Troubles affectifs saisonniers: quand le mal être vient avec les feuilles d’automne

Le trouble affectif saisonnier (TAS) est un type de dépression lié aux changements de saisons. Le TAS commence et se termine à peu près aux mêmes moments chaque année. Si vous êtes comme la plupart des gens atteints de TAS, vos symptômes commencent à l’automne et se poursuivent dans les mois d’hiver, sapent votre énergie et vous font sentir de mauvaise humeur. Moins souvent, le TAS cause une dépression au printemps ou au début de l’été.

Symptômes

Dans la plupart des cas, les symptômes des troubles affectifs saisonniers apparaissent à la fin de l’automne ou au début de l’hiver et disparaissent pendant les jours plus ensoleillés du printemps et de l’été. Moins souvent, les personnes avec le modèle opposé ont des symptômes qui commencent au printemps ou en été. Dans les deux cas, les symptômes peuvent commencer avec légèreté et devenir plus graves au fur et à mesure que la saison avance.

Les signes et symptômes du TAS peuvent inclure :

  • Se sentir déprimé toute la journée, tous les jours
  • Perte d’intérêt pour les activités que vous appréciez
  • Avoir peu d’énergie
  • Avoir des problèmes de sommeil
  • Connaître des changements de votre appétit ou votre poids
  • Se sentir lent ou agité
  • Avoir de la difficulté à se concentrer
  • Se sentir désespéré, sans valeur ou coupable
  • Avoir des pensées fréquentes de mort ou de suicide

Le TAS d’automne et d’hiver

Les symptômes spécifiques au TAS d’hiver, parfois appelé dépression hivernale, peuvent inclure :

  • Sursommeil
  • Changements d’appétit, en particulier une envie d’aliments riches en glucides
  • Gain de poids
  • Fatigue ou faible consommation d’énergie
  • Le TAS de printemps et d’été

Les symptômes spécifiques au trouble affectif saisonnier d’été, parfois appelé dépression estivale, peuvent inclure :

  • Troubles du sommeil (insomnie)
  • Mauvais appétit
  • Perte de poids
  • Agitation ou anxiété
  • Les causes fréquentes du TAS

La cause spécifique du désordre affectif saisonnier demeure inconnue. Mais voici quelques facteurs qui peuvent entrer en jeu :

Votre horloge biologique (rythme circadien).

La réduction du niveau de lumière du soleil en automne et en hiver peut causer un TAS hivernal. Cette diminution de la lumière du soleil peut perturber l’horloge interne de votre corps et conduire à des sentiments dépressifs.

Niveaux de sérotonine.

Une baisse de la sérotonine, un neurotransmetteur qui affecte l’humeur, pourrait jouer un rôle dans le TAS. Une réduction de la lumière du soleil peut provoquer une baisse de la sérotonine qui peut déclencher la dépression.

Niveaux de mélatonine.

Le changement de saison peut perturber l’équilibre du niveau de mélatonine du corps, qui joue un rôle dans les habitudes de sommeil et l’humeur.

Facteurs de risque

Le trouble affectif saisonnier est diagnostiqué plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Et le TAS survient plus fréquemment chez les jeunes adultes que chez les personnes âgées.

Les facteurs qui peuvent augmenter votre risque de trouble affectif saisonnier comprennent :

Histoire de famille.

Les personnes atteintes de TAS peuvent être plus susceptibles d’avoir des parents avec TAS ou une autre forme de dépression.

Avoir une dépression majeure ou un trouble bipolaire. Les symptômes de la dépression peuvent s’aggraver de façon saisonnière si vous souffrez déjà d’une dépression.

Vivre loin de l’équateur. Le TAS semble être plus fréquent chez les personnes qui vivent loin au nord ou au sud de l’équateur. Cela peut être dû à une diminution de la lumière du soleil pendant l’hiver et à des jours plus longs pendant les mois d’été.

Complications

Prenez au sérieux les signes et les symptômes du trouble affectif saisonnier. Comme avec d’autres types de dépression, le TAS peut s’aggraver et entraîner des problèmes plus lourds s’il n’est pas traité. Il peut s’agir de :

  • Retrait social
  • Problèmes scolaires ou de travail
  • Toxicomanie
  • Autres troubles de santé mentale comme l’anxiété ou les troubles de l’alimentation
  • Pensées ou comportements suicidaires

TAS : comment s’en sortir

En premier recours, procurez-vous une lampe de luminothérapie et restez devant, à 30 cm, pendant au moins 30 min par jour. Même si votre niveau d’énergie est faible, ne négligez pas une activité physique quotidienne de 30 min minimum. Une simple marche suffit, du jardinage, ramassage des feuilles d’automne dans le jardin… pas besoin de s’obliger à plus. Si rien ne change, consultez un Naturopathe ou un médecin qui saura d’abord vous donner des conseils d’hygiène de vie adaptés sans immédiatement recommandé une médication. De bonnes mesures peuvent également aider à prévenir les complications, surtout si le TAS est diagnostiqué et traité avant que les symptômes ne deviennent plus mauvais.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.