Syndrome de l’intestin irritable: régime alimentaire et solutions naturelles qui soulagent

Le syndrome de l’intestin irritable, appelé aussi syndrome du côlon irritable, est une maladie chronique d’origine inconnue qui touche le côlon. Cette maladie ne provoque pas de lésions au niveau du côlon. Elle ne provoque pas d’inflammations, d’ulcères, de changements au niveau tissulaire du côlon ou une augmentation du risque de développer un cancer du côlon.

Cela dit, même si le côlon n’est pas touché au niveau structurel le patient concerné par cette maladie peut souffrir de diarrhée, d’épisodes de constipation, de flatulence.Le syndrome de l’intestin irritable est un ensemble de symptômes qui se manifestent sur une longue période (mois ou années).Dans le passé, on considérait ce syndrome davantage comme un problème psychique.

De nos jours on estime qu’il s’agit véritablement d’un trouble physique. C’est une affection qui évolue par phase, c’est-à-dire qu’il peut y avoir des moments de crise puis de rémission. Ce syndrome touche principalement les personnes âgées de moins de 45 ans. Les femmes sont environ 2 fois plus touchées que les hommes.

Publicité

Causes du syndrome de l’intestin irritable

Les causes exactes du syndrome de l’intestin irritable restent peu connues, notamment parce que cette affection présente des symptômes souvent opposés comme la diarrhée et la constipation. Toutefois, certains facteurs pourraient déclencher la maladie. Un de ces facteurs serait d’origine psycho-émotionnelle. Environ 50% des patients souffrant ce cette maladie ont rapporté un événement de stress émotionnel, juste avant l’apparition des symptômes.

D’autres études indiquent que des infections aiguës peuvent modifier l’immunité intestinale et provoquer la maladie. La gastro-entérite est notamment un facteur de risque possible syndrome du côlon irritable.

L’alimentation semble également être un facteur pouvant contribuer à déclencher ce syndrome. Certains patients ont observé une aggravation des symptômes en mangeant certains aliments comme le lait, le chocolat ou des épices. Il faut relever que les symptômes du syndrome du côlon irritable peuvent être facilement confondus avec l’intolérance au lactose.

Un autre facteur du syndrome de l’intestin irritable serait l’influence des hormones. Comme les femmes sont plus touchées que les hommes, on suppose que les hormones féminines jouent un rôle important dans le déclenchement des symptômes.

Complications possibles s’il n’est pas pris en charge

Le syndrome de l’intestin irritable ne provoque dans la plupart des cas aucune complication grave. Toutefois, la diarrhée et la constipation peuvent provoquer ou aggraver les hémorroïdes. De plus, la diarrhée constante peut causer une perte de poids de façon rapide.Ce syndrome peut aussi provoquer des troubles émotionnels et psychologiques. La crainte d’une diarrhée imminente peut stresser le patient et modifier ses activités quotidiennes, sa qualité de vie et sa confiance en soi.En outre, une gêne abdominale et la constipation peuvent laisser le patient dans un état de nervosité et perturber son état émotionnel qui peut de ce fait aggraver les symptômes.

Les deux régimes reconnus scientifiquement : le FODMAP et le régime cétogène

Le régime “Low Fodmap” est scientifiquement prouvé pour son efficacité. Beaucoup de médecins recommandent d’ailleurs des modifications dans le régime alimentaire du patient pour améliorer les symptômes. Le régime « Low Fodmap » est particulièrement conseillé.
Ce régime d’origine australienne consiste à diminuer la consommation de certains aliments et augmenter d’autres. Le terme Fodmap est un acronyme qui caractérise différents glucides signifiant: F pour fermentescibles, o pour oligosaccharides, d pour disaccharides, m pour monosaccharides, a pour and (et en anglais) et p pour polyols.
“Low” en anglais signifie “abaisser”.

Publicité

Dans ce régime l’objectif est de diminuer l’apport de ces glucides : fermentescibles, oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols qui peuvent provoquer des flatulences, de la diarrhée ou de la constipation. Ces sucres sont peu absorbés dans l’intestin.

Ce régime permet de :

Diminuer:
Certains aliments riches en ces glucides comme l’artichaut, l’oignon, l’ail, le céleri, la pomme, la mangue, la pêche, la pastèque, les haricots noirs, les glaces ou la crème doivent être réduits.

Augmenter:
La consommation d’aliments pauvres en ces glucides comme: aubergine, carotte, germe de soja, luzerne, haricot vert, fraise, banane, raisin, orange, noix de pécan, cacahuète.

Publicité

Régime cétogène

Un autre régime qui semble efficace contre le SII est le régime cétogène, un régime qui contient peu de glucides et beaucoup de graisses.

Remèdes naturels contre le Syndrome de l’intestin irritable

Certaines plantes médicinales peuvent améliorer les symptômes du syndrome de l’intestin irritable. Comme les douleurs abdominales, la diarrhée ou la constipation. Voici quelques plantes médicinales intéressantes contre le SII:

– Menthe poivrée: l’HE agit comme antispasmodique et pour soulager la douleur. Cette plante est reconnue pour son efficacité pour soigner le syndrome du côlon irritable dans certains pays comme le Brésil (remboursé par les autorités de santé).

Publicité

Consommer 1 à 2 gélules (contenant 0,2 ml d’huile essentielle de menthe poivrée) par jour. Il est préférable de consommer des gélules ou capsules à enrobage entérique. Cette protection évite une diffusion dans l’estomac pouvant provoquer des brûlures d’estomac.

– La camomille, la mélisse, la valériane et le romarin peuvent aussi aider à soulager la douleur associée au SII.
– La myrtille : pour lutter contre la diarrhée.
– La bourdaine, la rhubarbe et le psylli : contre la constipation.
– L’aloe vera : aide au niveau du côlon et au niveau du système digestif.
– L’artichaut aurait peut-être un effet positif contre le syndrome du côlon irritable selon une petite étude.
– Le lin, sous forme de gélule.
– Le curcuma: une étude a montré une réduction jusqu’à 60% des symptômes du syndrome du côlon irritable. A prendre une gélule de 300 à 400 mg de principes actifs de curcuma 3 fois par jour.

Avant d’utiliser tout médicament à base de plante, parlez-en à votre médecin afin de voir si vous n’avez pas de contre-indications avec vos traitements classiques actuels.