Actualité

Vaccin Johnson & Johnson contre la Covid-19 : Quels sont les effets secondaires ?

Voici les effets secondaires du vaccin Johnson & Johnson et les controverses sur la coagulation sanguine.

Le vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson, ou Janssen, est un vaccin à dose unique destiné à prévenir la COVID-19. Cet article d’actualité aborde les effets secondaires potentiels et les controverses entourant les récents incidents de coagulation sanguine.

Le vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson, également appelé Ad26.COV2.S, a été développé par Janssen Pharmaceuticals de Johnson & Johnson. Il s’agit d’un vaccin à dose unique, ce qui le différencie des vaccins COVID-19 à deux doses, tels que ceux de Pfizer et Moderna.

Début 2021, la Food and Drug Administration (FDA) aux USA et, après une recommandation de l’Agence européenne des médicaments (EMA), la Commission européenne ont délivré une autorisation d’urgence et conditionnelle pour le vaccin de Johnson & Johnson pour les personnes âgées de 18 ans et plus. Le vaccin a été approuvé pour une utilisation d’urgence dans 40 pays. Toutefois, la FDA a recommandé une pause dans l’utilisation du vaccin, par mesure de précaution, à la suite d’un petit nombre d’incidents rares de caillots sanguins. Dans le même temps, Johnson & Johnson a retardé la distribution du vaccin en Europe pendant que l’EMA effectuait son propre examen.

Le 20 avril, la société a annoncé qu’elle reprendrait la distribution de son vaccin dans l’Union européenne, mais avec un avertissement de sécurité, après que l’EMA a conclu que les avantages du vaccin continuent de l’emporter sur ses risques. Après avoir interrompu la vaccination aux États-Unis il y a quelques semaines, la FDA et les CDC ont récemment recommandé à reprendre les vaccinations. Ils ont toutefois noté que les femmes de moins de 50 ans doivent être conscientes du risque de caillots sanguins rares. En outre, les deux agences souhaitent que les femmes sachent qu’il existe d’autres vaccins COVID-19, pour lesquels aucun cas de caillots sanguins rares n’a été signalé à ce jour.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS)de son côté, a déclaré que, bien qu’elle continue de surveiller les réponses des organismes de réglementation en matière de sécurité, le vaccin est sûr et efficace contre les risques graves du COVID-19.

Comment fonctionne le vaccin Johnson & Johnson ?

Le vaccin est classé comme un vaccin à vecteur viral. Cette forme de vaccin utilise un virus différent et inoffensif pour délivrer les instructions génétiques permettant de fabriquer la protéine de pointe de surface du virus SRAS-CoV-2, qui déclenche la réponse immunitaire de l’organisme pour produire des anticorps. Le vaccin ne contient pas le virus du SRAS-CoV-2 et ne peut pas causer la COVID-19.

Le vaccin de Johnson & Johnson a un taux d’efficacité de 66 %. Bien que ce taux soit inférieur aux taux d’efficacité des vaccins Pfizer ou Moderna, il convient de noter que les essais cliniques du vaccin Johnson & Johnson se sont déroulés dans des contextes différents, au niveau mondial, dans des régions où les variantes étaient plus répandues, et aux États-Unis, pendant une période d’augmentation significative des cas du COVID-19. L’efficacité du vaccin est d’environ 85 % pour prévenir les maladies graves dues au COVID-19, y compris l’hospitalisation et le décès.

Effets secondaires courants du vaccin Johnson & Johnson

Selon la fiche d’information de la FDA sur les vaccins, les effets secondaires possibles sont les suivants :

– des maux de tête
– fièvre
– fatigue
– douleurs musculaires
– nausées
– douleur, irritation, rougeur et gonflement à l’endroit de l’injection.

Allergies et anaphylaxie

Comme les autres vaccins COVID-19, le vaccin Johnson & Johnson présente un risque faible mais potentiel de provoquer une réaction allergique. Une réaction allergique non grave peut inclure des symptômes tels que de l’urticaire, un gonflement, une éruption cutanée et des problèmes respiratoires. Une réaction plus grave, l’anaphylaxie, est beaucoup plus rare.

Un ingrédient qui a suscité des inquiétudes particulières quant à la réaction allergique est le polysorbate 80, un produit chimique structurellement apparenté au polyéthylène glycol (PEG), présent dans les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna, qui ont tous deux suscité des inquiétudes similaires.

Si les connaissances sur les mécanismes de cette allergie sont limitées, les allergies au PEG et au polysorbate sont extrêmement rares. Dans le cas du vaccin Pfizer, l’analyse d’un patient ayant subi une anaphylaxie liée au PEG a montré qu’il avait des antécédents de réactions allergiques à des produits contenant du PEG.

Les personnes qui ont eu une réaction allergique grave à l’un des ingrédients du vaccin ne devraient pas recevoir ce vaccin particulier.

Controverse concernant les caillots sanguins

Tout comme le vaccin COVID-19 d’AstraZeneca, le Vaxzevria, le vaccin de Johnson & Johnson a été mis en attente après que huit cas d’un trouble rare de la coagulation sanguine, associé à une faible numération plaquettaire, aient été constatés chez les personnes vaccinées. La plupart de ces cas de thrombose avec thrombocytopénie étaient de types extrêmement rares, notamment la thrombose du sinus veineux cérébral (TSVC), qui se produit dans le cerveau.

Les huit cas sont tous survenus dans les 21 jours suivant la vaccination chez des personnes âgées de moins de 60 ans. En outre, la majorité des huit personnes vaccinées ayant présenté ces effets secondaires étaient des femmes. Le comité d’évaluation de la sécurité de l’EMA a conclu le 20 avril que l’étiquette du vaccin devait mentionner les caillots sanguins comme un effet secondaire potentiel rare et préciser que les avantages du vaccin l’emportent sur ces risques.

Les autorités ne sont pas certaines de la cause de ces cas de coagulation sanguine. Elles suggèrent qu’il pourrait s’agir d’une réponse immunitaire déclenchée similaire à une condition rare de thrombocytopénie induite par l’héparine, qui est un anticoagulant.

La TVC est rare dans la population générale, avec un taux d’occurrence d’environ 5 cas sur 1 million de personnes par an. Les rapports indiquent qu’il y a eu huit cas parmi plus de 7 millions de personnes ayant reçu le vaccin de Johnson & Johnson.

Cependant, cette pause a probablement provoqué une certaine hésitation à l’égard du vaccin et a ralenti son déploiement.

Sources

https://www.fda.gov/news-events/press-announcements/fda-issues-emergency-use-authorization-third-covid-19-vaccine

https://www.ema.europa.eu/en/news/ema-recommends-covid-19-vaccine-janssen-authorisation-eu

https://www.jnj.com/johnson-johnson-covid-19-vaccine-roll-out-to-resume-in-europe-following-european-medicines-agency-ema-reviewema-confirms-overall-benefit-risk-profile-remains-positive

https://www.who.int/news-room/feature-stories/detail/the-j-j-covid-19-vaccine-what-you-need-to-know

https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2101544

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7834677/

https://www.ema.europa.eu/en/news/covid-19-vaccine-janssen-ema-finds-possible-link-very-rare-cases-unusual-blood-clots-low-blood

 

 

Articles similaires