Téléphones portables et cancer : où en est-on maintenant?

Le lien possible entre les téléphones portables et le cancer est controversé. De nombreuses années d’études sur les téléphones portables et le cancer ont donné des résultats contradictoires. Actuellement, il n’y a pas de consensus sur le degré de risque de cancer posé par l’utilisation des téléphones portables. La principale préoccupation concernant les téléphones portables et le cancer semble être le développement de tumeurs cérébrales associées à l’utilisation des téléphones portables. Certaines recherches suggèrent une légère augmentation du taux de tumeurs cérébrales depuis les années 1970, mais les téléphones portables n’étaient pas utilisés dans les années 1970. Ces augmentations subtiles sont plutôt liées à d’autres facteurs, tels que l’accès accru aux soins médicaux et l’amélioration de l’imagerie diagnostique.

Des études encore contradictoires montrant tantôt un lien, tantôt pas de lien

– Dans une étude qui a suivi plus de 420 000 utilisateurs de téléphones portables sur une période de 20 ans, les chercheurs n’ont trouvé aucune preuve d’un lien entre les téléphones portables et les tumeurs cérébrales.

– Une autre étude a établi un lien entre les téléphones portables et le cancer des glandes salivaires. Cependant, seul un petit nombre de participants à l’étude présentait des tumeurs malignes.

– Une autre étude a suggéré une possible augmentation du risque de gliome, un type spécifique de tumeur cérébrale, pour les plus gros utilisateurs de téléphones portables, mais aucune augmentation du risque de tumeur cérébrale en général.

Après avoir évalué plusieurs études sur la possibilité d’un lien entre les téléphones portables et le gliome et une tumeur cérébrale non cancéreuse connue sous le nom de neurinome acoustique, les membres du Centre international de recherche sur le cancer, qui fait partie de l’Organisation mondiale de la santé, ont convenu qu’il y a peu de preuves que le rayonnement des téléphones portables est un agent cancérigène. En conséquence, le groupe a classé les champs électromagnétiques de radiofréquence comme potentiellement cancérigènes pour l’homme.

Cancer et téléphones portables: trop peu de temps écoulé pour avoir assez de recul

Pourtant, une série d’études récentes ne peuvent pas tout dire. Il s’écoule souvent de nombreuses années entre l’utilisation d’un nouvel agent cancérigène et l’observation d’une augmentation des taux de cancer, comme dans le cas du tabac et du cancer du poumon. À ce stade, il est possible que trop peu de temps se soit écoulé pour détecter une augmentation des taux de cancer directement imputable à l’utilisation de téléphones portables.

Téléphones portables et cancer: en attendant, le principe de précaution s’impose

Pour l’instant, personne ne sait si les téléphones portables sont capables de provoquer des cancers. Bien que des études à long terme soient en cours, il n’existe à ce jour aucune preuve certaine que l’utilisation de téléphones portables augmente le risque de cancer.

Si vous êtes préoccupé par le lien possible entre les téléphones portables et le cancer, envisagez de limiter votre utilisation des téléphones portables , ou utilisez un haut-parleur ou un dispositif mains libres qui place l’antenne du téléphone portable, qui se trouve généralement dans le téléphone lui-même, loin de votre tête.

Sources

Meena JK, et al. Mobile phone use and possible cancer risk: Current perspectives in India. Indian Journal of Occupational and Environmental Medicine. 2016;20:5.

Cell phones and cancer risk. National Cancer Institute. 

Yang M, et al. Mobile phone use and glioma risk: A systematic review and meta-analysis. PLOS One. 2017;12: e0175136.

Schuz J, et al. Cellular telephone use and cancer risk: Update of a nationwide Danish cohort. Journal of the National Cancer Institute. 2006;98:1707.

Mishra SK, et al. Effect of cell phone radiations on orofacial structures: A systematic review. 2017;11:zeo1. 

Michaud D, et al. Risk factors for brain tumors.

Electromagnetic fields and public health: Mobile phones. World Health Organization.