Veuvage : comment reprendre la vie en main ?

Le veuvage est l’un de ces événements de la vie auxquels personne ne peut vraiment se préparer. Vous pouvez penser que vous êtes prêt, mais lorsque cela arrive, c’est souvent un choc. Et pourtant, la vie continue. Au milieu de votre chagrin, vous devez trouver un moyen de continuer à vivre.

Mélanie, une jeune maman de deux enfants, partage son histoire et comment elle a pu faire face à cette épreuve douloureuse.

« Oui, la vie continue. » Ce sont les mots dans lesquels j’ai cherché du réconfort lorsque mon mari est décédé de façon inattendue. Je me suis retrouvée veuve à seulement 30 ans, avec deux jeunes enfants à élever seule. Bien que cela n’ait pas été facile, j’ai trouvé la force de savoir que je ne suis pas seule. Il existe des millions d’autres veuves qui savent exactement ce que je vis. Dans cet article, je vais vous raconter mon histoire de veuvage et comment j’ai appris à faire face à la nouvelle normalité. J’espère que mes mots apporteront un peu de réconfort aux autres veuves (et veufs) qui se trouvent dans cette situation.

Par une journée ensoleillée de juin, j’étais assise sous le porche à déguster une tasse de café lorsque j’ai reçu l’appel. Mon mari avait eu un accident de voiture, et il était mort. J’étais veuve à l’âge de 30 ans. Dans les jours et les semaines qui ont suivi, j’ai eu l’impression de vivre dans le brouillard. Je faisais les gestes de la vie quotidienne, mais je ne parvenais pas à me concentrer sur quoi que ce soit. J’étais entourée de ma famille et de mes amis, mais je me sentais si seule. Lentement, mais sûrement, j’ai commencé à recoller les morceaux de ma vie. J’ai trouvé du réconfort dans ma foi et dans la certitude que mon mari serait toujours avec moi en esprit. J’ai également appris à m’appuyer sur mes amis et ma famille pour trouver du soutien. Aujourd’hui, presque deux ans après sa mort, je suis toujours en deuil, mais je vis aussi. J’ai appris à chérir les souvenirs heureux et à trouver de la joie dans les petites choses. Et je sais que mon mari aurait voulu que je sois heureuse.

Reprendre une nouvelle vie après le décès d’un conjoint.

Il n’est pas facile d’aller de l’avant, mais voici quelques moyens d’atténuer la douleur et d’aller de l’avant.

  1. Exprimez vos émotions.

Les jeunes veufs/veuves qui ont des enfants à charge peuvent avoir plus de mal à affronter les étapes du deuil. Avoir des enfants à charge après la mort soudaine d’un conjoint peut constituer un défi émotionnel d’un autre ordre.

Il n’est pas facile de s’occuper des enfants tout en travaillant et en faisant face à la douleur. Le conjoint vivant qui se retrouve dans cette situation aura du mal à trouver l’espoir ou l’énergie pour aller de l’avant. Il doit être émotionnellement stable pour soutenir ses enfants pendant qu’ils pleurent la perte.

Refouler ses émotions et ne pas avoir le temps de faire son deuil est malsain. Le processus de deuil exige une grande capacité d’expression émotionnelle, alors pleurez et autorisez-vous à être vulnérable auprès des personnes qui comptent pour vous.

  1. Relancez votre propre vie.

Trouver une nouvelle orientation pour affronter l’avenir peut être une joie particulière. Après le décès d’un conjoint, une famille qui vous soutient et un sentiment d’accomplissement peuvent devenir votre revenu psychique.

Redonnez un nouveau souffle à votre vie en laissant votre empreinte. Montez un groupe à but non lucratif ou engagez-vous dans des activités bénévoles valorisantes. Essayez de travailler avec une fondation communautaire locale où vous vous sentirez plus proche et connecté(e) à votre entourage.

  1. Nouez des liens.

Les veufs/veuves qui sont à l’âge de la retraite sont déjà sujettes à des problèmes de santé dus à la solitude, car la perte d’un conjoint peut les conduire à la dépression.

Vous n’avez pas à traverser seul le processus de deuil. Entourez-vous de personnes qui peuvent vous aider. Un système de soutien composé de la famille, des amis et des groupes de soutien vous aidera à surmonter cette triste période.

Vous pouvez créer de nouvelles amitiés en partageant votre expérience. Participez à un club de lecture ou à des activités communautaires avec de nouvelles personnes. Parlez à quelqu’un auprès de qui vous pourrez puiser votre force.

  1. Favorisez une attitude qui permet la renaissance.

Si vous vivez un deuil compliqué où le deuil normal ne se produit pas, soyez patient. Donnez-vous du temps. L’incapacité d’accepter la mort d’un mari ou d’une épouse peut prendre des mois ou plus.

Bientôt, vous sentirez la tristesse, la colère et la fatigue s’estomper. Vous commencerez à vous intéresser de nouveau aux autres et au monde extérieur.

Vous vous réjouirez du bonheur des autres au lieu de vous aigrir ou de vous attrister. Ce sera le signe de votre renaissance. Tout cela appartiendra au passé. Ne vous dites pas que vous ne vous remettrez jamais de la mort de votre conjoint.

  1. Évitez l’alcool et les drogues.

Trouvez du réconfort dans les antidépresseurs, l’alcool et les drogues ne ferait qu’empirer votre situation. Ces substances peuvent rendre difficile de penser clairement et de prendre de bonnes décisions. Elles peuvent également entraîner des problèmes au travail, dans les finances et dans les relations. Si vous avez du mal à faire face à la perte de votre conjoint, demandez l’aide de vos amis, de votre famille ou d’un conseiller. Ces personnes peuvent vous offrir du soutien et des conseils pendant cette période difficile. Éviter l’alcool et les drogues vous aidera à faire face à la situation d’une manière saine et à traverser cette période difficile.

  1. Laissez-vous aller à votre propre rythme de lâcher prise.

Permettez-vous de faire votre deuil, car vos émotions sont importantes. Le processus de guérison est peut-être lent, mais vous y arrivez.

Faites ce que vous pouvez sans précipiter le processus de guérison, car le fait de le forcer à se terminer plus tôt entraînera très probablement une guérison incomplète.

  1. Parlez à un professionnel de la santé mentale.

Discuter de vos pensées et sentiments intérieurs avec un professionnel peut vous aider à comprendre et à traiter vos émotions.

Un veuf ou une veuve peut-il (elle) tourner la page ?

L’histoire de Mélanie est un exemple de plusieurs autres qui ont vécu la même situation et sont toujours parmi nous avec le sourire au visage. Rappelez-vous que vous êtes fort(e), vous êtes capable de surmonter toutes les épreuves et vous vivez dans l’espoir de rendre votre défunt (e) mari ou épouse fier(e) de vous et de vos exploits.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.