Ecrans: 46% de chance en plus de mourir prématurément

famille autour d' ecran

La saison hivernale est sans aucun doute la période de l’année où nous regardons le plus souvent la télévision en plus des heures passées devant l’ordinateur et l’écran des téléphones. Les études indiquent que la sédentarité des « écransphages » représente un important facteur de risque de mort prématurée.

Plusieurs études montrent sans équivoque que l’activité physique régulière est un des facteurs du mode de vie le plus étroitement associé à une meilleure qualité de vie et à une diminution du risque de mort prématurée. Ainsi, les personnes actives sont moins à risque d’être touchées par une panoplie de maladies chroniques, incluant:

– les maladies du cœur,

le diabète de type 2,

– des maladies neuro-dégénératives comme la maladie d’Alzheimer

– plusieurs types de cancers : du côlon, du sein, de la prostate, de l’endomètre et du pancréas.

L’exercice régulier améliore considérablement la sensibilité des muscles à l’insuline, un effet qui permet de mieux contrôler les niveaux sanguins du sucre et ainsi de réduire les risques de maladies du cœur et de diabète de type 2.

Un autre effet de l’exercice qui est bénéfique, mais peu connu, est la réduction de l’inflammation chronique, un état qui constitue un facteur de risque important pour le développement de toutes les maladies chroniques. Alors que les muscles de personnes actives sécrètent des facteurs qui diminuent l’inflammation et réduisent par conséquent le risque de ces maladies, le niveau de molécules inflammatoires est plus élevé dans l’organisme des personnes sédentaires et peut, à la longue, favoriser leur développement. Être inactif, c’est vraiment mauvais pour la santé.

Ecrans: 46% de chance en plus de mourir prématurément

Dans les pays industrialisés, le nombre d’heures passées devant la télévision est un facteur important de sédentarité et il n’est pas rare que certaines personnes écoutent plus de 24 heures de télévision par semaine, temps démultiplié si l’on rajoute le temps passé devant un ordinateur ou des écrans de téléphone.

Il s’agit d’une bien mauvaise habitude. Une étude réalisée en Australie auprès de plus de 8 000 personnes montre qu’une personne qui regarde quotidiennement plus de quatre heures de télévision a près de 46 % plus de risque de mourir prématurément que celle qui n’en regarde que moins de deux heures par jour.

Dans la pratique, les chercheurs estiment que chacune des heures passées devant le téléviseur ou un écran augmente de 18 % le risque de mourir d’une maladie du cœur!

Si le temps passé devant le téléviseur ou un écran est si néfaste, c’est qu’il nous empêche d’être actifs et de solliciter nos muscles, même pour des activités légères. De plus, le temps passé devant un écran est associé à de bien mauvaises habitudes alimentaires et favorise le surpoids, or l’obésité réduit l’espérance de vie de cinq ans, alors que l’activité physique peut quant à elle ajouter cinq années de vie en bonne santé.

Source

Lollgen et coll. Physical activity and all-cause mortality : an updated meta-analysis with different intensity categories. Int J Sports Med,  30:213-24.

Handschin et coll. The role of exercise and PGC1_ in inflammation and chronic disease. Nature, 454:463-69.

Dunstan et coll. Television viewing time and mortality : The Australian Diabetes, obesity and lifestyle study (AusDiab). Circulation, 121:384-91.

 

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.