Toux persistante ou cancer du poumon : quand faut-il s’inquiéter?

Cet article examine le lien entre la toux et le cancer du poumon, le moment où il faut contacter un médecin et les options de traitement disponibles.

De nombreuses personnes connaissent une toux tenace à un moment ou à un autre de leur vie, généralement sans grande complication. Cependant, une toux persistante peut être un symptôme de cancer du poumon. La toux aide les poumons à éliminer les germes potentiels et les objets dangereux des voies respiratoires. Une toux qui persiste pendant des semaines, voire des mois, peut indiquer quelque chose de grave. Parfois, elle est due à un cancer du poumon.

Cet article examine le lien entre la toux et le cancer du poumon, le moment où il faut contacter un médecin et les options de traitement disponibles.

Toux et cancer du poumon

Les raisons d’une toux sont nombreuses, et beaucoup d’entre elles ne sont pas graves et disparaissent d’elles-mêmes. Cependant, bien qu’une toux ne signifie généralement pas la présence d’un cancer du poumon, une toux persistante est un symptôme courant de cancer du poumon au moment du diagnostic. Une étude de 2020 portant sur des personnes atteintes d’un cancer du poumon a révélé que 54 % des participants qui ne suivaient pas de traitement avaient une toux, contre 40 % qui suivaient un traitement.

Comment savoir si une toux est un cancer du poumon ?

Il n’y a aucun moyen de diagnostiquer un cancer du poumon en se basant uniquement sur les symptômes du cancer du poumon, et certainement pas en se basant uniquement sur la présence d’une toux. Une étude menée en 2019 auprès de personnes atteintes d’un cancer du poumon a révélé que la gravité de la toux n’était pas en corrélation avec la gravité de la maladie.

Cependant, certaines caractéristiques de la toux sont liées au risque de cancer du poumon, notamment :

– une toux persistante qui ne disparaît pas ou qui s’aggrave avec le temps
– l’expectoration de sang ou de mucosités brunes ou rouges
– la toux chez une personne ayant des antécédents de tabagisme
– des infections respiratoires fréquentes telles que la pneumonie et la bronchite
– toux associée à une respiration sifflante ou à un essoufflement
– une toux qui produit beaucoup de mucus fin.

À l’inverse, une toux normale apparaît généralement en réponse à un irritant, à une maladie ou à un virus :

– apparaît en réponse à un irritant, tel que la fumée ou un objet dans la gorge
– se produit dans le cadre d’une maladie de courte durée qui disparaît
– peut produire ou non du mucus, mais ne produit normalement pas de grandes quantités de sang ou de mucus foncé.

Une toux qui persiste sans raison apparente, ou une maladie qui ne disparaît pas, peut signaler un cancer du poumon. Le fait d’éviter ou d’arrêter de fumer peut réduire le risque de nombreuses affections qui impliquent une toux, y compris le cancer du poumon.

Autres symptômes du cancer du poumon

Une toux persistante ou qui s’aggrave n’est pas le seul symptôme du cancer du poumon. Les autres symptômes de cette maladie sont les suivants:

– une respiration sifflante et des difficultés à respirer
– enrouement
– difficulté à avaler ou à parler
– une perte d’appétit
– perte de poids inexpliquée
– fatigue
– gonflement du visage ou du cou

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une autre affection grave qui touche souvent les personnes qui fument.

Causes de la toux

La toux peut avoir de nombreuses causes. Par exemple, une toux de courte durée peut être le résultat de :

– une infection, comme un rhume ou une pneumonie
– une allergie, comme le rhume des foins
– l’inhalation de poussière, de fumée ou de débris
– une irritation de la gorge due à la nourriture
– une gorge sèche due à une déshydratation

Les facteurs suivants peuvent également entraîner une toux persistante ou chronique :

– une infection respiratoire de longue durée, telle que la bronchite chronique
– une affection respiratoire de longue durée, telle que l’asthme ou la BPCO
– le tabagisme
– la dysphagie, une affection qui affecte la déglutition et peut provoquer des sensations d’étouffement
– des troubles neurologiques, tels que la démence, qui affectent le réflexe de la toux
– la bronchectasie, qui est un élargissement des voies respiratoires dans les poumons
– l’écoulement postnasal, qui se produit lorsque le mucus déclenche une toux en s’écoulant dans la gorge, généralement en raison d’un rhume ou d’une allergie
– le reflux gastro-œsophagien, où l’acide gastrique reflue dans l’œsophage, ou tube alimentaire, et provoque une irritation.
– des médicaments tels que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, qui traitent l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques.

Quand contacter un médecin

La plupart des toux s’atténuent ou disparaissent en 3 à 8 semaines. Cependant, il est important de demander conseil à un médecin si la toux dure longtemps ou si elle se manifeste en même temps que d’autres symptômes, comme l’expectoration de sang. Le médecin peut déterminer la cause de la toux et fournir un traitement approprié si nécessaire.
Toutes les personnes atteintes d’un cancer du poumon ne présentent pas une toux. Par exemple, les tumeurs de Pancoast se développent au sommet du poumon et ne provoquent pas de toux.

Diagnostic

Lorsqu’ils examinent une personne souffrant d’une toux persistante, les médecins peuvent d’abord l’interroger sur les points suivants:

– les antécédents médicaux familiaux et personnels
– la durée de la toux
– quel type de toux il s’agit
– le moment où elle est le plus susceptible de se produire
– tout autre symptôme.
Le médecin procédera également à un examen physique. Il écoutera le cœur et les poumons de la personne et recherchera d’autres causes possibles de la toux, comme des signes d’infection ou un écoulement postnasal.

En fonction des résultats, le médecin peut prescrire des examens supplémentaires, tels que des tests d’imagerie :

– Des tests d’imagerie : Il s’agit notamment d’une radiographie pulmonaire, d’un tomodensitogramme et d’un examen IRM.
– Des analyses de sang : Les médecins procèdent souvent à une numération globulaire complète et évaluent d’autres marqueurs de cancer dans le sang.
– Analyse des expectorations : La personne peut être amenée à fournir des échantillons de crachats.
– Biopsie : Les professionnels de la santé peuvent prélever des échantillons de tissus en insérant une aiguille dans les tumeurs accessibles.
– Bronchoscopie : Dans ce test, un professionnel de la santé insère un petit tube dans le nez et dans les poumons. Le même outil permet de prélever un petit échantillon de tissu pour analyse.

Certains types de cancer sont plus agressifs que d’autres. Cela aura une incidence sur les perspectives et le traitement. Si le diagnostic est un cancer du poumon, une équipe de spécialistes effectuera d’autres tests pour déterminer l’étendue de la propagation.

 

Traitement

Si une personne reçoit un diagnostic de cancer du poumon, le médecin discutera avec elle d’un plan de traitement. Ces plans varient d’une personne à l’autre. Le médecin tiendra compte du type de cancer, de l’âge et de l’état de santé général de la personne, entre autres facteurs.

Les options de traitement comprennent :

La chirurgie : Si le cancer est limité, un chirurgien peut enlever une partie du poumon. Il peut également retirer les ganglions lymphatiques situés à proximité.

La radiothérapie : Une machine cible les cellules malignes avec un faisceau. Cela permet de tuer les cellules cancéreuses afin de réduire la tumeur avant la chirurgie ou d’éliminer les cellules restantes après la chirurgie.

La chimiothérapie : Elle peut tuer les cellules cancéreuses, mais peut aussi avoir des effets indésirables graves sur les cellules saines.

Thérapie ciblée : Ces médicaments ciblent des gènes, des protéines et d’autres facteurs spécifiques qui contribuent au développement du cancer. Ils visent à arrêter ou à retarder la croissance du cancer.

Certaines modifications du mode de vie peuvent également contribuer à améliorer les perspectives, même après un diagnostic. Il s’agit notamment de:

– l’arrêt du tabac
– suivre un régime alimentaire équilibré
– faire de l’exercice régulièrement

Si le cancer s’est étendu de manière significative, il se peut qu’il ne soit plus possible de l’enlever ou de le guérir. Le médecin peut recommander des soins palliatifs, notamment une radiothérapie, pour prévenir d’autres complications et traiter les symptômes.

Stratégies de prise en charge et d’auto-prise en charge

Vivre avec un cancer du poumon, quel que soit le type de cancer, peut être difficile. Les stratégies suivantes peuvent vous aider :

Adopter un mode de vie sain qui inclut l’exercice modéré, une alimentation saine et la gestion du stress. Cela peut aider la personne à se sentir mieux et à réduire le risque de symptômes supplémentaires.

Discutez des risques et des avantages du traitement avec un médecin. Certains traitements prolongent la vie mais ne guérissent pas le cancer et peuvent rendre la personne très malade.

Demandez à votre médecin quels sont les médicaments contre la fatigue. De nombreuses personnes atteintes d’un cancer du poumon luttent contre la fatigue et peuvent ne pas être soulagées par les seules stratégies d’autogestion de la santé.

Parlez à un médecin des symptômes, y compris des effets secondaires du traitement du cancer. Souvent, des médicaments ou des changements de mode de vie peuvent réduire la gravité de ces symptômes.

Perspectives

Les perspectives du cancer du poumon dépendent de divers facteurs, tels que:

– l’âge et l’état de santé général de la personne
– le stade du cancer au moment du diagnostic
– le type de cancer.

Un cancer à un stade précoce est plus facile à traiter et a plus de chances d’avoir une issue positive qu’un cancer à un stade plus avancé.

Pour les personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules, la probabilité de vivre au moins 5 ans après le diagnostic est de :

63 % lorsque le cancer est localisé, ce qui signifie qu’il se trouve toujours à l’endroit initial.
35 % s’il est régional, c’est-à-dire s’il s’est propagé aux tissus voisins
7% s’il s’est propagé à des parties plus éloignées du corps
25 % au total

Pour le cancer du poumon à petites cellules, les taux de survie moyens à 5 ans sont les suivants :

27 % en cas de cancer localisé
16 % si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques voisins
3% s’il a atteint des parties éloignées du corps
7 % dans l’ensemble

Prévention

Toute personne présentant une toux persistante accompagnée de douleurs thoraciques, d’un essoufflement ou de crachats sanglants doit consulter un médecin. En cas de cancer du poumon, les perspectives seront meilleures si la personne consulte immédiatement. Cela signifie que le cancer aura moins de temps pour se propager. Le cancer du poumon peut se développer sans cause apparente. Cependant, l’exposition à certaines substances et certaines habitudes de vie peuvent augmenter le risque de développer un cancer du poumon. L’une des méthodes de prévention les plus importantes consiste à éviter le tabagisme et l’exposition à la fumée de cigarette secondaire. Une étude estime que le tabagisme peut être à l’origine de 90 % de tous les cas de cancer du poumon.

Les gens peuvent réduire leur risque de développer un cancer du poumon en évitant d’autres substances cancérigènes, comme l’amiante. Les substances cancérigènes sont des produits chimiques qui peuvent rendre les cellules plus susceptibles de devenir cancéreuses. Une alimentation saine, l’atteinte ou le maintien d’un poids modéré et un exercice physique régulier peuvent également réduire le risque de cancer du poumon.

Sources

de Groot, P. M., et al. (2018). The epidemiology of lung cancer.

Harle, A. S. M., et al. (2019). Cough in patients with lung cancer: a longitudinal observational study of characterization and clinical observations [Abstract].

Harle, A., et al. (2020). A cross sectional study to determine the prevalence of cough and its impact in patients with lung cancer: A patient unmet need.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -