Les tests de santé pour savoir où on en est

871

Certains tests de santé permettent de mesurer l’état du terrain de chacun de nous et d’ajuster les choix que nous faisons tous afin d’améliorer encore notre terraain et nos défenses.

Voici une liste de tests de terrain, une façon de les interpréter, et des recommandations pour renforcer les défenses quand un test suggère une zone de faiblesse.

  • La mesure de la protéine C-réactive par test ultra-sensible.
  • La mesure combinée de la protéine C-réactive (par test classique) et de l’albumine sanguine.
  • La mesure de l’hémoglobine glycosylée (connue aussi sous le nom de « HbA1c »).
  • Le taux sanguin de Vitamine D3 (25-Hydroxy-cholecalciferol)
  • La mesure de l’activité des cellules NK (ou des cellules blanches en général).

 

Dans la plupart des cas ces tests peuvent être remboursés s’ils sont prescrits par un médecin. Reste à obtenir l’aval de votre praticien, qui n’a pas forcément l’habitude de les utiliser.

Pour cela restez diplomate. N’entrez pas dans son cabinet en exigeant une ordonnance. Ne menacez pas de changer de médecin s’il ne dit pas oui tout de suite, il sait bien que vous pouvez le faire. Faites confiance à son intelligence. Ne mettez pas immédiatement sous le nez de votre médecin ce que vous avez imprimé, mais abordez franchement le sujet en lui demandant son avis. S’il ne connaît pas ces informations, ne le lui reprochez pas : les médecins sont bombardés d’informations, bien plus nombreuses que la capacité de traitement d’un être humain.

S’il fait preuve de méfiance, c’est tout à son honneur de scientifique. Proposez lui les informations que vous aurez préparé en lui expliquant que vous avez besoin de mieux connaître ces indicateurs de terrain pour agir vous-même sur votre santé, en plus de ce que la médecine vous apporte. Soyez raisonnable dans vos demandes : des examens tous les 15 jours ne sont pas envisageables.

Enfin la prochaine fois que vous le verrez parlez-lui de ce que ces informations vous ont aidé à changer chez vous. Il sera d’autant plus convaincu de leur utilité et vous participerez à l’amélioration de la prise en charge de autres patients.

 

 

Mesurer sa protéine C-réactive et son albumine sanguine

La protéine C-réactive (la PCR) est une mesure de l’inflammation. Il existe plusieurs formes d’examens biologiques pour évaluer la présence de cette protéine.

La mesure de la protéine C-réactive par test ultra-sensible permet de vérifier que le taux d’inflammation dans le corps est suffisamment bas (il faut viser un résultat < 1,0 mg/l sur les tests ultra-sensibles, < 5,0 sur le test traditionnel, moins sensible) – REFS (Wallace)

La mesure combinée de la protéine C-réactive (par test classique) et de l’albumine sanguine. Le risque de progression d’un cancer vers une forme grave est moins grand quand la PCR < 10 mg/l ET que l’albumine est > 35 g/l. Il est intermédiaire quand la PCR > 10mg/l OU que l’albumine est < 35g/l. Il est le plus grand quand la PCR > 10mg/l ET que l’albumine est > 35g/l – REF

Attention : la PCR est une mesure « non-spécifique » de l’inflammation. Elle est normalement élevée dans les deux semaines qui suivent une opération, un traitement par radiothérapie, une infection, ou une fièvre. Attendez deux semaines dans ce cas avant de faire le test. Les maladies inflammatoires chroniques (arthrite, maladie de Crohn, maladies auto-immunes) s’accompagnent généralement d’une élévation de la PCR, mais ceci n’invalide pas le test. L’état inflammatoire qui les accompagne peut contribuer à la progression de la maladie cancéreuse et il est préférable d’essayer de le contrôler.

La mesure de la Protéine C-réactive coûte 9€. Elle est remboursée par la sécurité sociale.

 

Que faire si vos indicateurs d’inflammation sont trop élevés ?

Faites un examen des facteurs du tableau ci-dessous dans votre vie. Quels facteurs propices à l’inflammation pouvez vous réduire ? Quels facteurs qui réduisent l’inflammation pouvez vous ajouter ?

 

Les principales influences sur l’inflammation

 

Aggravent Réduisent
Régime occidental traditionnel Régime méditerranéen, cuisine indienne, cuisine asiatique
Sucres et féculents Aliments à index glycémique bas
Viande rouge d’élevage industriel Viande bio de bétail élevé sans maïs ni soja (et pas plus de 3 fois par semaine)
Huiles riches en oméga-6 (tournesol, soja) Huile d’olive, de colza. Poissons riches en oméga-3
Produits laitiers de l’élevage industriel (surtout si non écrémés) Produits laitiers provenant de vaches, chèvres ou brebis nourries à l’herbe ou aux graines de lin (« bio »)
Œufs d’élevage industriel (poules nourries au maïs et soja) Œufs de poules bio élevées de façon naturelle et aux graines de lin
Dépression et sentiment d’impuissance Maîtrise de sa vie, légèreté, sérénité
Moins de 20 min d’activité physique par jour 50  minutes de marche 5 fois par semaine
Fumée de cigarette, pollution atmosphérique, polluants domestiques Environnement propre

 

 

Mesurer son hémoglobine glycosylée

La mesure de l’hémoglobine glycosylée (connue aussi sous le nom de « HbA1c ») donne une indication de l’élévation chronique du glucose dans le sang (et donc de l’excès d’insuline et de l’hormone IGF-1 qui sont sécrétées en réponse à la montée du sucre dans le sang et qui stimulent la multiplication des cellules cancéreuses et les facteurs d’inflammation – REFS).

L’HbA1c donne une indication du taux de glucose dans le sang en moyenne sur les trois mois qui précèdent (plus particulièrement les deux dernières semaines). Elle devrait idéalement être inférieure à 5%, et même, mieux encore, à 4,5%.

Attention : si votre taux d’hémoglobine est inférieur à 10 g/dl, cela donne une fausse mesure (artificiellement basse) de l’HbA1c. Si vous avez eu une opération de la rate (splénectomie), cela fait artificiellement monter l’HbA1c. Enfin, les personnes qui consomment plus de 2 000 mg de Vitamine C par jour (ce que nous ne recommandons pas), ne peuvent pas utiliser l’HbA1c comme indicateur du taux moyen de glucose dans le sang.

La mesure de l’hémoglobine glycosylée coûte 18€. Elle est remboursée par la sécurité sociale.

Que faire si votre hémoglobine glycosylée est trop élevée (au dessus de 5%) ?

Augmentez votre activité physique. Celle-ci permet dans une large mesure « d’absorber » les pics de glucose dans le sang, et elle réduit les montées d’insuline et d’IGF-1 qui nourrissent la croissance des cellules cancéreuses et l’inflammation.

Faites particulièrement attention aux aliments à indice glycémique élevé dans votre alimentation et essayez au maximum de les réduire. Remplacez les par des aliments dont l’indice glycémique est plus bas. Consultez le tableau ci-dessous pour vous guider :

Index Glycémique Elevé

(réduire ou éviter)

Index Glycémique Bas

(préférer)

Sucres : blanc ou roux, miel, sirop d’érable, de maïs, dextrose Extraits sucrants naturels :  sirop d’agave, Stevia, Xylitol, sucre de coco , Chocolat noir (plus de 70%)
Farines blanches : pain blanc, pâtes (trop cuites), riz blanc, muffins, bagels, viennoiseries, galettes de riz, céréales de petit déjeuner raffinées et sucrées

 

 

 

 

Pomme de terres, et surtout purée de pomme de terre (sauf pommes de terre de la variété Nicola)

 

Corn flakes, riz soufflé, (et la plupart des autres céréales de petit déjeuner)

Céréales complètes et mélangées : Pain multi-céréales (pas seulement blé) ou fait au levain ancien, riz complet ou basmati, pates et nouilles cuites al dente (préferer pates semi-complètes ou a base de mélanges de céréales), quinoa, avoine, millet, sarrasin

 

 

 

Patates douces, ignames, lentilles, pois, haricots

 

 

 

Flocons d’avoine (porridge), müesli,

Confitures, fruits cuits au sucre, fruits en sirop Fruits à l’état naturel, particulièrement myrtilles, cerises, framboises qui aident à réguler la glycémie (on peut y ajouter du sirop d’agave pour sucrer si nécessaire)
Boissons sucrées : jus de fruits industriels, sodas

 

Alcool en dehors des repas

Eau citronnée ou parfumée au thym, à la sauge, à l’écorce d’orange ou de mandarine (« bio »)

Thé vert  qui agit directement contre le cancer (sans sucre ajouté ou au sirop d’agave)

Un verre de vin par jour avec un repas

  L’ail, les oignons, les échalotes, mélangés aux autres aliments, contribuent à réduire les pics d’insuline

 

Mesurez à nouveau l’hémoglobine glycosylée trois mois après avoir mis ces changements en place dans votre vie.

Si cet article vous a plu abonnez-vous à notre news letter !

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here