Syndrome du cœur brisé: le chagrin peut tuer

Le syndrome du coeur brisé reste une affection mal connue du grand public, pourtant elle peut tuer dans environ 5% des cas et mener parfois à des AVC. Ce syndrome fait référence au chagrin d’amour, au “coeur brisé”. Bien que le chagrin d’amour soit une cause fréquente, ce n’est pas le seul facteur pouvant déclencher ce syndrome. Un stress émotionnel intense comme un deuil peut aussi être à l’origine d’une crise, ainsi que d’autres causes comme une insuffisance respiratoire et certains chocs physiques. Souvent les patients qui vivent un tel événement douloureux sont incapables de connaître la cause exacte de cette myopathie. Les femmes post-ménopausées sont particulièrement touchées par ce syndrome.

Les signes typiques du syndrome du coeur brisé

Le syndrome du cœur brisé est une affection qui ressemble beaucoup aux symptômes de l’infarctus du myocarde (crise cardiaque) mais sans affecter les artères coronariennes. Autrement dit, les causes physiologiques sont différentes.

Une personne souffrant de ce syndrome ressent dans la plupart des cas une forte douleur au niveau de la poitrine et parfois un essoufflement ou une perte de connaissance. La similarité avec les symptômes de la crise cardiaque est une raison pourquoi la maladie est souvent mal diagnostiquée par les services d’urgence et les médecins.

Pour être sûr qu’il s’agisse bien d’un syndrome du coeur brisé et non d’un infarctus, le médecin effectuera notamment une angiographie. En cas de syndrome du coeur brisé, aucun signe de problèmes au niveau des artères coronariennes n’apparaît dans l’examen.Le taux de mortalité du syndrome du cœur brisé est un peu moins élevé que celui de l’infarctus du myocarde (environ 5%), mais reste plus haut qu’imaginé par le passé.

Plusieurs causes complexes au syndrome du coeur brisé

Bien que les causes ne soient pas encore toutes connues, on sait que des événements stressants peuvent être à l’origine de cette crise, comme un chagrin d’amour, la perte d’un être cher, un divorce, etc. A l’inverse un événement menant à une certaine euphorie et joie intense peut aussi provoquer un syndrome du cœur brisé. Le facteur émotionnel semble être fondamental comme agent déclencheur.

Des causes physiques peuvent aussi déclencher de façon plus rare une crise comme un effort intense, par exemple une montée à vélo trop difficile. Au niveau physiologique, les scientifiques estiment que dans des phases de stress intense le corps libère des hormones appelées catécholamines comme l’adrénaline ou la dopamine. Ces hormones peuvent perturber le coeur et les  vaisseaux sanguins.

Les femmes  plus touchées que les hommes par ce syndrome

Le syndrome du cœur brisé touche particulièrement les femmes post-ménopausées. Aux Etats-Unis, une étude de l’American Journal of Cardiology a montré que 6’230 Américaines ont été hospitalisées pour ce syndrome pendant l’année 2012. Environ 90% des personnes touchées sont des femmes, surtout âgées de plus de 50 ans.