Sportifs: les performances physiques viennent de l’intestin

homme qui fait du footing sur une route
Sportifs: les performances physiques viennent de l’intestin

Les sportifs n’ont pas les mêmes bactéries intestinales que les non-sportifs. Cette différence serait due au besoin accru chez les sportifs d’un microbiote plus fort et plus varié pour faire face aux déséquilibres liés aux efforts physiques intense.  Plus un sportif a un intestin qui fonctionne bien et plus il peut améliorer ses performances.

Les activités physiques intenses comme la course à pieds, le cyclisme ou la natation portant sur une période prolongée perturbent l’équilibre corporel. Des changements dans la balance électrolytique, la perméabilité intestinale, tout comme une augmentation du stress oxydatif ont lieu. Ce qui provoque dans l’organisme une réaction défensive et inflammatoire. Les auteurs développent l’hypothèse selon laquelle le microbiote intervient aussi dans ce processus, ce qui aurait une influence sur la performance et la santé de l’athlète.

Bien nourrir sa flore intestinale avec des probiotiques pour de meilleures performances

En comparant le microbiote des athlètes à celui de sujets sains non-athlètes, les chercheurs ont constaté que les premiers étaient dotés d’une meilleure santé et diversité intestinale. Ce qui leur permettait de mieux gérer la perturbation de l’homéostasie. Le microbiote pourrait ainsi servir comme marqueur efficace et quantifiable pour la fonction immunitaire d’un athlète. Une modification dans le microbiote par la prise des pré- et probiotiques et d’autres aliments fonctionnels, pourrait ainsi améliorer la santé et la performance.

Des pré et probiotiques pour renforcer les bonnes bactéries

Les auteurs proposent une alimentation fonctionnelle pour le microbiote en tant qu’outil thérapeutique, afin d’améliorer la santé générale, la performance et le métabolisme de l’athlète. Ce qui permet également de mieux contrôler les niveaux d’inflammation et d’oxydation.

Ils appellent à mener plus d’études, en vue de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques et nutritionnelles, dans le cadre d’une activité physique intense.

Source

Mach N. et al., Endurance exercise and gut microbiota: A review . Journal of Sport and Health Science.

 

Article précédentAlimentation des enfants: mieux ils mangent, mieux ils lisent
Article suivantMieux respirer: mangez des fruits rouges
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.