Troubles de la mémoire et de l’attention: les effets surprenants d’un léger manque d’eau

Une étude montre qu’une diminution de la teneur corporelle en eau, même très légère (moins de 1 %) suffit déjà à affecter les fonctions cognitives telles que la mémoire ou l’attention et se répercute même sur l’humeur. Un verre d’eau sous la main fait du bien au corps et au cerveau.

La déshydratation est connue pour affecter les performances physiques et cognitives, mais on considère généralement que celle-ci doit correspondre à une perte hydrique d’au moins 1 à 2 % du poids corporel pour avoir des conséquences mesurables. Toutefois, une étude plus précise rapporte que des fluctuations même minimes ont déjà des répercussions sur les fonctions cognitives.

Les sujets ont été exposés à une température de 30 °C pendant 4 heures. Pendant cette période, certains ont pu consommer 300 ml d’eau, d’autres pas, et ce, de façon randomisée. Les changements de composition corporelle, l’urinaire, la température corporelle et la soif ont été suivis. Les auteurs ont par ailleurs mesuré, à trois occasions différentes, la mémoire épisodique, l’attention ciblée, l’humeur et la difficulté perçue des tâches.

Manque d’eau: troubles de la mémoire, de l’attention et de l’humeur

Les résultats montrent que la consommation d’eau a amélioré de façon significative la mémoire et l’attention ciblée. Des effets qui, à court terme, sont associés à la soif. À plus long terme, une perte d’eau plus importante (perte moyenne de 0,72 % du poids corporel) s’avère associée à une moins bonne mémoire et une moins bonne attention. Après 90 minutes, l’augmentation de la soif est associée à un déclin de l’énergie subjective et au sentiment d’anxiété et de dépression. Ces effets ont été réduits par la prise d’eau. À 180 minutes, les sujets trouvaient les tests plus faciles à réaliser s’ils avaient bu de l’eau. L’étude conclue que la consommation d’eau s’avère bénéfique pour les fonctions cognitives face à des pertes hydriques qui surviennent aisément au quotidien.

Source

Benton D et al: Minor degree of hypohydration adversely influences cognition: a mediator analysis  Am J Clin Nutr

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.