages (2,7 à µg/100g) et le beurre (1µg/100g) représentent de bonnes sources de calciférol. Certains aliments ont été enrichis, tels que le lait ou les céréales du petit-déjeuner. À savoir que les besoins varient de 20 à 25µg/j pour un nourrisson et diminuent avec l’âge. Une personne de plus de 75 ans n’aura besoin que de 10 à 15µg/j.