Une masse inhabituelle dans le sein: Quand est-ce bénin? Quand faut-il s’inquiéter?

Quelle est la différence entre une bosse dure et une bosse mobile dans votre poitrine ? Découvrez ce que la taille et la mobilité des masses mammaires peuvent signifier pour votre santé et votre risque de cancer du sein.

Vous êtes sous la douche, en train de procéder à votre auto-examen mensuel des seins. Soudain, votre main se fige. Vous avez trouvé une grosseur. Et maintenant ?

Tout d’abord, ne paniquez pas : 80 à 85 % des grosseurs sont bénignes. C’est-à-dire qu’elles ne sont pas cancéreuses, surtout chez les femmes de moins de 40 ans. De plus, si vous êtes en âge de passer régulièrement des mammographies et que celles-ci sont négatives, il y a de fortes chances que la grosseur palpable (que l’on peut sentir) ne soit pas un cancer.

Mais comment en être sûre ? Comment faire la différence entre une masse qui est un cancer du sein et une masse qui est bénigne ? Et est-ce qu’elles disparaissent d’elles-mêmes ?

Masse dans le sein: est-ce normal ou anormal ?

Vos seins sont constitués de graisse, de nerfs, de vaisseaux sanguins, de tissu conjonctif fibreux et de tissu glandulaire. Ainsi que d’un système complexe de production de lait composé de lobules (où le lait est produit) et de conduits (les minces tubes qui transportent le lait jusqu’au mamelon). Cette anatomie crée en soi un terrain accidenté et grumeleux.

Une bosse mammaire se distingue de ce fond d’irrégularités normales. Une bosse mammaire inoffensive peut être solide et immobile comme un haricot sec, ou il peut y avoir une bosse mobile dans votre sein, molle et remplie de liquide, qui roule entre vos doigts comme un raisin. Il peut s’agir d’une grosseur de la taille d’un pois, plus petite qu’un pois, ou même de plusieurs centimètres de diamètre, bien que cette taille plus grande soit rare.

Est-ce que la masse « roule » ou pas?

Si la taille des grosseurs varie d’un cas à l’autre en fonction du stade de la maladie, ce qui différencie généralement une grosseur bénigne d’une grosseur cancéreuse est le mouvement. En d’autres termes, une masse remplie de liquide qui roule entre les doigts risque moins d’être cancéreuse qu’une masse dure qui prend racine dans le sein.

Cela ne veut pas dire que toutes les grosseurs bénignes bougent et que toutes les grosseurs cancéreuses ne bougent pas. Bien qu’il s’agisse d’une bonne règle empirique, la seule façon d’en être sûr est de faire appel à la sagesse de votre médecin et de passer des tests médicaux spécialisés. Tels qu’une échographie, une mammographie ou une aspiration à l’aiguille fine (FNA), dans laquelle votre médecin utilise une minuscule aiguille pour extraire un morceau de la masse pour une biopsie ou un examen de laboratoire.

Une autre règle empirique concerne la douleur

Le cancer du sein n’est généralement pas accompagné de douleur. Mais les affections bénignes le sont souvent, bien qu’il y ait également des exceptions à cette règle.
Toutes les grosseurs bénignes du sein ne nécessitent pas de tests supplémentaires. Si vous trouvez ce qui semble être un kyste rempli de liquide pendant vos menstruations, votre médecin voudra peut-être examiner à nouveau votre sein à la fin de vos règles pour voir si le kyste a disparu. Si le kyste disparaît, vous et votre médecin saurez que votre grosseur était effectivement bénigne et liée aux fluctuations hormonales associées aux menstruations.

Une variété de grosseurs et d’affections bénignes du sein

La plupart des grosseurs et des affections bénignes des seins sont directement liées à votre cycle menstruel, aux fluctuations de vos hormones et à l’accumulation de liquide qui accompagne vos règles. En raison des fluctuations du tissu mammaire qui se produisent en réponse à vos hormones, il est généralement bon de faire un auto-examen au même moment chaque mois, par exemple quelques jours après la fin de votre cycle menstruel.

D’autres bosses et affections bénignes des seins peuvent être liées à des canaux lactifères bouchés, des infections ou même des blessures aux seins.

Voici les principales affections bénignes des seins les plus courantes :

Changements fibrokystiques

Une grosseur générale que l’on peut décrire comme « corpulente » ou « granuleuse », ces grosseurs sont les affections bénignes des seins les plus fréquentes. Elles touchent au moins la moitié des femmes. Les symptômes d’un changement fibrokystique comprennent un tissu sensible, fibreux et caoutchouteux, un épaississement du tissu ou un kyste rond rempli de liquide. Ces changements, liés aux fluctuations hormonales, peuvent augmenter à l’approche de l’âge moyen, puis disparaître avec la ménopause.

Parfois, votre médecin vous recommandera de limiter votre consommation de sel et de caféine afin de réduire l’accumulation de liquide. Bien que les données disponibles suggèrent que ces mesures sont utiles.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Kystes

En rapport avec les changements fibrokystiques, les kystes sont des sacs ronds ou ovales, mesurant de 1 à 2 pouces de diamètre. Ils sont sensibles au toucher et remplis de liquide. Ils peuvent aller et venir avec vos règles, devenir plus grands et plus sensibles au début de vos règles et disparaître à la fin. Dans de très rares cas, lorsqu’un kyste est particulièrement gros ou douloureux, votre médecin peut utiliser une aiguille pour retirer et réduire le liquide qui s’y trouve. Les kystes touchent généralement les femmes entre 35 et 50 ans.

Fibroadénome

Ils se produisant chez les jeunes filles et les femmes dans l’adolescence et la vingtaine. Les fibroadénomes sont plus fréquents chez celles qui prennent des contraceptifs avant l’âge de 20 ans. La taille de cette tumeur bénigne varie de microscopique à plusieurs centimètres de diamètre. Elle est mobile sous la peau, ronde et dure comme une bille, et peut être identifiée par FNA ou biopsie, ou par ablation de la grosseur. Si le fibroadénome rétrécit ou ne se développe pas avec le temps, et que votre médecin est sûr du diagnostic, il peut décider de le laisser simplement en place.

Nécrose graisseuse

Elle se produit lorsque le tissu adipeux du sein est endommagé par une blessure au sein. Entraînant alors la formation de grosseurs rondes et fermes. Elle est plus fréquente chez les femmes ayant de gros seins, en particulier chez les femmes obèses. Votre médecin surveillera probablement la grosseur pendant plusieurs cycles menstruels et pourra décider de l’enlever par voie chirurgicale.

Écoulement du mamelon

Les femmes ont parfois des écoulements du mamelon avec ou sans masse dans le sein. La couleur des écoulements du mamelon, liés à des changements fibrokystiques bénins, peut varier du jaune au vert. Un écoulement clair à laiteux peut signifier un dysfonctionnement hormonal. Un écoulement vert-noir peut être lié à une ectasie du canal, un rétrécissement ou un blocage du canal. Il peut même être d’apparence sanglante, ce qui peut en fait signifier un cancer. Mais il est plus que probable qu’un écoulement rouge signifie une blessure, une infection ou une tumeur bénigne.

Mastite

Infection du canal lactifère, cette condition peut créer une masse, rouge et chaude, accompagnée de fièvre. Elle survient le plus souvent chez les femmes qui allaitent. Mais elle peut également se produire chez les femmes qui ne le font pas. Le traitement consiste à utiliser des compresses chaudes et des antibiotiques. Mais comme ces symptômes sont similaires à ceux d’un cancer du sein inflammatoire, s’ils se manifestent chez une femme qui n’allaite pas, et surtout s’ils ne disparaissent pas avec des compresses et des antibiotiques, votre médecin peut demander une biopsie.

Autres affections moins connues

Certaines affections médicales peuvent également provoquer des grosseurs au sein. Notamment:

– l’hyperplasie, une surcroissance de cellules dans les canaux ou lobules mammaires

– l’adénose, qui provoque une hypertrophie des lobules

– le papillome intraconduit, une excroissance de tissu glandulaire ressemblant à une verrue qui se développe dans le canal

– le lipome, qui est une tumeur graisseuse bénigne.

Le risque d’affections bénignes du sein augmente pour les femmes qui n’ont jamais eu d’enfants. Ainsi que pour celles qui ont des antécédents de cycles menstruels irréguliers ou des antécédents familiaux de cancer du sein.

Si vous trouvez une grosseur au sein

Toutes les masses mammaires doivent être évaluées par un professionnel de la santé. Il peut vous aider à décider de la marche à suivre. La plupart des affections mammaires bénignes peuvent être traitées, et certaines disparaîtront même d’elles-mêmes. Mais il est préférable de laisser votre médecin vous le dire.