Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Sénior : Pourquoi la tension artérielle change en prenant de l’âge

Nous allons explorer ici en détail les raisons pour lesquelles la tension artérielle tend à évoluer avec l'âge, les particularités de cette dynamique chez les séniors, ainsi que les recommandations de prise en charge les plus à jour.

Avec l’avancée en âge, de nombreux changements physiologiques se produisent, dont l’un des plus notables est l’évolution de la tension artérielle. Alors que pour certains individus, cette hausse de la tension sanguine est relativement prévisible, elle peut néanmoins représenter un défi de taille pour le suivi médical et la gestion du risque cardiovasculaire. Nous allons explorer ici en détail les raisons pour lesquelles la tension artérielle tend à évoluer avec l’âge, les particularités de cette dynamique chez les séniors, ainsi que les recommandations de prise en charge les plus à jour.

Comprendre la mesure de la tension artérielle

La tension artérielle se mesure à l’aide d’un appareil appelé sphygmomanomètre, qui évalue la pression du sang circulant dans les vaisseaux. Cette mesure s’exprime en deux valeurs :

La pression systolique, qui correspond à la pression maximale lors de la contraction du cœur et de la propulsion du sang dans les artères.
La pression diastolique, qui représente la pression minimale entre deux battements cardiaques, lorsque le cœur se remplit de sang.

Une tension artérielle normale est généralement définie comme une pression systolique inférieure à 120 mmHg et une pression diastolique inférieure à 80 mmHg. L’hypertension, quant à elle, est diagnostiquée à partir d’une pression systolique égale ou supérieure à 130 mmHg ou d’une pression diastolique égale ou supérieure à 80 mmHg.

Évolution typique de la tension artérielle avec l’âge

Avec l’avancée en âge, on observe généralement deux tendances distinctes pour les pressions systolique et diastolique :
La pression systolique a tendance à augmenter progressivement. Cela s’explique notamment par une rigidification des artères, conséquence du vieillissement et de l’athérosclérose.
La pression diastolique, quant à elle, a plutôt tendance à diminuer. Ce phénomène est lié à une moins bonne élasticité des vaisseaux sanguins.

Ces évolutions se produisent aussi bien chez les personnes déjà hypertendues que chez celles n’ayant pas d’antécédents de tension artérielle élevée. Chez les séniors hypertendus, ces changements peuvent même persister malgré un bon contrôle de la tension par des médicaments antihypertenseurs.

L’Hypertension systolique isolée chez les personnes âgées

Un type particulier d’hypertension se rencontre fréquemment chez les personnes âgées : l’hypertension systolique isolée. Dans ce cas, seule la pression systolique est élevée (au-delà de 129 mmHg), tandis que la pression diastolique reste dans les valeurs normales (en dessous de 90 mmHg). Ce phénomène est souvent lié à l’athérosclérose et aux problèmes de valves cardiaques, deux affections plus courantes chez les séniors. L’hypertension systolique isolée traduit une rigidification des artères qui ne peuvent plus se dilater correctement lors de la systole cardiaque.

La baisse de tension artérielle chez les personnes âgées

À l’inverse, l’hypotension (basse tension artérielle) est également fréquente chez les personnes âgées, notamment sous sa forme orthosttatique. Cette forme d’hypotension se caractérise par une chute de la pression artérielle lors du passage de la position allongée ou assise à la position debout.
Le diagnostic d’hypotension orthostatique nécessite une baisse de la pression systolique d’au moins 20 mmHg et/ou de la pression diastolique d’au moins 10 mmHg dans les 3 minutes suivant le changement de position. Cette affection est favorisée par le vieillissement des barorécepteurs, récepteurs chargés de réguler la tension artérielle. L’hypotension orthostatique, fréquente après 65 ans, peut entraîner des étourdissements, voire des syncopes et des chutes potentiellement dangereuses.

Prise en charge de la tension artérielle chez les personnes âgées

La gestion de la tension artérielle chez les séniors requiert un équilibre subtil. D’un côté, il faut maintenir une pression suffisamment basse pour réduire les risques cardiovasculaires. De l’autre, une tension trop faible peut favoriser l’hypotension orthostatique et ses complications.

Les recommandations actuelles préconisent une cible tensionnelle inférieure à 130/80 mmHg pour les adultes de 65 ans et plus en bonne santé cardiovasculaire. Cependant, chez les personnes de plus de 80 ans, il est déconseillé de viser une pression systolique inférieure à 130 mmHg et une pression diastolique inférieure à 65 mmHg, car cela a été associé à un risque cardiovasculaire accru.

Facteurs influençant l’évolution tensionnelle avec l’âge

Les raisons précises de l’augmentation de la tension artérielle avec l’âge ne sont pas encore totalement élucidées, mais font l’objet de nombreuses recherches. Plusieurs hypothèses sont envisagées :

  • La rigidification progressive des artères, liée au vieillissement et à l’athérosclérose
  • Des modifications du système nerveux autonome responsable de la régulation de la tension
  • Des changements hormonaux, notamment une baisse de la production de substances vasodilatatrices
  • Des facteurs génétiques prédisposant à l’hypertension liée à l’âge

Bien que certaines de ces évolutions tensionnelles soient inévitables, des mesures de prévention peuvent permettre de les limiter, comme l’adoption d’un mode de vie sain (alimentation équilibrée, activité physique régulière, etc.).

Surveillance régulière de la tension artérielle

Étant donné les variations typiques de la tension artérielle avec l’âge, un suivi médical régulier est essentiel pour les personnes âgées. Les professionnels de santé doivent notamment être attentifs à :

  • L’évolution des valeurs tensionnelles systolique et diastolique
  • L’apparition éventuelle d’une hypertension systolique isolée
  • Les signes d’hypotension orthostatique
  • L’adaptation nécessaire du traitement antihypertenseur

Ce monitoring étroit permet d’ajuster au mieux la prise en charge afin de réduire les risques cardiovasculaires tout en prévenant les complications liées à une tension trop basse.

Avec l’avancée en âge, la tension artérielle subit des transformations complexes et spécifiques, caractérisées par une hausse de la pression systolique et une baisse de la pression diastolique. Cette dynamique, qui peut aboutir à une hypertension systolique isolée, doit être suivie attentivement par les professionnels de santé.
La gestion de la tension artérielle chez les personnes âgées nécessite un équilibre subtil entre le maintien d’une pression suffisamment basse pour prévenir les complications cardiovasculaires et le risque d’hypotension orthostatique. Un suivi régulier et une adaptation du traitement sont essentiels pour relever ce défi clinique complexe.

Bien que certaines évolutions tensionnelles liées à l’âge soient inévitables, des mesures de prévention peuvent permettre d’en limiter l’ampleur. Une approche globale, combinant surveillance médicale et adoption d’un mode de vie sain, représente la meilleure stratégie pour préserver la santé cardiovasculaire des séniors.

5/5 - (16 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi