Symptômes, traitements et facteurs de risques du cancer de la prostate

Les cancer de la prostate touche 1 homme sur 8. Il se guérit très bien s'il est diagnostiqué tôt.

Le cancer de la prostate est un type de cancer fréquent chez l’homme, mais il est très facile à traiter à un stade précoce. Il débute dans la prostate, qui se trouve entre le pénis et la vessie. La prostate a diverses fonctions. Elle produit notamment le liquide qui nourrit et transporte les spermatozoïdes, sécrète l’antigène prostatique spécifique (PSA), une protéine qui aide le sperme à conserver son état liquide, et contribue au contrôle de l’urine.

Environ 1 homme sur 8 recevra un diagnostic de cancer de la prostate à un moment donné de sa vie. Toutefois, seul 1 sur 41 en mourra. Cela s’explique par l’efficacité des traitements, en particulier aux stades précoces. Le dépistage systématique permet aux médecins de détecter de nombreux cas de cancer de la prostate avant qu’ils ne se propagent.

Signes et symptômes du cancer de la prostate

Il n’y a souvent aucun symptôme pendant les premiers stades du cancer de la prostate, mais le dépistage peut détecter des changements qui peuvent indiquer un cancer. Le dépistage implique un test qui mesure les niveaux de PSA dans le sang. Des niveaux élevés suggèrent la présence d’un cancer.

Les premiers symptômes peuvent êtres ceux-ci:

– une difficulté à commencer et à maintenir la miction
– une envie fréquente d’uriner, surtout la nuit
– un jet d’urine faible
– du sang dans l’urine ou le sperme
– une miction ou une éjaculation douloureuse
– des douleurs dans le dos, les hanches ou le bassin.

Symptômes avancés du cancer de la prostate

Les personnes atteintes d’un cancer avancé de la prostate peuvent également ne présenter aucun symptôme. Les signes potentiels dépendront de la taille du cancer et de l’endroit où il s’est propagé dans le corps. En plus de ce qui précède, le cancer avancé de la prostate peut entraîner les symptômes suivants :

– douleurs osseuses
– perte de poids inexpliquée
– fatigue

Traitement

Le traitement dépendra du stade du cancer, entre autres facteurs, tels que le taux de PSA. Il convient également de noter que de nombreuses options de traitement peuvent être applicables, quel que soit le stade du cancer.

Cancer de la prostate à un stade précoce

Si le cancer est petit et localisé, un médecin peut recommander :

– Une attente vigilante ou une surveillance.
– de vérifier régulièrement le taux sanguin de PSA mais ne pas prendre de mesures immédiates. Le cancer de la prostate se développe lentement et le risque d’effets secondaires du traitement peut l’emporter sur la nécessité d’un traitement immédiat.

Chirurgie

Un chirurgien peut procéder à une prostatectomie radicale pour enlever la tumeur. Outre l’ablation de la prostate, l’intervention peut également impliquer l’ablation des tissus environnants, des vésicules séminales et des ganglions lymphatiques proches.

Radiothérapie

Elle utilise des radiations pour tuer les cellules cancéreuses ou les empêcher de se développer. Les options pour le cancer de la prostate au stade précoce peuvent inclure :

La radiothérapie externe

Cette méthode utilise une machine à l’extérieur du corps pour envoyer des radiations vers les cellules cancéreuses. La radiothérapie conformationnelle est un type de rayonnement externe qui utilise un ordinateur pour aider à guider et à cibler une zone spécifique, minimisant ainsi le risque pour les tissus sains et permettant à une dose élevée de rayonnement d’atteindre la tumeur de la prostate.

Radiothérapie interne : Également appelée curiethérapie, cette méthode utilise des graines radioactives qu’un médecin implante près de la prostate. Un chirurgien utilise des scanners d’imagerie, tels que l’échographie ou la tomographie assistée par ordinateur, pour guider le placement de la substance radioactive.
Le traitement dépend de plusieurs facteurs. Un médecin discutera de la meilleure option pour la personne concernée.

Cancer de la prostate avancé

Lorsque le cancer se développe, il peut se propager dans tout le corps. S’il se propage ou s’il revient après une rémission, les options de traitement changent. Les options peuvent inclure :

– La chimiothérapie : Cette option utilise des médicaments pour aider à arrêter la croissance des cellules cancéreuses. Bien qu’elle puisse tuer les cellules cancéreuses dans le corps, elle peut avoir des effets indésirables.

– L’hormonothérapie : Les androgènes sont des hormones mâles. Les principaux androgènes sont la testostérone et la dihydrotestostérone. Le blocage ou la réduction de ces hormones semble arrêter ou retarder la croissance des cellules cancéreuses. Une option consiste à subir une intervention chirurgicale pour retirer les testicules, qui produisent la plupart des hormones de l’organisme. Divers médicaments peuvent également être utiles.

– Immunothérapie : Cette méthode utilise le système immunitaire d’une personne pour l’aider à combattre le cancer. Les scientifiques peuvent utiliser des substances produites par l’organisme, ou les créer en laboratoire, pour aider à renforcer ou à rétablir les défenses naturelles de l’organisme contre le cancer.

– Thérapie ciblée : Cette méthode utilise des médicaments ou d’autres substances qui identifient et attaquent des cellules cancéreuses spécifiques. Par exemple, une étude réalisée en 2021 met en évidence une option de la source fiable radiopharmaceutique qui pourrait être efficace pour les formes difficiles à traiter du cancer avancé de la prostate.

Effets sur la fertilité

La glande prostatique joue un rôle dans la reproduction sexuelle. Le cancer de la prostate et plusieurs de ses traitements affectent la fertilité de plusieurs façons.
Par exemple, une intervention chirurgicale visant à enlever soit la prostate, soit les testicules, affectera la production de sperme et la fertilité. De même, la radiothérapie peut affecter le tissu prostatique, endommageant les spermatozoïdes et réduisant la quantité de sperme pour les transporter. Le traitement hormonal peut également affecter la fertilité.

Cependant, certaines options pour préserver ces fonctions comprennent la mise en banque du sperme avant l’intervention chirurgicale ou l’extraction de sperme directement des testicules pour l’insémination artificielle.Il n’y a aucune garantie que la fertilité restera intacte après le traitement du cancer de la prostate. Toute personne qui souhaite avoir des enfants après le traitement doit discuter des options de fertilité avec son médecin lorsqu’elle élabore son traitement.

Principales causes du cancer de la prostate

Les chercheurs ne sont pas sûrs de la cause exacte du cancer de la prostate. Il se développe lorsque des changements spécifiques se produisent, généralement dans les cellules glandulaires. Lorsque les cellules de la glande prostatique semblent anormales, le médecin peut qualifier ces changements de néoplasie intraépithéliale prostatique (PIN). Près de 50 % des cas de tous les hommes de plus de 50 ans sont atteints de NIP.

Au début, les changements sont lents et les cellules ne sont pas cancéreuses. Cependant, elles peuvent devenir cancéreuses avec le temps. Les cellules cancéreuses peuvent être de haut ou de bas grade. Les cellules de haut grade sont plus susceptibles de se développer et de se propager, tandis que les cellules de bas grade ne sont pas susceptibles de se développer et ne sont pas préoccupantes.

Facteurs de risque

Bien que les médecins ne sachent pas exactement pourquoi le cancer de la prostate survient, les facteurs de risque suivants ont été identifiés.

Ces facteurs peuvent en augmenter la probabilité :
– Âge : Le risque de cancer de la prostate augmente après 50 ans, mais il est rare avant 45 ans.

– Antécédents familiaux : Une personne dont un parent proche a des antécédents de cancer de la prostate a plus de chances de le développer elle-même.

– Facteurs génétiques : Les caractéristiques héréditaires, notamment les modifications des gènes BRCA1 et BRCA2, peuvent augmenter le risque. Les mutations de ces gènes augmentent également le risque de cancer du sein. Les hommes nés avec le syndrome de Lynch présentent également un risque plus élevé de cancer de la prostate et d’autres cancers.

– Régime alimentaire : Certaines preuves suggèrent que les régimes riches en graisses peuvent augmenter le risque de cancer de la prostate.

Autres facteurs possibles

Bien que des recherches plus approfondies soient nécessaires pour confirmer leur implication, d’autres facteurs peuvent influencer le risque de cancer de la prostate :

– l’obésité
– le tabagisme
– la consommation d’alcool
– l’exposition à des produits chimiques, comme les herbicides
– l’inflammation de la prostate
– les infections sexuellement transmissibles
– la vasectomie

Stades du cancer

Le stade décrit généralement la quantité de cancer présente dans l’organisme et la gravité du cancer. Connaître le stade du cancer de la prostate peut aider une personne à comprendre ce à quoi elle doit s’attendre et éclairer les décisions relatives au traitement. La stadification du cancer est complexe et tient compte de nombreux facteurs différents. En général, plus le chiffre est bas, moins le cancer s’est propagé. Les stades peuvent inclure :

– Stade I : le cancer est uniquement présent dans la prostate.
– Stade II : Le cancer ne s’est pas encore propagé à partir de la prostate, mais la personne aura un taux de PSA plus élevé.
– Stade III : Le cancer peut s’être propagé aux tissus voisins.
– Stade IV : Le cancer peut s’être propagé à des parties éloignées du corps.

Diagnostic

Si une personne présente des symptômes qui peuvent indiquer un cancer de la prostate, un médecin va probablement :

– questions sur les symptômes
– s’enquérir des antécédents personnels et médicaux
– effectuer un test sanguin pour évaluer le taux de PSA
– Effectuer un test urinaire pour rechercher d’autres biomarqueurs.
– procéder à un examen physique, qui peut inclure un toucher rectal.

Au cours d’un toucher rectal, le médecin vérifie manuellement avec son doigt la présence d’éventuelles anomalies de la prostate.

Autres examens
Si un médecin soupçonne un cancer, il peut recommander des examens complémentaires, tels que:

– Le test PCA3 : Ce test permet de rechercher le gène PCA3 dans l’urine.
– L’échographie transrectale : Il s’agit d’insérer une sonde munie d’une caméra dans le rectum.
– Biopsie : Un médecin prélève un échantillon de tissu pour l’examiner au microscope.
Seule une biopsie peut confirmer la présence et le type de cancer. Une personne qui a besoin d’une surveillance plutôt que d’un traitement peut avoir besoin d’une IRM ou d’un scanner de routine.

Perspectives

Bien que le cancer de la prostate soit relativement fréquent, les médecins peuvent détecter la plupart des cas à un stade précoce et fournir un traitement efficace.
Dans ce type de cancer, on note un taux de survie à 5 ans de près de 100 % pour les personnes atteintes d’un cancer de la prostate localisé ou régional et un taux de 30 % pour les personnes atteintes d’un cancer de la prostate distant. Actuellement, le taux de survie global à 5 ans est de 98 %.

Le meilleur moyen de détecter un cancer de la prostate à un stade précoce est de se soumettre à un dépistage régulier. En fonction des facteurs de risque, il peut être conseillé aux personnes de commencer le dépistage à 40 ans. Toute personne qui n’a pas encore participé à un dépistage devrait consulter un médecin pour connaître ses options.

 

 

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -