Trop de sucre dans l’alimentation: explosion des caries

Une nouvelle étude rapporte l’existence d’une association linéaire  entre la consommation de sucres et la carie. Pour les auteurs, la limite maximale des 10% de l’énergie sous forme de sucres ajoutés souvent préconisée devrait être fortement revue à la baisse, avec pour objectif d’être inférieure à 3%.

L’existence d’une relation entre la consommation de sucres et la carie dentaire ne fait plus de doute, mais sa signification précise en termes de Santé publique au cours d’une vie n’est pas établie.

D’où l’intérêt de cette étude menée par une équipe britannique, qui a réexaminé les données concernant la consommation de sucre et l’incidence de la carie dentaire, en se concentrant sur les pays où il y a eu de fortes variations de consommation, par exemple en raison de restrictions en période de guerre, comme au Japon.

Ils ont aussi pris en compte l’impact des taux de fluor sur la carie. Leurs résultats montrent une relation robuste, linéaire entre l’apport en sucre de 0 à 10% de l’Apport Energétique Total (AET), avec une multiplication par 10 du risque de carie après plusieurs années d’exposition au sucre. Le modèle montre qu’il faut descendre en dessous de 3% de l’AET en sucre pour voir disparaître une telle situation. Les auteurs concluent que la limite de 10% de sucres ajoutés est catastrophique pour les caries, et qu’il faudrait avoir comme objectif de rester en dessous de 3%, avec un maximum de 5% comme objectif pragmatique. On en est loin…

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Source

Aubrey Sheiham: A reappraisal of the quantitative relationship between sugar intake and dental caries: the need for new criteria for developing goals for sugar intake. BMC Public Health. doi.org/10.1186/1471-2458-14-863