Thé noir ou thé vert, quel est le meilleur pour la protection anticancer

Crédit photos : pexels.com

Qu’ils soient verts ou noirs, tous les thés proviennent des feuilles du théier, un arbuste nommé Camellia Sinensis. La différence de couleur provient de la procédure utilisée pour traiter les feuilles après la cueillette. Pour le thé vert, les feuilles sont séchées le plus rapidement possible pour éviter leur fermentation alors qu’au contraire, les feuilles qui sont destinées à la fabrication du thé noir sont soumises à des procédés qui favorisent cette fermentation: il y a alors formation de pigments oxydés qui donnent au thé noir sa couleur sombre. Les thés oolong, la troisième catégorie de thé, se situent entre ces deux classes.

La transformation des feuilles en thé noir a des conséquences très importantes pour le potentiel anticancéreux du thé. En effet, les feuilles de thé représentent une source extrêmement riche de molécules anticancéreuses appelées catéchines, des polyphénols qui peuvent constituer jusqu’au tiers du poids des feuilles. Le thé est l’aliment qui contient la plus grande proportion de polyphénols. Au cours de la fabrication des thés verts, ces molécules demeurent intactes et conservent donc leurs propriétés anti-cancéreuses. Par contre, durant le processus de fermentation nécessaire à la fabrication des thés noirs, ces molécules sont dégradées et perdent à toutes fins utiles toutes leurs activités anticancéreuses. C’est pour cette raison que la consommation régulière de thé vert entraîne des bénéfices supérieurs à celle du thé noir en terme de prévention du cancer.

Le thé vert bloque la croissance et la prolifération des cellules cancéreuses

Un des principaux effets des catéchines du thé vert est d’empêcher les microtumeurs que nous développons spontanément au cours de notre vie d’acquérir un nouveau réseau de vaisseaux sanguins essentiel à leur croissance. En absence de ces nouveaux vaisseaux, formés par le processus d’angiogenèse, les cellules cancéreuses ne peuvent avoir accès à suffisamment d’oxygène et de nutriments pour croître et sont donc condamnées à demeurer dans un état latent et inoffensif. Une seule tasse de thé vert contenait suffisamment de catéchines pour bloquer l’angiogenèse en interférant avec l’activité de certaines enzymes qui jouent des rôles cruciaux dans la formation des nouveaux vaisseaux.

5 tasses de thé vert par jour: 60% de risques de cancer colorectal et 50% de risque de cancer de la prostate en moins

En buvant du thé vert, votre corps est donc exposé à des doses suffisantes de molécules anticancéreuses pour bloquer l’angiogenèse, ce qui aide à prévenir la progression de microtumeurs en cancers agressifs. D’ailleurs, de nombreuses études scientifiques suggèrent que la consommation régulière de thé vert joue un rôle important dans la réduction du risque de développer plusieurs cancers : par exemple, une étude récente réalisée auprès de 69 710 Chinoises âgées de 40 à 70 ans a montré une réduction très importante (60 %) du risque de cancer colorectal chez les grandes buveuses de thé vert.

De la même façon, l’analyse des habitudes de consommation de thé vert de 49 920 Japonais âgés de 40 à 69 ans indique que ceux qui buvaient 5 tasses de thé vert par jour avaient 50 % moins de risque d’être touchés par un cancer de la prostate avancé comparativement à ceux qui en buvaient moins d’une tasse.

Sources

Yang et al: Prospective cohort study of green tea consumption and colorectal cancer risk in women. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. ; 16 : 1219-1223.

Kurahashi et al: Green tea consumption and prostate cancer risk in Japanese men: a prospective study. Am. J. Epidemiol. 167 : 71-77.