MaladieMédecine douce

Verrues: 5 solutions faciles pour les faire passer

Les verrues sont des excroissances cutanées bénignes qui se développent lorsque l’épiderme (la couche superficielle de la peau) est infecté par un virus. Les virus qui entraînent le développement de verrues font partie de la famille des papillomavirus humains (VPH). Si les verrues sont contagieuses, la plupart des individus sont régulièrement au contact du VPH mais seuls certains développent des verrues. La verrue commune apparait sous la forme d’une petite excroissance cutanée granuleuse, souvent sur les doigts ou les mains. Elle peut mettre jusqu’à six mois à se développer après avoir été exposé au virus. La verrue commune est généralement sans danger et finit pas disparaître sans traitement. Elle disparait plus souvent spontanément chez l’enfant que chez l’adulte. Sur les 200 souches connues du VPH, seules 10 provoquent le développement de verrues. D’autres provoquent le développement de verrues anales et génitales.

Bien que certains types de VPH sexuellement transmissibles puisent provoquer le développement du cancer du col de l’utérus et d’autres types de cancers génitaux, la plupart des souches responsables des verrues cutanées ne sont pas associées au cancer.

Trois types de verrues

Il existe trois types de verrues cutanées courantes qui peuvent apparaître sur les mains, les pieds, ou sur toute autre partie du corps en dehors des parties génitales.

La verrue commune

Elle présente une surface surélevée et rugueuse. D’une couleur claire à gris-brun. Elle se développe le plus souvent sur les mains, autour des ongles, ou des ongles des pieds. Elle peut cependant se développer également sur le visage ou sur toute autre partie du corps.

Les verrues plantaires

Elles poussent sur la plante des pieds, se présentent en grappes. Dures et d’apparence spongieuses, elles restent plates puisque vous marchez dessus. Ces verrues présentent parfois des points sombres mais qui sont en réalité des vaisseaux sanguins coagulés. Elles sont souvent douloureuses ou sensibles lorsque vous marchez ou vous tenez debout.

Les verrues planes

Elles se développent principalement sur le visage, les mains et le menton, et sont beaucoup moins courantes que les autres. Cependant, lorsqu’elles se développent, elles sont souvent nombreuses, parfois en grappes de 20 à 200 verrues.

Cinq facteurs qui augmentent vos risques de développer des verrues

Les verrues cutanées ne sont pas très contagieuses, bien qu’elles puissent se transmettre par contact direct, principalement en cas de lésion cutanée. Il est théoriquement possible d’attraper des verrues en marchand pieds nus dans un vestiaire, ou dans les douches. Mais il n’existe aucun moyen d’évaluer la fréquence à laquelle cela se produit. Si la plupart des individus entrent régulièrement en contact avec le VPH, les systèmes immunitaires des uns et des autres y réagissent différemment. De sorte que tout le monde ne développe pas de verrues. Il existe cependant plusieurs facteurs qui peuvent augmenter ce risque :

– L’âge

Les enfants et les adolescents sont plus vulnérables aux verrues, en particulier aux verrues communes, aux verrues plantaires et aux verrues planes. Le VPH se contracte plus facilement lorsque la peau est égratignée ou lésée. Ce qui peut expliquer pourquoi les enfants et adolescents ont un risque accru d’en développer, puisqu’ils ont tendance à s’écorcher davantage que les adultes.

– Le fait de se ronger les ongles

Se ronger les ongles ou arracher les petites peaux autour des ongles augmente votre risque de contracter des verrues péri-unguéales. Elles sont situées à la base du lit de l’ongle, et peuvent se propager à la bouche ou à d’autres parties du corps. Ce type de verrue soulève parfois l’ongle, peut entrainer une croissance anormale de l’ongle, et être source de douleurs et d’embarras.

– Se raser les poils pubiens

Les hommes et les femmes augmentent leurs risques d’infections par VPH, susceptibles de provoquer des verrues, lorsqu’ils se rasent les poils pubiens.

– Un système immunitaire affaibli

Le système immunitaire peut être affaibli par de mauvaises habitudes alimentaires, un manque de sommeil, certains médicaments ou certaines maladies.

– L’activité sexuelle

Plus vous avez de partenaires sexuels différents, plus vous avez de risques de contracter des verrues génitales. Si votre partenaire a lui ou elle-même de nombreux partenaires sexuels, cela augmente également votre risque global de contracter des verrues génitales dues au VPH.

Solutions naturelles efficaces contre les verrues

Les verrues communes disparaissent parfois d’elles-mêmes, en particulier chez les enfants. Cependant, si vous souhaitez vous en débarrasser rapidement, vous pouvez essayer plusieurs autres méthodes, en fonction de votre état de santé ou des conseils de votre médecin. Il est important de rappeler que ces traitements ne sont applicables qu’aux verrues communes, et non à celles du visage ou des parties génitales. Pour ces dernières, demandez un avis médical afin d’éviter toute complication.

1 L’acide salicylique (aspirine)

On peut trouver de l’aspirine pour forme de patchs, ce qui permet d’éliminer la verrue par couches. Avant l’application, faites tremper votre verrue dans de l’eau chaude, et éliminez les peaux mortes au moyen d’une lime à ongles ou d’une pierre ponce. L’acide salicylique n’élimine pas nécessairement le virus à l’origine des verrues. Elles peuvent donc réapparaitre.

2 L’ail

Les propriétés antivirales de l’ail peuvent aider à lutter contre le virus et soutenir votre système immunitaire. Appliquez l’ail sur vos verrues mais ne le laissez pas en contact avec votre peau toute la nuit. Cela pourrait provoquer des brûlures.

3 La peau de banane

Vous pouvez placer un morceau de l’intérieur d’une peau de banane en contact direct avec la verrue, et le maintenir en place avec un pansement. Remplacez-le par un nouveau morceau après quelques jours. Recommencez jusqu’à disparition de la verrue, qui peut prendre jusqu’à trois semaines.

4 Le jus d’ananas

Appliquez le jus directement sur la verrue au moyen d’un coton, ou placez un petit morceau d’ananas frais sur la verrue et couvrez d’un pansement pendant trois à cinq minutes. Répétez l’opération deux à trois fois par jour.

5 L’aloe vera

Imbibez un coton de gel d’aloe vera. Posez-le sur la verrue et maintenez-le en place au moyen d’un sparadrap pour le laisser agir quelques jours.

Traitement médical des verrues génitales

Si les verrues génitales sont également provoquées par le VPH, elles sont généralement sexuellement transmissibles et ne se traitent pas de la même façon que les verrues communes ou planes. Les verrues génitales ne doivent jamais être traitées chez vous. Elles nécessitent une intervention médicale car certaines souches de VPH sont associées au cancer. Elles apparaissent sur les parties génitales sous forme de petites excroissances isolées ou groupées, de couleur chair, et peuvent ressembler à du chou-fleur. Certaines sont si petites qu’elles sont invisibles à l’œil nu. Elles peuvent provoquer des symptômes tels que démangeaisons, sensations de brûlure et inconfort.Comme pour les autres types de verrues, elles se transmettent par contact avec une personne infectée. Il existe plus de 40 souches de VPH différentes qui affectent particulièrement les parties génitales.

Articles similaires