Syndrome du côlon irritable: diminuer les symptômes avec un changement de mode de vie

Comme pour beaucoup d’autres choses, la gestion d’un problème de santé est souvent personnelle. Toutes les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable (SCI) n’ont pas besoin de médicaments. En particulier si vous présentez des symptômes légers. Des modifications du mode de vie, telles que la modification du régime alimentaire, la gestion du stress et la pratique régulière d’exercices, peuvent suffire à atténuer les symptômes. Cependant, pour ceux qui présentent des symptômes modérés à graves, des médicaments peuvent être nécessaires lorsque les modifications du mode de vie ne permettent pas d’améliorer suffisamment les symptômes.

Les parois des intestins sont recouvertes de couches de muscles qui se contractent et se détendent à un rythme coordonné lorsqu’ils font passer les aliments dans le tube digestif.  En outre, il existe un vaste réseau de nerfs qui contrôlent les mouvements du tube digestif. Mais il arrive qu’ils envoient des signaux sensoriels au cerveau, qui peuvent être interprétés comme des douleurs ou des malaises. Lorsque la communication entre le cerveau et le tube digestif est altérée, le syndrome du côlon irritable se développe. Cela peut entraîner des sensations de crampes et de douleurs abdominales, dues à une sensibilité nerveuse accrue, lorsque des aliments, des gaz ou des selles passent dans les intestins. Le syndrome du côlon irritable est également associé à une irrégularité intestinale, telle que la diarrhée ou la constipation, due à une altération de la motilité (mouvement du tube digestif).

Des problèmes de santé plus graves

Chez les personnes suspectées d’avoir un syndrome du côlon irritable, certains symptômes abdominaux ne sont pas associés à ce trouble mais pourraient signaler un autre problème sous-jacent.

Plus précisément, les symptômes qui nécessitent une attention médicale rapide sont les suivants :

– présence de sang dans les selles,
– perte de poids rapide ou inexpliquée,
– douleurs abdominales intenses ou persistantes,
– vomissements inexpliqués,
– douleurs importantes
– difficultés à avaler
– sensation de masse abdominale

Atténuer les symptômes du syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable est une maladie chronique, dont les symptômes peuvent s’aggraver et s’atténuer avec le temps. Il n’y a pas de remède mais les symptômes peuvent souvent être atténués. En particulier grâce à un régime alimentaire, un mode de vie et une gestion du stress.

Plus de 60 % des personnes atteintes du syndrome du côlon irritable déclarent que leurs symptômes sont liés à l’alimentation d’une manière ou d’une autre. Cependant,  les symptômes varient considérablement d’une personne à l’autre. Il est donc difficile de donner des conseils diététiques spécifiques qui fonctionnent pour toutes les personnes atteintes de ce trouble.

Cependant, en général, manger des aliments riches en fibres (en particulier des fibres solubles, comme l’enveloppe de psyllium) et boire beaucoup de liquides sont bénéfiques pour de nombreuses personnes atteintes du syndrome du côlon irritable. Il est préférable d’éviter les aliments et les boissons qui contribuent aux gaz et aux ballonnements. Les boissons gazeuses et alcoolisées, la caféine, les fruits crus et les légumes tels que le chou, le brocoli et le chou-fleur doivent être évités. La réduction ou l’élimination du gluten peut également soulager la diarrhée chez certains patients atteints du syndrome du côlon irritable..

Les FODMAP à éviter absolument pour diminuer les douleurs

Des recherches ont montré que certains glucides connus sous le nom d’oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols fermentables (les FODMAP) peuvent entraîner des douleurs abdominales, des ballonnements et des gaz chez les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable. On les trouve dans certains fruits et légumes, le blé, le seigle, les légumineuses, les aliments qui contiennent du lactose, comme le lait, le fromage et le yaourt, et les édulcorants artificiels.

Suivre un régime pauvre en FODMAP peut soulager les symptômes du syndrome du côlon irritable. Mais comme de nombreux aliments contiennent ces composés, il peut être difficile pour les patients de créer un tel régime par eux-mêmes. Car la phase initiale du régime peut être assez restrictive, et il est important de réintroduire les aliments de manière systématique. Il peut être utile de trouver un diététicien connaissant bien le syndrome du côlon irritable. Un diététicien peut examiner les symptômes et les besoins alimentaires d’un patient, discuter des changements recommandés et élaborer un plan alimentaire individualisé pour soulager les symptômes.

Réduire le stress pour réduire les symptômes

Le stress affecte également le syndrome du côlon irritable. Avec des épisodes de stress plus important sont associés une augmentation des symptômes. L’utilisation de techniques de réduction du stress et la participation à des activités qui soulagent le stress, telles que le yoga et la méditation, peuvent diminuer les poussées. Travailler avec un thérapeute sur la gestion du stress, la prise de conscience et la modification du comportement peut également aider. Notamment  à mieux contrôler le stress et donc à atténuer les symptômes.

L’activité physique régularise le fonctionnement de l’intestin

Il est recommandé aux personnes atteintes du syndrome du côlon irritable de faire régulièrement de l’exercice. L’activité physique quotidienne soulage le stress, stimule les contractions normales des intestins et favorise le bien-être général. Si les changements de mode de vie ne suffisent pas à empêcher le syndrome du côlon irritable de perturber votre vie quotidienne, consultez votre médecin pour des explorations plus précises.