Tout comprendre sur la stramoine : généralité, propriétés médicinales, indications et toxicité

stramoine

La stramoine est une plante à caractère médicinale présente sur les 5 continents du globe. Elle appartient à la famille des Solanaceae. Son nom scientifique est Datura stramonium. Elle répond également à d’autres noms vernaculaires comme la pomme épineuse, le datura officinal, la pomme poison, l’herbe du diable ou encore trompette de la mort. Notons que ces surnoms mettent l’accent sur la toxicité de cette plante. Toutefois, depuis l’Antiquité, elle intervient également dans le traitement de plusieurs maladies. Au niveau de la composition, elle est principalement riche en alcaloïdes tropaniques comme l’hyoscyamine et la scopolamine.

Dans quels cas l’utiliser ?

La stramoine occupe une importante place dans l’univers de la médecine douce, notamment en homéopathie. Depuis plusieurs siècles, on exploite ses nombreuses vertus pour venir à bout de divers maux. Ses principales propriétés sont antispasmodiques, sédatives et parasympatholytiques. En d’autres termes, elle a la capacité d’inhiber l’activité du système parasympathique. Ainsi, elle permet de traiter diverses pathologies nerveuses accompagnées ou non de spasmes. Parmi ces pathologies, on distingue les contractions violentes, les fièvres avec crises d’hallucination, les cas d’agitation extrême, les phobies et les insomnies. Dans les cas d’hallucination ou de délire, cette plante a le pouvoir de faire revenir le patient à la réalité. Jadis, on l’utilisait même pour soigner la folie et les crises qui y sont associées.

Ses autres indications sont :

  • Spasmophilie
  • Tics nerveux
  • Logorrhée
  • Troubles respiratoires : asthme, tuberculose, toux et bronchite
  • Rhumatismes et œdèmes inflammatoires
  • Eczéma

Sous quelles formes la retrouver ?

En homéopathie, la stramoine s’utilise sous forme de granules homéopathiques et de solutions buvables.

Comment la doser ?

En médecine traditionnelle, l’usage de la stramoine est différent selon la tradition et la civilisation des peuples. En Afrique de l’Ouest, par exemple, on applique des feuilles écrasées en cataplasme pour apaiser les douleurs rhumatismales. Pour traiter l’eczéma, les natifs de l’Inde utilisent une préparation à base de jus des feuilles. À Madagascar, cette plante est à l’origine de nombreuses préparations pharmaceutiques qui servent à traiter les pathologies pulmonaires. Quant aux Éthiopiens, ils produisent une huile végétale extraite des graines. Cette huile sert principalement à masser les zones douloureuses.

Pour les granules et les solutions homéopathiques, il faut se référer à un avis médical.

Quelles sont les précautions d’emploi ?

La stramoine est riche en alcaloïdes toxiques. Son ingestion s’avère dangereuse pour l’organisme. En effet, à ce jour, on compte de nombreux cas d’intoxication liés à la consommation de la stramoine. Les effets de son indigestion sont une perturbation du rythme cardiaque, une paralysie musculaire, des troubles visuels et auditifs. Dans certains cas, elle provoque la mort.

En cas d’intoxication, il est primordial de se rapprocher d’un hôpital ou d’un centre de santé. Un lavage d’estomac sera effectué pour éliminer les substances toxiques. Une réhydratation et une injection de sédatif sont également requises.

Dans tous les cas, pour éviter les éventuels effets indésirables, chaque traitement doit obligatoirement faire l’objet d’une prescription médicale.